Band­camp, une liai­son di­recte

KR Home-Studio - - EXPLORER -

Band­camp est un site com­mu­nau­taire des­ti­né aux amou­reux de la mu­sique. Ça tombe bien, car ils sont cer­tai­ne­ment les der­niers dans ce ma­rasme à mettre en­core un peu d’ar­gent dans ce sec­teur. Band­camp est leur Eden, si l’ar­tiste par­vient à le com­prendre alors il sur­vi­vra sans mal.

Band­camp, du pro­duc­teur au consom­ma­teur !

Cer­tains ac­teurs du mar­ché de la mu­sique en ligne cri­tiquent Band­camp en ar­guant qu’il ne s’agit là que d’un site com­mu­nau­taire qui ne s’adresse qu’à une poi­gnée d’in­ter­nautes. Pour les contre­dire, les fans, via Band­camp, ont ver­sé 176 mil­lions de dol­lars à leurs ar­tistes fa­vo­ris dont 4,8 mil­lions du­rant les trente der­niers jours. Mine de rien, c’est pas loin de re­pré­sen­ter l’en­semble du mar­ché fran­çais de la mu­sique en­re­gis­trée pour le pre­mier se­mestre 2016.

Le prin­cipe de Band­camp est clair : vendre sur sa page per­son­na­li­sée ses titres au for­mat phy­sique et/ou en ver­sion dé­ma­té­ria­li­sée au prix que l’on sou­haite, en prix libre ou en toute gra­tui­té. Les fans peuvent dé­sor­mais payer en carte bleue pour l’achat de titres di­gi­taux et via Pay­pal pour le reste. Band­camp per­çoit une com­mis­sion de 15 % sur chaque vente et 10 % dès qu’on at­teint un to­tal des ventes de 5 000 dol­lars en douze mois. On peut tout à fait gé­né­rer un code dis­count, en fixer le pour­cen­tage de ré­duc­tion et pour la du­rée que l’on veut. On peut aus­si en­voyer à ses fans un code ou­vrant droit au té­lé­char­ge­ment et au strea­ming illi­mi­tés. Le strea­ming pri­vé est aus­si pos­sible. Band­camp per­met éga­le­ment de vendre des packs qui re­groupent al­bum et mer­chan­di­sing. À no­ter que cette sou­plesse, no­tam­ment mo­di­fier le prix de son al­bum/single à tout mo­ment, n’existe pas sur les plates-formes tra­di­tion­nelles. (fi­gure 1)

En marge, quand il s’agit de sup­port phy­sique, l’ar­tiste in­clut dans son prix les frais d’en­voi qu’il fixe lui-même en fonc­tion des ter­ri­toires. Ces frais sont as­su­rés par l’ache­teur. Ils sont in­di­qués sur le bon de li­vrai­son qui ac­com­pagne le sup­port phy­sique et/ou le mer­chan­di­sing des­ti­nés à l’en­voi. Quant au sup­port di­gi­tal, Band­camp donne le choix aux fans de té­lé­char­ger les titres au for­mat qu’ils dé­si­rent : MP3, FLAC, ALAC (Apple Loss­less), AAC, Ogg Vor­bis, Wav et AIFF. C’est un très gros plus !

Un ser­vice de sous­crip­tion souple là en­core

À son tour, tout comme Pa­treon, Band­camp ins­talle un ser­vice de sous­crip­tion (fi­gure 2) qui est en fait un re­ve­nu ré­cur­rent que re­çoit l’ar­tiste men­suel­le­ment ou an­nuel­le­ment par ses fans sous­crip­teurs. En échange, ceux-ci ne manquent ja­mais une sor­tie, ils prennent part au pro­ces­sus de création et de pro­duc­tion, ob­tiennent des élé­ments qui leur sont ex­clu­si­ve­ment ré­ser­vés, y com­pris les ré­duc­tions. Ils re­çoivent le ma­té­riel (titres en cours d’ac­tua­li­té ou titres is­sus du fond de ca­ta­logue) di­rec­te­ment sur la page de l’ar­tiste ou sur l’ap­pli­ca­tion mobile dé­diée. Ils ne passent pas par le pro­ces­sus d’achat ni de paie­ment contrai­re­ment aux fans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.