Anaïs Low

Dan­cing Bones

KR Home-Studio - - SACEM DÉCOUVERTES -

[Pra­do Records]

Née d’un père suisse et d’une mère co­lom­bienne-ja­po­naise, Anaïs Low a vé­cu son en­fance et son ado­les­cence à Ge­nève en sui­vant des études de pia­no au con­ser­va­toire, puis à l’école ETM des mu­siques ac­tuelles no­tam­ment pour le chant. C’est avec ce ba­gage qu’elle part vivre en Co­lom­bie et peau­fi­ner son style et ses mor­ceaux. De re­tour en Eu­rope, elle se fixe à Paris en 2010, monte un pre­mier groupe avec Do­mi­nique Man­din et se fait re­pé­rer sur di­vers trem­plins dans le dé­par­te­ment de la Vendée. En 2014, Anaïs change de mu­si­ciens et, tou­jours au­tour de la gui­tare de Do­mi­nique, elle in­tègre dans son pro­jet Da­vid Geor­ge­let à la bat­te­rie et Sté­phane Co­chet aux cla­viers. Un pre­mier EP sort ( Good Times Gone) et le trio part en concert, fai­sant no­tam­ment la pre­mière par­tie de John­ny Clegg. Au­jourd’hui Dan­cing Bones est son deuxième EP, com­pre­nant six titres. On y re­trouve une mixi­té de styles al­lant de la pop à la soul, sans ou­blier une bonne pin­cée de rock. Sa voix est sen­suelle, à mi-che­min entre celles de Se­lah Sue et Amy Wi­ne­house. Avec un tel pe­di­gree, et de si belles chan­sons, il était tout à fait lo­gique que les membres de la Com­mis­sion de l’Ac­tion Cultu­relle de la Sa­cem aient sou­hai­té ré­com­pen­ser ce par­cours, en lui ac­cor­dant le pro­gramme d’aide à l’au­to­pro­duc­tion lors de la ses­sion qui s’est te­nue en fé­vrier der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.