S

KR Home-Studio - - REPORTAGES TENDANCE -

i la mu­sique contem­po­raine a re­pen­sé au XXe siècle un art mul­ti­mil­lé­naire très éla­bo­ré, en le re­met­tant en ques­tion de toutes les ma­nières pos­sibles, elle l’a prin­ci­pa­le­ment fait en par­tant de ses propres codes, en uti­li­sant des no­tions étu­diées par les mu­si­ciens et les com­po­si­teurs : timbres, échelles, temps, es­pace, rythmes, ins­tru­ments de mu­sique, formes. Bref, en conti­nuant de faire de la mu­sique. Mais d’autres artistes, par­fois non mu­si­ciens, n’ont pas hé­si­té à uti­li­ser le son en tant que mé­dium (fi­gure 1). Comme nous al­lons le consta­ter, dif­fé­rents mou­ve­ments cultu­rels et artistes ont ain­si ex­plo­ré au­tre­ment le son, et par­fois la mu­sique, dans des dé­marches in­ter­dis­ci­pli­naires, au même titre que le texte, l’image, la pein­ture, la sculp­ture (fi­gure 2), la danse (fi­gure 3), la poé­sie, la voix, etc. Lorsque l’ac­cent est mis sur le son et l’ouïe, on parle alors de sound art, ou d’art(s) so­nore(s) en fran­çais.

Une pra­tique in­ter­dis­ci­pli­naire

Comme beau­coup des dé­marches en art contem­po­rain, l’art so­nore est in­ter­dis­ci­pli­naire par es­sence. Il peut uti­li­ser l’acous­tique, la psy­cho-acous­tique, la phy­sique, l’élec­tro­nique, l’in­for­ma­tique, le dé­tour­ne­ment d’ob­jets, di­vers sup­ports au­dio, des sons col­lec­tés ou en­vi­ron­ne­men­taux (voir KR n°320 et n°321). Bien sou­vent le tra­vail « in si­tu » (c’est-à-dire créé pour un lieu don­né, hors de l’ate­lier ou du stu­dio, en in­té­grant les ca­rac­té­ris­tiques du lieu où se­ra ex­po­sée l’oeuvre) in­duit des com­po­santes so­nores liées à l’acous­tique, à la géo­pho­nie ou la bio­pho­nie am­biante que l’ar­tiste à l’écoute pour­ra ex­ploi­ter ou dé­tour­ner. Le son étant na­tu­rel­le­ment as­so­cié à d’autres sens comme le tou­cher ou la vue, il est fré­quent de faire in­ter­agir lu­mière ou pro­jec­tions et son, ou de tou­cher, pour les faire vi­brer, des sculp­tures so­nores. Ce phé­no­mène neu­ro­lo­gique par le­quel plu­sieurs sens sont as­so­ciés est connu sous le nom de sy­nes­thé­sie. Par exemple l’as­so­cia­tion ouïe/vue se re­trouve dans l’ex­po­si­tion « Le grand or­chestre des ani­maux » (fi­gure 4) de Ber­nie Krause. Dans une grande salle obs­cure, les vi­si­teurs as­sis ou al­lon­gés sur des cous­sins écoutent des en­re­gis­tre­ments de la bio­pho­nie d’Alas­ka, d’Afrique ou du Bré­sil, en même temps qu’est pro­je­tée en géant sur les murs une re­pré­sen­ta­tion syn­chrone du si­gnal, de type so­no­gramme. Pour chaque son s’af­fiche le nom de l’es­pèce en­ten­due. Dans un autre re­gistre, la sy­nes­thé­sie pro­po­sée par Pierre Es­tève dans son ins­tal­la­tion in­ter­ac­tive « Roc Gongs » (fi­gure 5) as­so­cie tou­cher, ouïe et vue en in­vi­tant les vi­si­teurs à jouer avec un en­semble ac­cor­dé de sculp­tures so­nores géantes de pierre (li­tho­phones) ré­par­ties en fonc­tion de l’acous­tique du lieu. Les so­no­ri­tés pro­duites par les vi­si­teurs se ré­pondent, et, se mé­lan­geant à l’éco­sys­tème so­nore lo­cal, créent un en­vi­ron­ne­ment so­nore « aug­men­té » dans le­quel dé­am­bulent les pas­sants. Ce type d’oeuvres pro­duit un ef­fet hyp­no­tique lié à la sy­nes­thé­sie in­duite par la mise en scène.

Une pra­tique ré­cente ?

Un des pre­miers exemples ha­bi­tuel­le­ment ci­tés lors­qu’on parle d’art so­nore en Eu­rope fait ré­fé­rence à Lui­gi Rus­so­lo (fi­gure 6), fon­da­teur du fu­tu­risme et au­teur en 1913 du ma­ni­feste in­ti­tu­lé L’Art des Bruits (fi­gure 7). Vi­sion­naire, il théo­rise dans ce pe­tit livre l’em­ploi du son-bruit dans le do­maine mu­si­cal et pré­voit l’avè­ne­ment d’une mu­sique nou­velle qui trou­ve­ra son ins­pi­ra­tion dans de nou­veaux sons pro­duits par des ma­chines in­ven­tées par l’homme (la MAO n’est pas loin…). Il fa­brique avec Ugo Pa­ta­ti des ma­chines so­nores bap­ti­sées

« Sound Art. Sound as a Me­dium of Art » Adrien M. Ha­ka­nai. Mike Ton­kin et An­na Liu de Ton­kin Liu, « The Sin­ging Rin­ging Tree ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.