L’écoute de stu­dio

KR Home-Studio - - LE GUIDE ULTIME DU HOME -STUDIO -

Con­trai­re­ment au do­maine du casque, le ren­du qui vient du mo­ni­teur de stu­dio ne dé­pend pas seule­ment de ses qua­li­tés in­trin­sèques et trai­te­ments qu’il a su­bis, mais aus­si de l’acous­tique de la pièce qui l’en­toure. En clair, un mo­ni­teur de stu­dio peut son­ner de ma­nière neutre dans un en­droit et se fondre dans les fré­quences basses qu’il dé­livre lui-même dans un autre. Ça veut dire quoi ? D’abord iso­ler et cor­ri­ger son home-stu­dio et là nous vous di­ri­geons vers notre ru­brique des so­lu­tions acous­tiques. En­suite et si pos­sible, l’es­sayer chez soi. N’ou­blions pas que le mo­ni­teur de stu­dio est le médiateur di­rect qui trans­met votre mixage à vos oreilles. S’il biaise les choses, vous le se­rez aus­si par voie de consé­quence.

Alors, ac­tif ou pas­sif ? La plu­part des construc­teurs dans le do­maine de l’au­dio pro pro­posent des sys­tèmes bi-am­pli­fiés, ex­cep­té cer­tains comme le Fin­lan­dais Am­phion avec son mo­dèle One18 cou­plé avec l’am­pli Amp100 ou en­core l’éter­nel Ya­ma­ha NS10M que l’on trouve d’oc­ca­sion.

Mais la ques­tion n’est plus là. De­puis quelques an­nées, et ça re­joint ce que nous di­sions plus haut, les concep­teurs de mo­ni­teurs cherchent à adap­ter leurs pro­duits à l’acous­tique de la pièce de cha­cun et à les rendre in­tel­li­gents, du coup. À l’image de Ge­ne­lec, le Fin­lan­dais le plus po­pu­laire, qui in­tègre un DSP dans sa sé­rie SAM (SAM pour Smart Ac­tive Mo­ni­tors). Cette tech­no­lo­gie per­met de ca­li­brer le mo­ni­tor au­tour de l’acous­tique de la pièce où a lieu l’écoute, du cas le plus simple aux cas les plus ex­trêmes grâce à des filtres de com­pen­sa­tion. Comment ça marche ? Le mo­ni­teur est re­lié à une carte son dé­diée, el­le­même re­liée via l’USB à l’or­di­na­teur. En­suite, le lo­gi­ciel GLM 2.0 ré­cu­père la cap­ta­tion ef­fec­tuée par un mi­cro­phone de me­sure lui aus­si dé­dié. Le ba­layage de fré­quences tient compte de la dis­po­si­tion des en­ceintes et des ma­té­riaux ré­flé­chis­sants/ab­sor­bants pré­sents tout au­tour. Le temps d’ana­lyse et de cor­rec­tion prend 2 mi­nutes et est pro­por­tion­nel au nombre de mo­ni­teurs ins­tal­lés dans le ré­seau. Le but du jeu c’est que l’en­ceinte res­ti­tue un son iden­tique par­tout où l’on se trouve, idéal pour l’in­gé­nieur du son qui se ba­lade de stu­dio en stu­dio et qui veut re­trou­ver à chaque fois ses mêmes re­pères acous­tiques. Ça, c’est l’ave­nir et nous y sommes dé­jà. Pierre Em­ber­ger

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.