L

KR Home-Studio - - VINTAGE -

a pe­tite bête est vi­si­ble­ment une boîte ne pou­vant conte­nir qu’un « spring tank », le sys­tème de mon­tage des res­sorts qui est le coeur de la ré­verb. Mais, au fait, sa­vez-vous comment fonc­tionne une ré­verb à res­sort ? Un trans­duc­teur, sorte de vi­breur, trans­met une vi­bra­tion, le si­gnal en­trant, par une ex­tré­mi­té du res­sort. Le res­sort se met à vi­brer, à ré­son­ner, et à son autre ex­tré­mi­té un autre trans­duc­teur capte cette ré­so­nance, qui consti­tue le si­gnal sor­tant ré­ver­bé­ré. Avec trois res­sorts, qui vibrent cha­cun à leur ma­nière, on ob­tient un si­gnal plus riche, plus « na­tu­rel ». Mais de na­tu­rel, avec les res­sorts, il n’en est pas trop ques­tion. Le son et la ré­so­nance en sont tout à fait spé­ci­fiques. On re­con­naît très fa­ci­le­ment ce type de ré­verb, que l’on trouve sur les am­plis gui­tare, no­tam­ment Fen­der, ou sur les orgues élec­triques, en par­ti­cu­lier Ham­mond. Ça sonne très bien sur un ins­tru­ment de ce type, mais ça zingue sé­rieu­se­ment sur la voix ou sur un ins­tru­ment acous­tique, genre saxo­phone ou bat­te­rie. Il a bien exis­té des ré­verbs à res­sort au son tout à fait ac­cep­table, les BX 20 et 25 d’AKG, mais elles étaient tout sauf trans­por­tables.

Dis­to crunch

Gram­pian pro­duit des sys­tèmes de so­no­ri­sa­tion de­puis les an­nées 30 (jus­qu’en 1978), no­tam­ment de ma­gni­fiques am­plis (à tubes) et mi­cros (sur­tout à ru­ban), pro­duits d’ex­cel­lente fac­ture. À la fin des an­nées 50, le construc­teur an­glais suit la mode amé­ri­caine (et ita­lienne !) des pe­tits ef­fets por­tables, que l’on uti­lise sur scène au sein des nou­velles confi­gu­ra­tions élec­triques, comme les chambres d’écho à bande et autres ré­verbs à res­sort. Cette Re­ver­be­ra­tion Unit Type 636 est tout à fait por­table, on le di­sait, com­pacte et ul­tra lé­gère, mais elle est pour­vue de fonc­tion­na­li­tés

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.