Le bra­queur de 19 ans en pri­son

L’Écho de la Presqu’île (SN) - - LA UNE -

Un Na­zai­rien de 19 ans a été condam­né mar­di à quatre ans de pri­son par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel. Une peine bien su­pé­rieure aux ré­qui­si­tions, à la­quelle ne s’at­ten­daient ni lui ni son avo­cat. Ils font ap­pel de cette dé­ci­sion.

Il n’était pas pour­sui­vi pour bra­quage mais pour vols et ten­ta­tives de vols, néan­moins c’est bien avec un pistolet (fac­tice) qu’il a agi dans deux bu­reaux de ta­bac na­zai­riens.

Le 20 mars 2017, un voi­sin vi­gi­lant met en fuite deux hommes qui ont frac­tu­ré une porte de ga­rage. Ils sont vite iden­ti­fiés. L’un n’a que 14 ans, l’autre, c’est le prévenu. À l’au­dience, la pré­si­dente Tal­houarn tempête : « Ça vous ar­rive de ré­flé­chir ? Deux mois plus tôt vous êtes res­sor­ti d’ici avec trois mois pour vol avec ef­frac­tion ! » De l’autre cô­té de la barre, la vic­time, re­trai­tée qui « a tou­jours tra­vaillé dans le so­cial pour ai­der les autres » est té­ta­ni­sée : « Je suis trau­ma­ti­sée, on a mis en vente la mai­son où je suis née, où j’ai tou­jours vé­cu… »

Le 11 avril, le duo, gan­té et en­ca­gou­lé, opère au ta­bac Jean-bart au Per­tui­schaud. À l’ou­ver­ture, l’un jette un sac en or­don­nant : « Rem­plis-le », alors que l’autre pose son arme sur la tempe du com­mer­çant. Ils re­partent avec des jeux à grat­ter et des ci­ga­rettes.

Le 25 avril, ils re­nou­vellent l’opé­ra­tion au No­ni­mag de Ker­lé­dé, mais le pa­tron re­fuse. Les mal­fai­teurs prennent la fuite.

Mar­di, le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint-na­zaire a re­laxé un homme de 30 ans, pour­sui­vi pour un dé­lit très peu cou­rant : la bi­ga­mie.

En 2013, ce bi­blio­thé­caire de na­tio­na­li­té al­gé­rienne épouse au pays une jeune femme de même na­tio­na­li­té mais vi­vant dans la ré­gion nan­taise. Ve­nu la re­joindre dans l’hexa­gone en 2015, la vie com­mune est éphé­mère : un mois ou deux. Le 13 mars 2017, il dé­pose une re­quête de di­vorce en Al­gé­rie. Tou­te­fois, le plus jeune est rat­tra­pé par un voi­sin qui a sui­vi la scène. Le prévenu se­ra ar­rê­té un mois plus tard et pla­cé en dé­ten­tion.

Entre-temps, le 21 avril, il a vo­lé le porte-mon­naie d’une dame de 90 ans qui comp­tait sa mon­naie sur un par­king.

Une deuxième vic­time, em­ployée d’un bu­reau de ta­bac, ex­prime ses an­goisses : « C’est su­per-cho­quant, il braque son arme, on ne sait pas si c’est une vraie ou une fausse, on se de­mande s’il va ti­rer. De­puis, j’ai des sé­quelles…» D’au­tant qu’à la suite de ce­la, son pa­tron veut vendre le com­merce.

Dette de stu­pé­fiants

Dans le box, le dé­te­nu dé­clare : « Je n’ai pas ré­flé­chi ». Et avance : « J’avais une dette de 3 000 € de stu­pé­fiants et ma fa­mille était me­na­cée ». Mais la pro­cu­reure, Mi­chèle Pier­son, cor­rige : « L’ar­gent ré­cu­pé­ré n’a pas ser­vi à la rem­bour­ser ». Elle pour­suit : « Une vi­déo tra­hit votre pré­sence au Jean-bart ; une lettre ano­nyme vous dé­nonce, vous avez quatre condam­na­tions qui cor­res­pondent à 12 vols ou ten­ta­tives, toutes les me­sures de jus­tice n’ont pas été sui­vies d’ef­fet ! » Elle re­quiert trois ans de pri­son dont six mois avec sur­sis plus six mois pour le vol de la no­na­gé­naire.

Me Her­la in­siste sur son im­ma­tu­ri­té : « La preuve, il traîne avec un ado de 14 ans, vi­ré de chez sa mère à sa sor­tie de pri­son, in­car­cé­ré de­puis neuf mois, il est ai­dé et peut avoir un lo­ge­ment et un tra­vail d’ici un mois ». L’avo­cat de­mande un maxi­mum d’un an ferme… mais la peine est mul­ti­pliée par quatre !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.