Une tran­chée comme si vous y étiez…

La com­mune rend hom­mage à ses poi­lus pen­dant tout l’au­tomne

L'Écho Républicain - - Vallée De L'eure - Sud-yvelines Vie Locale - Églan­tine Fé­rey Twit­ter : eglan­tine – fe­rey

La mu­ni­ci­pa­li­té d’auneau a inau­gu­ré, hier, sa re­cons­ti­tu­tion d’une tran­chée d’in­fan­te­rie de la Grande Guerre.

Les boyaux étroits, le sol meuble, les pa­lettes et autres sacs de sable, les abris de for­tunes, les ga­melles en fer, les lettres écrites à la hâte au crayon et même quelques rats (en pe­luche) ça et là…

Sous la halle de l’es­pla­nade Da­gron, les équipes tech­niques de la Ville ont réus­si l’ex­ploit de res­ti­tuer un aper­çu du quo­ti­dien des poi­lus pen­dant la Grande Guerre.

Lors de l’inau­gu­ra­tion de cette tran­chée re­cons­ti­tuée et pour don­ner le coup d’en­voi des cé­lé­bra­tions du cen­te­naire sa­me­di ma­tin, ma­jo­ri­té et op­po­si­tion ont même son­né l’ar­mis­tice des que­relles mu­ni­ci­pales qui ont pa­ra­ly­sé la com­mune pen­dant quelques mois.

Hom­mage à 62 poi­lus

Élus et ad­mi­nis­trés rendent hom­mage ce week­end aux 41 poi­lus d’auneau et à leurs 21 frères d’arme de Saint­symphorien. « Nous n’avions pas mar­qué l’an­ni­ver­saire du dé­but du conflit en 2014 mais j’ai in­sis­té au­près des équipes pour que nous fas­sions quelque chose de mar­quant cette an­née. L’équipe mu­ni­ci­pale s’y est at­te­lée d’em­blée, » ex­plique le Mi­chel Sci­clu­na (LR).

Anne Vas­lin, ad­jointe en char­ ge du pa­tri­moine et de l’his­toire lo­cale, en­tou­rée d’autres élus, a pro­cé­dé dans l’ordre. « Nous avons d’abord en­tre­pris des re­cherches pour re­trou­ver les noms de tous les sol­dats par­tis au front. Un his­to­rien lo­cal nous a ai­dés. Puis s’en sont sui­vies beau­coup de vi­sites du ci­me­tière pour iden­ti­fier les tombes ».

Cer­taines des sé­pul­tures ont été lais­sées à l’aban­don. La mu­ni­ci­pa­li­té a choi­si de les res­tau­rer, « ce­la fait par­tie de notre de­voir de mé­moire ».

Des plaques se­ront po­sées de­vant cha­cune des tombes des poi­lus des deux com­munes, elles se­ront dé­voi­lées au­jourd’hui lors des cé­ré­mo­nies du 11 no­vembre.

Un dis­po­si­tif dé­mon­table

Mais Mi­chel Sci­clu­na et son équipe n’ont pas sou­hai­té en res­ter là. « J’avais vu, lors du congrès des maires, la re­cons­ti­tu­tion d’une tran­chée. Je me suis ren­sei­gné pour la faire ve­ nir ici mais c’était trop coû­teux. Nous avons donc dé­ci­dé de construire la nôtre ».

Thier­ry Ba­din, char­pen­tier et em­ployé des ser­vices tech­niques de la ville, s’est donc mis au tra­vail. « Au dé­but, ce­la a été un peu dif­fi­cile de ren­trer dans le pro­jet. Il y avait tel­le­ment à faire ! »

Très vite, les agents se sont pour­tant pris au jeu. À la dif­fi­cul­té de dé­ni­cher les ma­té­riaux né­ces­saires, s’est ajou­tée la né­ces­si­té de construire une struc­ ture dé­mon­table et dé­pla­çable. « Nous avons fait plu­sieurs es­sais à l’ate­lier. Le pre­mier as­sem­blage a été le plus long, ce­la nous a pris deux se­maines. Par contre, c’était beau­coup plus simple de l’ins­tal­ler sous la halle ».

La tran­chée d’in­fan­te­rie est à dé­cou­vrir jus­qu’au 1er dé­cembre et peut­être même au­de­là pré­vient Mi­chel Sci­clu­na : « Les mai­ries peuvent nous contac­ter si elles sou­haitent l’ins­tal­ler chez elle. » ■

POI­LUS. La re­cons­ti­tuions de la tran­chée donne un aper­çu du quo­ti­dien des so­la­dats de la grande guerre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.