Qu’est-ce qu’une viole de gambe ?

KR Home-Studio - - CRÉER -

On se doute d’em­blée qu’il doit s’agir d’un loin­tain cou­sin du vio­lon­celle ? Eh bien, bi­zarre, bi­zarre… ce n’est en ef­fet qu’un pa­rent éloi­gné de ce der­nier !

L’ins­tru­ment à ar­chet ba­roque que nous ap­pe­lons com­mu­né­ment « viole de gambe » est en réa­li­té la basse de la fa­mille des gambes, que l’on tient ver­ti­ca­le­ment, par op­po­si­tion aux vièles à bras dont la pos­ture est plus proche de celle de la fa­mille du vio­lon. Ces fa­milles n’ont pour seul lien que le prin­cipe gé­né­rique des cordes frot­tées.

D’ori­gine es­pa­gnole, la basse de viole émerge au XVe siècle. Elle connaît un grand suc­cès au XVIIe et, mal­gré la concur­rence avec la fa­mille du vio­lon, elle sub­siste vaillam­ment jus­qu’au mi­lieu du XVIIIe et connaî­tra un re­gain d’in­té­rêt avec le re­nou­veau ba­roque au XXe siècle. Le mer­veilleux film d’Alain Cor­neau Tous Les Ma­tins Du Monde, is­su du ro­man de Pas­cal Qui­gnard, nous trans­porte, grâce aux in­ter­pré­ta­tions de Jor­di Sa­vall, dans cet uni­vers ba­roque où ont évo­lué deux mu­si­ciens : Jean de Sainte-Co­lombe et Ma­rin Ma­rais. An­toine For­que­ray, Fran­çois Cou­pe­rin et JeanSé­bas­tien Bach ont éga­le­ment écrit pour cet ins­tru­ment.

Comment la dis­tingue-t-on vi­suel­le­ment du vio­lon­celle ? Dé­jà, l’ar­chet de la viole est en forme de « pe­tit arc » et se tient dif­fé­rem­ment de ce­lui du vio­lon­celle. La viole a une caisse plus épaisse, un fond plat et une car­rure tom­bante. Son manche est fret­té et se ter­mine par une « tête » sculp­tée. Les violes sont dé­co­rées, elles ont cinq à six cordes et des ouïes plus sou­vent en forme de C que de F. Le vio­lon­celle a un dos gal­bé, une car­rure épau­lée, un manche sans frettes, quatre cordes et les pro­por­tions de sa fac­ture ré­pondent à des cri­tères stan­dar­di­sés.

Et comment re­con­naître leur dif­fé­rence de timbre ? Dans le « phra­sé ». De nom­breuses pe­tites cou­pures dans la phrase mu­si­cale et un timbre un peu moins « lisse » que ce­lui du vio­lon­celle. Mi­chelle Da­vène

Un mu­si­cien jouant de la basse de gambe. Re­mar­quez la te­nue de l’ar­chet, la paume de la main vers le haut.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.