La té­lé compte les femmes

L'Écho Républicain - - Septième Jour -

L’hu­ma­ni­té est faite pour moi­tié de femmes, mais le pe­tit écran n’en est pas en­core le digne re­flet. Heu­reu­se­ment, ça bouge ! Chaque an­née, té­lés et ra­dios font un rap­port au Con­seil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel (CSA) pour té­moi­gner de leurs ef­forts pour don­ner leur juste place aux femmes. si des ef­forts sont en­core à four­nir. Concer­nant la pré­sence glo­bale des femmes (ex­pertes, pré­sen­ta­trices, ani­ma­trices,…), l’étiage se si­tue à 40 %. En ce qui concerne les ex­pertes, il y a un en­ga­ge­ment fort de la té­lé­vi­sion pu­blique. France Té­lé­vi­sions s’est en­ga­gé à la pa­ri­té d’ici la fin du man­dat de Del­phine Er­notte en 2020. Quant à TF1, la chaîne est pas­sée à 25 % d’ex­pertes en 2017 quand elle était à 20 % en 2016. Concer­nant la pré­sence glo­bale des femmes à l’écran, TF1 est pas­sé de 31 % en 2016 à 44 % en 2017.

La quan­ti­té mais la qua­li­té aus­si des su­jets abor­dés…

Au su­jet des ex­pertes, la loi nous de­mande de four­nir des don­nées quan­ti­ta­tives. Mais nous sommes éga­le­ment at­ten­tifs à l’as­pect qua­li­ta­tif, c’est­à­dire, le type de su­jet sur le­quel on in­ter­roge les femmes ex­pertes. On les in­vite en­core trop pour par­ler de su­jets dits « fé­mi­nins » comme l’édu­ca­tion ou la san­té et pas as­sez pour par­ler de sport, d’éco­no­mie ou de dé­fense. Mais on avance. No­tam­ment sur le ser­vice pu­blic. De­puis l’ar­ri­vée de Ca­ro­line Roux, par exemple, dans « C dans l’air », non seule­ment les chiffres montent, mais les femmes ex­pertes sont in­vi­tées pour par­ler de su­jets dits « mas­cu­lins ».

Qu’est-ce que les chaînes et les ra­dios ont à y ga­gner ?

D’abord, ça ne coûte pas plus cher ! Et puis, il faut dire qu’au­jourd’hui, un pla­teau pu­re­ment mas­cu­lin, ce n’est plus re­gar­dable. Ce­la fait étrange. Ce­la peut pro­vo­quer des ré­ac­tions de re­jet. C’est une ques­tion d’image, pas seule­ment de ver­tu. Il y a eu une prise de conscience. La pres­sion de la loi, les chiffres pu­bliés avec la mise en évi­den­ ce de bons ou de mau­vais élèves, tout ce­ci en­clenche un cercle ver­tueux.

En quoi ce­la est-il im­por­tant pour la pe­tite-fille qui re­garde la té­lé ?

Écou­ter une di­ver­si­té de pro­fils de « sa­chants », com­prendre qu’une femme est ca­pable d’être une ex­perte dans tel ou tel do­maine au lieu d’être can­ton­née dans un rôle de mé­na­gère est ca­pi­tal pour faire évo­luer les men­ta­li­tés, ré­équi­li­brer les re­pré­sen­ta­tions. La pe­tite fille ou la jeune fille, comme le pe­tit gar­çon ou le jeune homme, vont ain­si pou­voir se pro­je­ter dans le fu­tur avec en tête des mo­dèles de com­pé­tence uni­sexes. C’est vrai­ment im­por­tant que les filles puissent s’ima­gi­ner un ave­nir aus­si va­lo­ri­sant que ce­lui des gar­çons. La lutte contre les sté­réo­types de genre est tel­le­ment im­por­tante pour for­ger les es­prits que nous avons pro­lon­gé notre ac­tion dans le sec­teur de la pu­bli­ci­té. En ef­fet, notre étude sur l’image des femmes dans la pu­bli­ci­té a ré­vé­lé des constats alarmants : les hommes re­pré­sentent 82 % des ex­perts (ceux qui ré­parent une mac­hine, conseillent les pla­ce­ments fi­nan­ciers, pré­sentent une voi­ture,…) ; une ma­jo­ri­té des femmes est li­mi­tée à un rôle fa­mi­lial ou de mé­na­gère ; deux tiers des corps dé­nu­dés sont des femmes. Le 8 mars der­nier, nous avons si­gné une charte avec le sec­teur qui s’en­gage à faire di­mi­nuer ces sté­réo­types tous les ans.

Que ré­pon­dez-vous aux ac­cu­sa­tions de dis­cri­mi­na­tion à l’égard des hommes ?

Nous en sommes loin. Mais il est tou­jours très dif­fi­cile pour une ca­té­go­rie de faire de la place à une autre. Jus­qu’ici les hommes avaient le mo­no­pole de beau­coup de rôles va­lo­ri­sants dans la so­cié­té. Il leur faut faire un peu de place à l’autre moi­tié de l’hu­ma­ni­té. Ils vont s’y ha­bi­tuer. Il n’y a au­cune rai­son que les femmes com­pé­tentes ne trouvent pas leur juste place. Il n’est pas ques­tion de dis­cri­mi­na­tion po­si­tive qui por­te­rait in­jus­te­ment at­teinte à la place des hommes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.