Ap­proche et mé­thode

KR Home-Studio - - EXPLORER -

Avant même de mixer : le contexte et l’ana­lyse…

Pour­quoi et pour qui vous re­trou­vez- vous aux com­mandes ? La ques­tion peut pa­raître tri­viale mais elle condi­tion­ne­ra pour­tant toute votre dé­marche. Cher­chez-vous à sé­duire un di­rec­teur ar­tis­tique de la­bel à tra­vers une dé­mo ou êtes-vous en train de va­lo­ri­ser l’une de vos propres com­po­si­tions sur la­quelle, à force de tout faire, vous man­quez sin­gu­liè­re­ment de re­cul ? Mixez­vous pour le compte d’un pro­duc­teur ou d’un ar­tiste qui at­tend de vous une lec­ture très co­di­fiée du ré­sul­tat ou, au contraire, êtes-vous force de pro­po­si­tion en dis­po­sant d’une grande marge de li­ber­té ? Eh oui, il faut ab­so­lu­ment dé­li­mi­ter le pé­ri­mètre de votre ter­rain de jeu puis­qu’il ne ser­vi­rait à rien de réa­li­ser un mix qui ne plaise qu’à vous ou même à un in­ter­lo­cu­teur qui n’est pas le dé­ci­sion­naire fi­nal ! Dois-je vous rap­pe­ler qu’il peut exis­ter des di­zaines de bons mix d’un même titre et que leurs ca­rac­té­ris­tiques sont avant tout sub­jec­tives ? Ob­jec­tif pre­mier, donc : ne pas se trom­per de cible ! Comme en ma­thé­ma­tiques : sou­ve­nez-vous que la moi­tié de la so­lu­tion se trouve dé­jà dans l’énon­cé du pro­blème !

Si vous pre­nez le train en marche et que vous n’êtes pas l’au­teur des prises, énu­mé­rons quelques points clés fré­quem­ment ou­bliés et qui pour­tant re­lèvent sou­vent du pur bon sens. Con­nais­sez­vous l’his­to­rique de cette pro­duc­tion ? En de­hors des tech­ni­ciens qui vous ont pré­cé­dé et qui pour­ront sans doute vous ren­sei­gner sur cer­tains points de re­père et sur les éven­tuels goûts des pro­ta­go­nistes, la mise à plat de fin de prises qui a im­man­qua­ble­ment cir­cu­lé peut s’avé­rer pré­cieuse. Elle vous in­di­que­ra quel a été « le sens de lec­ture » lors des en­re­gis­tre­ments. Les re­marques qui l’ac­com­pagnent vous ai­de­ront à dis­tin­guer les pistes à suivre et même celles qu’il faut aban­don­ner.

Votre pre­mière écoute

Soi­gnez ce mo­ment par­ti­cu­lier ; par dé­fi­ni­tion, vous ne se­rez ja­mais aus­si proche de l’au­di­teur fi­nal qui, lui aus­si, dé­cou­vri­ra le titre pour la pre­mière fois. Per­son­nel­le­ment, je sa­cri­fie sys­té­ma­ti­que­ment à ce ri­tuel, feuille de pa­pier à la main et por­table cou­pé, en no­tant toutes mes im­pres­sions ma­jeures. Je grave une émo­tion par­ti­cu­lière, une in­tro un peu longue, des dé­fauts de jus­tesse ou de mise en place, un re­frain qui ne dé­colle pas vrai­ment, un pas­sage long et en­nuyeux ou… un ef­fet très réus­si qu’il ne faut pas hé­si­ter à mettre en va­leur ! À par­tir du mo­ment où vous al­lez vous concen­trer sur le titre et les in­gré­dients qui le com­posent, vous éro­de­rez ces sen­sa­tions en vous ha­bi­tuant aux qua­li­tés et dé­fauts exis­tants. Ayant per­du un peu de re­cul, il se­ra alors in­té­res­sant de pou­voir re­ve­nir à vos notes afin de vous sou­ve­nir de votre pre­mier res­sen­ti ! Un deuxième élé­ment de re­pères fon­da­men­taux consiste à de­man­der des exemples de titres qui ins­pirent ou même re­butent votre in­ter­lo­cu­teur. Un ou deux liens vers des al­bums dont le pro­duc­teur ou l’ar­tiste aime le trai­te­ment de voix, la lar­geur ou la li­si­bi­li­té sont sou­vent plus édi­fiants que de longs dis­cours. Par ailleurs, si vous n’êtes pas un grand ha­bi­tué du type de mu­sique dans le­quel vous vous pré­pa­rez à évo­luer, ces écoutes au­ront le mé­rite

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.