Mi­cro­tech Ge­fell UM92.1S un ADN qui nous parle !

Mi­cro­tech Ge­fell, dont la mai­son-mère est Neu­mann KG, par­tage un des­tin croi­sé avec Neu­mann GmbH de­puis la se­conde guerre mon­diale. Leur créa­teur est le même : Georg Neu­mann. Cha­cune des deux marques pro­pose sa ligne de microphones sou­vent ins­pi­rée d’un p

KR Home-Studio - - TESTS -

ori­gi­nale qui était équipée de la EC92 dis­pa­rue au­jourd’hui. La cap­sule M7 (fi­gure 2) est fa­bri­quée à Ge­fell de­puis 1943. Elle a été pré­vue pour les microphones Neu­mann avant que la marque ouest-al­le­mande bas­cule vers la cap­sule K47 au dé­but des an­nées 60. La dif­fé­rence ? Pour l’une, le dia­phragme en PVC est col­lé sur le corps de la cap­sule et pour l’autre le dia­phragme en My­lar est vis­sé.

Af­fi­né et élé­gant !

L’UM92.1S, comme le reste de la pro­duc­tion, est en­tiè­re­ment fa­bri­qué dans les usines de Ge­fell. C’est un mi­cro­phone à lampe. Il est lo­gi­que­ment four­ni avec une ali­men­ta­tion dé­diée. À la fi­ni­tion im­pec­cable, il est élé­gant et ses di­men­sions plu­tôt af­fi­nées ré­pondent aux si­tua­tions qui exigent la dis­cré­tion, ici on pense à la cap­ta­tion d’or­chestre. Néan­moins, sa vo­ca­tion pre­mière est bien l’en­re­gis­tre­ment de voix et d’ins­tru­ments so­listes. Avec une li­mite su­pé­rieure de 120 dB SPL avant sa­tu­ra­tion, il n’est clai­re­ment pas fait pour cap­ter de fortes pres­sions, d’au­tant qu’il n’em­barque pas de pad at­té­nua­teur ni de filtre passe-haut. Il pro­pose trois di­rec­ti­vi­tés : car­dioïde, om­ni et fi­gure en 8, sans pos­si­bi­li­té de mo­du­ler de fa­çon conti­nue, la com­mu­ta­tion s’ef­fec­tue sur le boî­tier d’ali­men­ta­tion. Très pra­tique dans les si­tua­tions de prise de son d’or­chestre, ça évite de re­des­cendre le mi­cro­phone de sa perche pour en chan­ger la di­rec­ti­vi­té.

Ne pas co­pier le pas­sé, mais le vivre à l’ins­tant T !

Dans le cadre de prises de voix tant chan­tées que par­lées, nous avons com­pa­ré l’UM92.1S avec un U 67 dont la cap­sule de type K67 est as­sez dif­fé­rente de la M7 (fi­gure 4). L’ef­fet de proxi­mi­té est plus mar­qué sur l’U 67, en re­vanche dès lors qu’il s’agit de s’écar­ter de l’axe cen­tral de la cap­sule, l’UM92.1S se montre in­trai­table. Au­cune perte de pré­sence ni dé­gra­da­tion du si­gnal ne sont à dé­plo­rer même si l’on se désaxe à plus de 60° ! Au­cun désordre de phase au­dible non plus (c’est as­sez rare pour le sou­li­gner). Ça confirme un car­dioïde plu­tôt large et donc une ap­ti­tude à la cap­ta­tion de pu­pitre d’or­chestre et en gé­né­ral de sources très éta­lées dans l’es­pace comme les choeurs.

Une ges­tion des plo­sives très maî­tri­sée

Nos tests avec l’exer­cice du frot­te­ment de la paume des mains ont dé­mon­tré chez l’UM92.1S des ai­gus très pré­cis, plus pun­chy que sur le vé­né­rable U 67. Idem lors de la cap­ta­tion d’une gui­tare folk qui a confir­mé que U 67 et UM92.1S sont du même sang, à tel point que nous nous sommes de­man­dé si nous ne nous étions pas trom­pés dans les bran­che­ments ! Les tran­si­toires plus pré­cis chez l’UM92.1S, no­tam­ment dans le jeu des ac­cords, en font un mi­cro­phone plus mo­derne. En­fin, nous avons vou­lu tester son com­por­te­ment de proxi­mi­té en le pla­çant côte à côte avec un vieux U 47 Fet et face à une source grave, en

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.