Le son élec­trique : d’Edi­son à nos jours Les fous du son

KR Home-Studio - - CRÉER -

In­croyable : pre­mier et seul ou­vrage consa­cré au su­jet, est pro­duit par un Fran­çais (né aux États-Unis en 1960), qui se trouve être mu­si­cien et de plus cla­vié­riste ! Ou­vrage qui se lit comme un ro­man d’aven­ture.

ui a pu être as­sez fou pour avoir eu, un jour, l’idée de faire de la musique avec de l’élec­tri­ci­té ? » Cette ques­tion fon­da­men­tale, que l’on se pose a prio­ri quand on s’in­té­resse au su­jet, est sans doute celle qui a sus­ci­té chez Laurent de Wilde l’en­vie d’en sa­voir plus. D’en sa­voir plus en pro­fon­deur. C’est au­jourd’hui le ré­sul­tat d’une dé­cen­nie de re­cherches qui est édi­té, chez Gras­set. Une bible de 560 pages qui énu­mère, en par­tant de la fin du XIXe siècle, les in­ven­tions, les in­ven­teurs, les mu­si­ciens et les créa­teurs d’ins­tru­ments de musique élec­triques et élec­tro­niques. Les in­ven­teurs ? On ne les connaît pas tou­jours, et par­fois même on n’a ja­mais en­ten­du par­ler d’eux. Edi­son, Ca­hill, Mar­te­not, Ma­thews, Moog, mais aus­si Zi­no­vieff et Ka­ke­ha­shi : tous fous de son, même si par­fois ils ne sont pas mu­si­ciens eux-mêmes. En plus de cent ans, on les voit don­ner libre cours à leur créa­ti­vi­té. Ils sont le plus sou­vent en avance sur leur temps et ren­contrent, presque tou­jours, des pro­blèmes liés à la non­re­con­nais­sance de la pa­ter­ni­té de leurs in­ven­tions. La concur­rence ef­fré­née qu’ils se livrent en laisse quelques-uns sur le car­reau ou sur le bord du che­min.

Mix­tur­trau­to­nium ?

Sont dé­voi­lés des en­gins de toutes sortes. Des orgues les plus gi­gan­tesques, lar­ge­ment bri­co­lés, aux cla­viers aux dé­no­mi­na­tions les plus in­croyables : No­va­chord, Te­har­mo­nium, Au­dion Pia­no, Mix­tur­trau­to­nium, Cla­vi­vox ou Po­ly­moog ! Un vé­ri­table scé­na­rio de film de science-fic­tion, où l’on dé­couvre, grâce à un de Wilde à la langue lim­pide et char­gée d’un cer­tain hu­mour, que les choses ne sont pas aus­si simples et aus­si lo­giques que l’on peut le pen­ser. Cette ga­le­rie de por­traits, de per­son­nages aus­si tru­cu­lents (ce n’est pas une in­sulte) que fan­tasques, est un peu un livre d’his­toire du XXe siècle, qui se­rait consa­cré à l’un des do­maines qui ont ré­vo­lu­tion­né en pro­fon­deur notre vie quo­ti­dienne : le son élec­trique. De Wilde, sa­chant que le bou­quin se­rait co­pieux en texte, a dé­ci­dé de ne pas l’illus­trer. On n’a le droit à au­cune pho­to ni au­cun sché­ma ! Ima­gi­nez la taille de l’ou­vrage s’il avait choi­si de nous pré­sen­ter en images les nom­breux in­ven­teurs et ins­tru­ments qu’il évoque au fil des pages. Peut-on ima­gi­ner qu’il pro­duise un jour une ver­sion illus­trée de ses Fous du son ? Un beau livre, en cou­leurs et en grand for­mat ? L’au­teur y songe sans doute. Une oc­ca­sion pour votre ser­vi­teur, en at­ten­dant, de vous of­frir quelques images…

Jazz et élec­tro­nique

Laurent de Wilde est un pas­seur. En tant que mu­si­cien, de­puis des dé­cen­nies, il s’éver­tue à trans­mettre sa pas­sion, en tout cas ses émo­tions mu­si­cales, au tra­vers d’une bonne dou­zaine d’al­bums et d’une mul­ti­tude de concerts. D’un jazz mo­derne mais clas­sique, sur un pia­no acous­tique, à l’ex­pé­ri­men­ta­tion et au mé­tis­sage les plus ex­trêmes, il est constam­ment à la re­cherche d’un son neuf, à l’ins­tar des in­ven­teurs et des mu­si­ciens qu’il évoque dans le livre. En 1995, il pu­bliait dé­jà un ou­vrage, Monk, une bio­gra­phie d’un The­lo­nious pia­niste et gé­nial, le­quel livre, de­ve­nu une ré­fé­rence, a ren­con­tré un grand suc­cès et a même été édi­té en cinq langues ! Notre jazz­man est sé­rieu­se­ment let­tré et scien­ti­fique. Nor­ma­lien (il au­rait pu fi­nir fonc­tion­naire !), il ne se dé­par­tit pas de son at­ti­tude de pé­da­gogue. Pas­seur, mu­si­cien, pé­da­gogue…

« De 1870 à nos jours, du pre­mier mi­cro­phone aux nou­veaux syn­thé­ti­seurs et de l’am­poule aux écrans plats » , comme l’in­dique l’édi­teur sur la qua­trième de cou­ver­ture. Éd. Gras­set, 560 p., 23 €. Klaus Blas­quiz

Le fa­meux Sack­but de Hugh Le Caine : et il tient de­bout ! L’ARP 2500 (1970). Un EMS VCS3 (pour Vol­tage Con­trol­led Syn­the­si­zer avec 3 os­cil­la­tors) en com­pa­gnie d’un cla­vier DK1 (1969). Un Bu­chla 200 conçu en 1970 par un vé­ri­table fou du son : Don Bu­chla.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.