C

Keyboards Recording - - REPORTAGES -

omme nous l’avons vu le mois der­nier, il existe une mul­ti­tude d’ap­proches du soin qui at­tri­buent au son et à la mu­sique un ef­fet po­si­tif dans le pro­ces­sus de gué­ri­son. Ce qui fait consen­sus porte sur l’art-thé­ra­pie, l’usage de la mu­sique en mé­dia­tion, l’ac­com­pa­gne­ment en com­plé­ment de soins, le bien-être, la dé­tente. Les plus au­da­cieux peuvent al­ler jus­qu’à par­ler de vé­ri­table ac­tion thé­ra­peu­tique, même s’ils veillent à res­ter prudents vis-à-vis de la loi dans leur ar­gu­men­ta­tion, puisque celle-ci sti­pule clai­re­ment que seuls les mé­de­cins sont ha­bi­li­tés à pra­ti­quer la mé­de­cine. Cette po­si­tion très tran­chée, cen­sée pro­té­ger les ma­lades des char­la­tans (et force est de consta­ter qu’il en existe), a sou­vent l’ef­fet contraire : beau­coup de gens dé­çus par l’al­lo­pa­thie se tournent vers des médecines al­ter­na­tives, par­fois em­preintes d’exo­tisme, de croyances re­li­gieuses ou éso­té­riques dans les­quelles le son a tra­di­tion­nel­le­ment une place de choix (voir KR n°313 « Mu­sique du ciel et de l’en­fer ») .

Ins­tru­men­ta­rium

Dites « am­biance zen », et on ima­gine un son de flûte sha­ku­ha­chi (fi­gure 1) sur une am­biance de fon­taine avec quelques oi­seaux et un ca­rillon mû par le vent (fi­gure 2). Sa­gesse ti­bé­taine et voi­là que ré­sonnent des bols ti­bé­tains (fi­gure 3), une cloche dril-bu (fi­gure 4), un man­tra aux so­no­ri­tés pro­fondes en­ton­né par un groupe de sages moines (fi­gure 5). Bien que la plu­part des ins­tru­ments puissent conve­nir pour une séance d’art-thé­ra­pie, d’er­go­thé­ra­pie, de ki­né­si­thé­ra­pie ou l’in­ter­ven­tion de mu­si­ciens à l’hô­pi­tal, cer­tains, comme ceux pré­cé­dem­ment ci­tés, ont la pré­fé­rence des pra­ti­ciens, comme celle de ceux qui re­çoivent le soin. Et ce pour plu­sieurs rai­sons. Tout d’abord, il s’agit d’ins­tru­ments qui ont dé­jà une uti­li­sa­tion ri­tuelle, sou­vent dans une tra­di­tion forte et an­cienne qui donne au son et à la voix une fonc­tion sa­crée et mé­di­ci­nale : boud­dhisme, shin­toïsme, ani­misme… Deuxiè­me­ment, ils font ap­pel à l’uti­li­sa­tion de modes et d’in­ter­valles musicaux spé­ci­fiques ba­sés sur des pro­por­tions ma­thé­ma­tiques par­ti­cu­lières, à forte conno­ta­tion sym­bo­lique : sol­fège sa­cré, suite de Fi­bo­nac­ci (fi­gure 6), nombre d’or, fré­quences des pla­nètes, har­mo­nie des sphères… Troi­siè­me­ment, vient l’ar­gu­ment que tout est « vi­bra­toire » et que par ré­so­nance sym­pa­thique telle fré­quence ou note cor­res­pond à tel or­gane ou tel cha­kra (fi­gure 7). En jouant une note on agi­rait donc sur la fonc­tion du corps ou de l’es­prit cor­res­pon­dante. C’est le prin­cipe des dia­pa­sons thé­ra­peu­tiques uti­li­sés en pho­no­pho­rèse ou so­no­punc­ture, qui vibrent à des fré­quences bien spé­ci­fiques et que l’on ap­plique comme en acu­punc­ture sur des zones phy­siques ci­blées, le dia­pa­son « for­çant » la­dite zone à se re­mettre sur sa « fré­quence na­tu­relle » (fi­gure 8). Le prin­cipe de vi­bra­tion sym­pa­thique se re­trouve aus­si dans des ins­tru­ments comme le mo­no­corde ou sa dé­cli­nai­son thé­ra­peu­tique, le « sound mas­sage bed », qui peut avoir plu­sieurs di­zaines de cordes, et sur le­quel le pa­tient s’al­longe. Lorsque le thé­ra­peute joue sur les cordes, le son en­voû­tant et in­tense se trans­met au corps du pa­tient (fi­gure 9). Qua­triè­me­ment, la ma­tière uti­li­sée pour fa­bri­quer l’ins­tru­ment peut être pré­sen­tée comme ayant des pou­voirs gué­ris­seurs ou « ré­har­mo­ni­sants » : cris­taux, vais­seaux de cris­tal, bols, gongs et cloches en al­liages de « 7 mé­taux » ou d’autres for­mules al­chi­miques puis­santes sou­vent te­nues se­crètes (fi­gure 10).

Ré­cep­tive ou ac­tive ?

On a l’ha­bi­tude de dis­tin­guer deux modes d’ap­proche concer­nant l’in­ter­ven­tion : la mu­si­co­thé­ra­pie ré­cep­tive et la mu­si­co­thé­ra­pie ac­tive. Dans la pre­mière, le su­jet écoute un pro­gramme so­nore éta­bli après un en­tre­tien (cer­tains parlent d’ana­mnèse) qui prend en compte les trai­te­ments en cours

Sha­ku­ha­chi. Ca­rillon. Bols ti­bé­tains. Dril-bu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.