KR:

KR Home-Studio - - AUTOPROD -

Pou­vez‐vous re­ve­nir sur l’ori­gine du pro­jet du Chan­tier des Fran­cos ?

Émi­lie Ya­kich : Le Chan­tier des Fran­cos est né en 1998 dans le pro­lon­ge­ment du fes­ti­val des Fran­co­fo­lies pour dé­ve­lop­per l’ac­tion de sou­tien en fa­veur des jeunes ar­tistes. De­puis 2007, il prend la forme qu’on lui connaît au­jourd’hui, en as­so­ciant tra­vail de re­cherche et de créa­tion à La Ro­chelle pour les ar­tistes et leurs équipes et un sou­tien à la dif­fu­sion, à la pro­fes­sion­na­li­sa­tion et à l’in­ser­tion dans la grande fa­mille de la mu­sique. Quelles sont ses mis­sions ?

Les mis­sions du Chan­tier des Fran­cos sont triples. Il s’agit tout d’abord pour l’équipe de re­pé­rer, chaque an­née, la dou­zaine d’ar­tistes les plus per­ti­nents de la scène fran­çaise, de les ac­com­pa­gner dans la pré­pa­ra­tion de leur tour­née en s’ap­puyant sur leurs atouts et leurs spé­ci­fi­ci­tés ar­tis­tiques et en­fin de les ai­der à se faire connaître au­près des pro­fes­sion­nels, des mé­dias et du pu­blic. Qui sont au­jourd’hui les in­ter­ve­nants ?

L’équipe d’in­ter­ve­nants s’étoffe d’an­née en an­née ; au­jourd’hui, nous tra­vaillons tou­jours avec Ch­ris­tophe Ma­li ou Né­ry qui sont là de­puis presque dix ans main­te­nant, mais des ar­tistes comme Alexis HK ont re­joint l’équipe des coachs scé­niques plus ré­cem­ment. Au ni­veau des in­ter­ve­nants chant, Wil­fried Hil­de­brandt a re­joint l’équipe aux cô­tés de Ju­lia Pé­laez et Ma­ria­na Mon­tal­vo. Nous abor­dons de­puis cinq ans un tra­vail plus cor­po­rel avec des cho­ré­graphes de danse contem­po­raine, comme Bé­né­dicte Le­lay ou Ma­rine Com­brade. Ce sont en­vi­ron 25 per­sonnes qui consti­tuent l’équipe d’in­ter­ve­nants du Chan­tier et qui in­ter­viennent à tour de rôle en fonc­tion de leur dis­po­ni­bi­li­té. D’où pro­viennent les fi­nan­ce­ments ? Le Chan­tier des Fran­cos est sou­te­nu par les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales : DRAC Aqui­taine – Li­mou­sin – Poi­tou-Cha­rentes, Conseil Ré­gio­nal Aqui­taine – Li­mou­sin – Poi­tou-Cha­rentes et le Conseil Dé­par­te­men­tal de la Cha­rente-Ma­ri­time. Les or­ga­nismes pro­fes­sion­nels nous ap­portent aus­si leur sou­tien, c’est le cas de la Sa­cem, du CNC ou en­core du FCM. En­fin, nous avons des par­te­na­riats pri­vés comme ce­lui du Crédit Mu­tuel de­puis de nom­breuses an­nées main­te­nant. Quelles sont les condi­tions de par­ti­ci­pa­tion pour un groupe au­to­pro­duit ? Les ar­tistes ou groupes in­té­res­sés doivent avoir un ré­per­toire consti­tué et une for­ma­tion scé­nique stable avec la­quelle ils com­mencent à avoir une ex­pé­rience sé­rieuse. Du point de vue de leur car­rière, une réelle dé­marche de pro­fes­sion­na­li­sa­tion doit être en place, et ils doivent avoir un en­tou­rage à leur cô­té. Ces cri­tères peuvent pa­raître exi­geants, mais c’est ce qui est né­ces­saire pour l’ac­tion du Chan­tier que nous po­si­tion­nons hon­nê­te­ment comme l’ac­cé­lé­ra­teur d’une dy­na­mique ini­tiée. Notre slo­gan « Le Chan­tier des Fran­cos, ac­cé­lé­ra­teur de ta­lents » prend donc tout son sens et de­vient op­ti­mal. À quel mo­ment doit‐on en­voyer sa can­di­da­ture ? Pour la sé­lec­tion 2017 du Chan­tier des Fran­cos, nous al­lons un peu chan­ger notre mode de sé­lec­tion. Les can­di­da­tures se­ront donc à en­voyer entre le 10 juin et le 30 juillet 2016. Nous avons be­soin de temps pour étu­dier les dos­siers et sur­tout pou­voir fi­na­li­ser notre sé­lec­tion sur scène en nous dé­pla­çant sur les con­certs des ar­tistes qui nous in­té­ressent. Quel est l’ob­jec­tif de la tour­née du Chan­tier des Fran­cos ? La tour­née du Chan­tier des Fran­cos a été ini­tiée il y a six ans, en étroite col­la­bo­ra­tion avec l’Ac­tion Cultu­relle de la Sa­cem. Son ob­jec­tif est double. D’une part, pour les ar­tistes du Chan­tier des Fran­cos qui se voient pro­po­ser

Les lo­caux du Chan­tier des Fran­cos à La Ro­chelle. Sé­ve­rin. Bes­sa.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.