M

KR Home-Studio - - SOS STUDIOS -

IDI est l’acro­nyme de Mu­si­cal Ins­tru­ment Di­gi­tal In­ter­face, une norme adop­tée en 1982 pour faire com­mu­ni­quer entre eux les ins­tru­ments de mu­sique. C’est le Pro­phet 600 de Se­quen­tial Cir­cuits qui est le pre­mier syn­thé­ti­seur équi­pé en sé­rie de l’in­ter­face MI­DI. Il est sui­vi par le DX7 de Ya­ma­ha puis le JX-3P de Ro­land en 1983. Le suc­cès est qua­si im­mé­diat, l’in­for­ma­tique mu­si­cale est née. L’Ata­ri 1040 ST en 1986 (1 Mo de mé­moire vive) est le pre­mier or­di­na­teur à in­cor­po­rer en sé­rie l’in­ter­face MI­DI (fi­gure 1). Dé­cli­né dans une ver­sion moins puis­sante, le 520 ST (520 Ko de mé­moire vive), l’Ata­ri était l’arme ab­so­lue des cla­vié­ristes qui pou­vaient, pour la pre­mière fois, conce­voir des ar­ran­ge­ments mul­ti­pistes mul­ti- ins­tru­ments à la mai­son. Le pro­ces­seur de l’époque était un Mo­to­ro­la 68000, ca­den­cé à 8 MHz, à 16 pour son évo­lu­tion Me­ga Ste. Le pro­to­cole MI­DI ser­vait éga­le­ment à sau­ve­gar­der les don­nées, les patchs de cer­tains ex­pan­deurs/ syn­thé­ti­seurs, char­ger de nou­veaux sons, bref chan­geait du tout au tout la vie des mu­si­ciens. Les édi­teurs de lo­gi­ciels comme Stein­berg avec son Pro-24 ou Ema­gic avec No­ta­tor/Crea­tor de­vinrent, du jour au len­de­main, des in­con­tour­nables du sec­teur mu­si­cal. L’in­for­ma­tique mu­si­cale et le concept de ho­mes­tu­dio étaient nés. Jus­qu’à fin 1991, le ST est l’or­di­na­teur le plus ven­du en Eu­rope. L’ar­ri­vée du Fal­con 030 en 1992 ne par­vien­dra pas à rem­pla­cer le ST dans le coeur des mu­si­ciens, cer­tains le conser­vant et s’en ser­vant même en­core ! La France et l’Al­le­magne fi­gurent par­mi les pays qui ont le plus uti­li­sé l’Ata­ri, 6 mil­lions d’uni­tés s’étant ven­dues de par le monde. Bref, c’est fi­na­le­ment Apple qui a pris dou­ce­ment la re­lève au­près des mu­si­ciens, l’in­ter­face gra­phique de Mac OS étant as­sez proche du TOS (The Ope­ra­ting Sys­tem) de l’Ata­ri, de leurs ha­bi­tudes de tra­vail et, sur­tout, du por­tage des sé­quen­ceurs Stein­berg et Ema­gic sur Mac. Il fau­dra at­tendre un cer­tain temps avant que Win­dows ne de­vienne at­trac­tif, le Win­dows 3.1 de l’époque étant alors quelque peu rédhi­bi­toire.

Re­tour vers le MI­DI

Pre­mière chose et non des moindres, les don­nées MI­DI sont trans­mises en bi­naire. Le si­gnal MI­DI ne contient pas de don­nées au­dio, uni­que­ment des don­nées bi­naires. Le si­gnal MI­DI est dit nu­mé­rique, ca­rac­té­ri­sé par deux états de ten­sion, la ten­sion d’ali­men­ta­tion et la masse. Ces deux états sont re­pré­sen­tés par un code bi­naire, cor­res­pon­dant à ces deux états de ten­sion, se­lon une ca­dence pré­dé­ter­mi­née. L'in­ter­face MI­DI est sé­rielle : les bits sont ache­mi­nés les uns der­rière les autres sur un seul câble, à un dé­bit de 31 250 bauds (31 250 bits par se­conde, 32 mi­cro­se­condes par bit). Cette liai­son est uni­di­rec­tion­nelle : les si­gnaux vont de l'émet­teur vers le ré­cep­teur. Une deuxième liai­son per­met le re­tour d'in­for­ma­tions. Elle est asyn­chrone : dans une liai­son asyn­chrone, le ré­cep­teur est pré­ve­nu de l'ar­ri­vée d'une don­née (sus­cep­tible d'in­ter­ve­nir n'im­porte quand) par tout moyen (ici le bit de Start), nous y re­ve­nons plus loin. À l’op­po­sé, dans une liai­son syn­chrone,

L’in­ter­face MI­DI in­cor­po­rée sur l’Ata­ri ST.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.