Zy­nap­tiq Adap­ti­verb la ré­verb zy­nap­ti­qui­fiée…

KR Home-Studio - - TESTS -

Pro­duit par Zy­nap­tiq, Adap­ti­verb est un ef­fet unique. Bien que, comme son nom l’in­dique, il entre dans la ca­té­go­rie des ré­verbs, il en est fi­na­le­ment éloi­gné et s’im­pose plus comme un ou­til créa­tif, ac­cor­dable, à l’image d’un ins­tru­ment de mu­sique, et ca­pable de com­plè­te­ment mé­ta­mor­pho­ser une source so­nore ou un mixage com­plet.

grand bon­heur des créa­teurs so­nores, don­ner nais­sance à un pur joyau.

Ins­tal­la­tion

Adap­ti­verb, qui tourne sur Mac (OS X 10.8 ou plus ré­cent) et PC (Win­dows 7 ou plus ré­cent) en ver­sion 1.0.1, est dis­po­nible en plu­sieurs for­mats : Au­dio Units (32/64 bits), Avid RTAS, AAX Na­tive et Au­dioSuite (32/64 bits), Stein­berg VST 2.4 (32/64 bits) et Stein­berg VST 3 (32/64 bits). Pour l’uti­li­sa­tion AAX en 32 bits, pré­voir Pro Tools au moins en ver­sion 10.3.6. La pro­tec­tion du lo­gi­ciel se fait avec la tech­no­lo­gie PACE, soit di­rec­te­ment sur l’or­di­na­teur, soit via une clé USB iLok 2 (nou­velle gé­né­ra­tion). Même la ver­sion de dé­mo, va­lable trente jours, né­ces­site un compte iLok (gra­tuit). Comme le sou­ligne Zy­nap­tiq, Adap­ti­verb mo­no­po­lise beau­coup de puis­sance de cal­cul, et il fau­dra au moins des doubles coeurs i7 pour goû­ter à la beau­té de la bête.

Struc­ture

Lors­qu’il passe par Adap­ti­verb, le si­gnal tran­site par six blocs fonc­tion­nels (fi­gure 1). Tout d’abord la sec­tion de trai­te­ment d’en­trée, avec un filtre passe-bas, un pré-de­lay et un syn­thé­ti­seur de hautes fré­quences du nom de AIR. En­suite la sec­tion Free­zer qui per­met de ge­ler le son et d’ob­te­nir tout un en­semble de drones, de nappes et d’am­biances to­nales d’une in­croyable beau­té.

Troi­siè­me­ment, au coeur du pro­cess, le « Bio­nic Sus­tain Re­syn­the­si­zer » dont le rôle est de fil­trer les fluc­tua­tions à court terme ain­si que les bruits et les tran­si­toires pour gé­né­rer une « traî­née har­mo­nique » la plus pure pos­sible ap­pe­lée « Sus­tain ». Ce bloc, ba­sé sur la théo­rie de Hebb, ou théo­rie des as­sem­blées de neu­rones éta­blie en 1949 par le neu­ro­psy­cho­logue ca­na­dien Do­nald Hebb, uti­lise un ré­seau de cen­taines d’os­cil­la­teurs qui « ap­prennent » à ne sé­lec­tion­ner que cer­tains élé­ments har­mo­niques du si­gnal. Qua­triè­me­ment, la sec­tion de ré­ver­bé­ra­tion et son mo­dule de « Ray Tra­cing » qui gé­nère une ré­verb très dense et dif­fuse, douce et pleine. Le terme ray tra­cing vient du monde du trai­te­ment de l’image, et d’une tech­nique de ren­du qui trace des rayons de lu­mière du spec­ta­teur vers les ob­jets de la scène pour dé­ter­mi­ner la cou­leur des pixels à rendre. Trans­po­sé dans Adap­ti­verb, un mo­dèle ba­sé sur une IA si­mule ain­si 16 000 dif­fé­rents che­mins qui vont de deux sources so­nores vir­tuelles vers l’au­di­teur, sans re­cal­cu­ler toutes les ré­flexions. Cin­quiè­me­ment, la sec­tion « Har­mo­nic Contour Fil­te­ring » (HCF) qui post-pro­duit le si­gnal pour, entre autres, éli­mi­ner d’éven­tuelles dis­so­nances entre la queue de ré­verb et le si­gnal en­trant. Par exemple lors de chan­ge­ments d’ac­cord, la queue de ré­verb d’un pré­cé­dent ac­cord ne vien­dra pas in­ter­fé­rer avec le sui­vant si leurs conte­nus fré­quen­tiels sont trop dif­fé­rents, évi­tant ain­si l’ef­fet de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.