« La cein­ture noire, c’était le Graal »

L'Écho Républicain - - Châteaudun Vivre Sa Ville -

À 63 ans, le di­rec­teur de l’of­fice HLM de Châ­teau­dun as­sou­vit sa pas­sion du sport en pra­ti­quant le ka­ra­té de­puis 2002. En ku­mi­té (com­bat) ?

van­tage ka­ta Je suis da­

l’est-il ?

On fait tra­vailler tous les muscles de la tête aux pieds. On les dé­ve­loppe de ma­nière har­mo­nieuse et équi­li­brée. Et puis, c’est une dis­ci­pline qui fait tra­vailler les neu­rones. Il y a tout un tra­vail à ef­fec­tuer pour mé­mo­ri­ser les ka­tas et se re­pé­rer dans le temps et l’es­pace. Non, ce n’est pas un sport violent du fait

Rien de dan­ge­reux ?

dé­jà qu’il n’y a pas de pro­jec­tion. On a le droit qu’à la touche contrô­lée. Les com­pé­ti­teurs se blessent quand ils se mettent en dan­ger. C’est par­fois un nez, une côte, mais rien de bien mé­chant…

Vous y trou­vez votre équi­libre ?

Oui, ça me per­met de me dé­tendre. J’ai ga­gné en maî­trise.

Ra­con­tez-nous votre évo­lu­tion ?

J’ai ob­te­nu ma cein­ture noire en 2010. Pour moi, c’était le Graal, quelque chose d’in­ac­ces­sible au dé­part. Pa­trick Mat­ter a, en­suite, ar­rê­té de s’oc­cu­per du club, il a donc fal­lu trou­ver un prof. C’est à ce mo­ment­là que j’ai en­tre­pris une for­ma­tion. J’ai le di­plôme d’ins­truc­teur fé­dé­ral dpuis 2012 et, l’an der­nier, je l’ai com­plé­té par un di­plôme d’ar­bitre dé­par­te­men­tal A.

Et, on vous a confié la pré­si­dence du club en 2011.

Oui, der­rière Co­rinne Pri­vat. Notre fonc­tion­ne­ment me convient. Je ne suis pas seul. Des bé­né­voles s’in­ves­tissent et les pa­rents aus­si quand le be­soin s’en fait res­sen­tir.

Vous al­lez pra­ti­quer jus­qu’à quel âge ?

Si je n’ai pas de pé­pins phy­siques, rien ne m’em­pêche de conti­nuer un cer­tain temps en­core. Il faut juste à mon âge être at­ten­tif à l’échauf­fe­ment et aux éti­re­ments. Il fau­dra s’ha­bi­tuer à son nom. Jo­sé Ma­nuel Ma­gal­haes ren­force l’en­ca­dre­ment du KCC de­puis cette sai­son. Le ka­ra­té­ka d’ori­gine por­tu­gaise est âgé de 56 ans et pos­sède sa cein­ture noire 5 dan, ce qui en dit long de ses ca­pa­ci­tés. Ré­si­dant à Chartres, il était jus­qu’à pré­sent li­cen­cié à Main­te­non. S’il pos­sède le Bre­vet fé­dé­ral eu­ro­péen, ses di­plômes lu­si­ta­niens ne sont pas re­con­nus en France. Il vient donc d’in­té­grer un pro­ces­sus de for­ma­tion pour pas­ser le DAF (Di­plôme d’as­sis­tant fé­dé­ral) puis le DIF (Di­plôme d’ins­truc­teur fé­dé­ral). Jo­sé Mi­guel Ma­gal­haes a ac­com­pa­gné son père à Châ­teau­dun. À 14 ans, c’est l’un des meilleurs ka­ra­té­kas fran­çais de sa gé­né­ra­tion. C’est bien simple, la sai­son der­nière, le mi­nime a dis­pu­té qua­torze com­pé­ti­tions et en a rem­por­té douze. Ses échecs ­ et en­core re­la­tifs ­ ont eu lieu lors des France, où il a ob­te­nu deux mé­dailles d’ar­gent en com­bat et au com­bi­né. Il de­vrait dis­pu­ter les cham­pion­nats d’Eu­rope en 2019 et rêve des Jeux olym­piques à Pa­ris en 2024.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.