Bob Dy­lan

KR Home-Studio - - CHRONIQUES ALBUMS -

Fal­len An­gels [Co­lum­bia / So­ny]

Ça fait long­temps que Dy­lan ne suit que ses dé­si­rs et cherche avant tout à se faire plai­sir. Il y a un an, sui­vant une dé­marche ana­chro­nique (avec lui on a l’ha­bi­tude, voir Good As I Been To You et World Gone Wrong, deux al­bums de tra­dis folk en pleine ère grunge), il dé­ci­dait de pio­cher dans le pa­tri­moine pop amé­ri­cain du mi­lieu du XXe siècle. Avec Sha­dows In The Night, il re­pre­nait à sa sauce (plu­tôt épi­cée coun­try-rock) des chan­sons po­pu­la­ri­sées par Si­na­tra. Ça lui a tel­le­ment plu qu’il ré­ci­dive ici avec un ré­per­toire com­pa­rable – seule « Sky­lark » de John­ny Mer­cer et Hoa­gy Car­mi­chael n’a ja­mais été in­ter­pré­tée par le croo­ner d’Ho­bo­ken. Ac­com­pa­gné par son groupe de tour­née – où brillent de nou­veau le gui­ta­riste Char­lie Sex­ton mais aus­si le bat­teur George Re­cile, no­tam­ment sur « That Old Black Ma­gic » –, Dy­lan rend avec sa voix de croo­ner en­roué un hom­mage pas­sion­né à tout cet hé­ri­tage. Le voir en­four­cher des chan­sons d’amour d’un autre temps pour­rait n’être qu’anec­do­tique, ça se ré­vèle désuet et dé­li­cieux comme (dans un autre genre) un Woo­dy Al­len. On no­te­ra une nou­velle fois la pro­duc­tion brute, pa­ti­née et live si­gnée par Dy­lan sous son pseu­do Jack Frost : on a vrai­ment le sen­ti­ment que les mu­si­ciens jouent pour nous. Une jo­lie gour­man­dise… en at­ten­dant que Dy­lan ait à nou­veau en­vie de com­po­ser. Peut-être l’an­née pro­chaine ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.