It’s A Fine Line

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

It’s A Fine Line [Kill The DJ / Dif­fer-Ant]

Après plu­sieurs maxis et re­mix, voi­ci le pre­mier al­bum du duo It’s A Fine Line, un long for­mat qui se joue jus­te­ment des for­mules et des styles. Ça tient à la per­son­na­li­té des deux as­so­ciés, des Fran­çais exi­lés à Londres (quand ils ne mixent pas ailleurs). Membre de Blacks­trobe au tout dé­but, fan­tas­tique DJ et homme de ra­dio, Ivan Smag­ghe s’est tou­jours in­gé­nié à ex­plo­rer les marges, à ré­con­ci­lier la club culture avec des genres bi­zarres (ou le contraire). Si on en croit la suite for­mée par ces onze mor­ceaux, il a trou­vé en la per­sonne du pro­duc­teur Tim Pa­ris (maxis sur Kom­pakt, etc.) le par­te­naire idéal pour me­ner ces ex­pé­ri­men­ta­tions. Sai­sir la ten­sion du ro­cka­billy pour l’in­jec­ter sur la piste de danse (« Grea­sier »), croi­ser kraut rock et dis­co, rendre psy­ché­dé­lique la cold wave… tout ici est pos­sible. Les mo­tifs ré­pé­ti­tifs s’em­ballent, chaque com­po­si­tion est constam­ment sur le point de glis­ser, de dé­ra­per. Quand le duo in­vite des voix, ce n’est pas non plus pour tom­ber dans la fa­ci­li­té. Si « Wee­kend Boom Boom » avec C.A.R. tient de la perle new wave, « Re­de­li­ve­red », chan­té par Alex Ka­pra­nos (Franz Fer­di­nand), et « Car­dio­gram », avec la voix très ori­gi­nale d’Oli­via de Lan­zac, se ba­ladent entre les BPM. Un al­bum qui prend le ma­quis mais ne s’égare ja­mais en che­min

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.