41 Chicks Les Ho­ri­zons Per­dus

KR Home-Studio - - AUTOPROD STUDIO DES POTES -

Il y en a deux qui ne se sont pas per­dus de vue de­puis vingt ans et bien leur en a pris. Sébastien Ranc (cla­vier, voix) et Laurent Bon­ni­vard (gui­tare) n'en sont pas à leur pre­mière aven­ture mu­si­cale et leurs ex­pé­riences les ont unis il y a deux ans au­tour d'un mot : libres ! Sans re­nier leur nour­ri­ture ini­tiale, de bonnes graines par­mi les­quelles Pink Floyd, Su­per­tramp, Queen, Led Zep, Ae­ros­mith, tout en gar­dant le re­gard vers de­main, pas d'éti­quette, pas de car­can. Ain­si donc les murs sont abat­tus, mais pas ceux du stu­dio : Cu­base Pro 8.5, carte son Fo­cus­rite Saf­fire Pro 24 DSP, mul­tiples plug-ins et ins­tru­ments virtuels dont Toon­track Su­pe­rior Drum­mer et NI Scar­bee MM-Bass, cla­viers Fa­tar/Stu­dio­lo­gic VMK-188, SL-880 et SL-161, Nord Stage EX 88, mi­cro MXL 9000, écoutes PreSo­nus Eris E8, moult gui­tares ont don­né vie à des com­pos ho­no­rées aus­si bien en fran­çais qu’en an­glais et à un son dé­li­cieu­se­ment plein, com­plet. Alors des ho­ri­zons per­dus peut-être, mais de très belles pers­pec­tives ga­gnées.

KR : Vous avez l'art d'in­ter­pel­ler d'en­trée de jeu... : qu'est‐ce qui a ins­pi­ré votre nom ? Seb : J’ai ap­pe­lé mon home-stu­dio le « Stu­dio Pou­lettes » en ré­fé­rence à mon adresse pos­tale. Pou­lettes se dit chicks en an­glais. On a trou­vé que ça son­nait bien. Le 41 vient sim­ple­ment du nu­mé­ro de rue de Laurent. Quant au fait d’in­ter­pel­ler, c’est une ex­cel­lente chose ! Il faut sus­ci­ter l’in­té­rêt ! Laurent : C’est sûr qu’il est tou­jours bon d’in­tri­guer et de lais­ser sa part de mys­tère, d’où le vi­suel et le nom du groupe ! Nous avons vo­lon­tai­re­ment mis peu de com­men­taires sur la pochette, les se­crets de cui­sine doivent res­ter à la cui­sine ! Vous avez fait ap­pel à d'autres mains pour le mixage, quelles ca­rac­té­ris­tiques au­dio re­cher­chiez‐vous qui se­lon vous né­ces­si­taient un ap­port ex­té­rieur ? Seb : Nous vou­lions connaître l’ap­port d’un mixage pro par rap­port à ce qu’on peut réa­li­ser à la mai­son. De plus, il est dif­fi­cile d’avoir le re­cul pour réa­li­ser soi-même un mix per­ti­nent quand on s’est in­ves­ti dans chaque note, dans chaque am­biance. Même si les pré-mix n’étaient pas ri­di­cules, il nous fal­lait des oreilles neuves. Laurent : Nous avons tel­le­ment tra­vaillé sur les chan­sons qu’il nous a sem­blé bon d’avoir un re­gard ex­té­rieur. La prin­ci­pale ca­rac­té­ris­tique re­cher­chée était de don­ner le plus pos­sible de dy­na­mique aux chan­sons tout en res­pec­tant la clarté de l’en­semble. Nos chan­sons sont très ar­ran­gées avec beau­coup de couches dif­fé­rentes qui s’im­briquent les unes dans les autres et il était pri­mor­dial pour nous que tout ce­ci s’en­tende. O.C.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.