Der­nier round pour l’as­so­cia­tion OT

L’Éclaireur de Gamaches - - LE CROTOY - JR.

Tou­risme. L’as­so­cia­tion « Of­fice de tou­risme » a ti­ré sa ré­vé­rence après plus de qua­rante ans de ser­vice. En ef­fet, avec l’ap­pli­ca­tion de la loi sur la ré­forme ter­ri­to­riale (loi NOTRE) c’est l’in­ter­com­mu­na­li­té Pon­thieu-mar­quen­terre qui gère les of­fices de tou­risme, ex­cep­tion faite de Fort-mahon-plage com­mune clas­sée sta­tion de tou­risme et qui bé­né­fi­cie d’une dé­ro­ga­tion tout comme toutes les sta­tions clas­sées de France. Après une an­née de tran­si­tion, Odile Goues­bier se­ra donc la der­nière pré­si­dente.

2017, an­née mi­ti­gée

À l’oc­ca­sion de cette der­nière réunion, on sa­cri­fiait tout de même aux tra­di­tion­nels bi­lans « as­sez mi­ti­gés » se­lon la pré­si­dente, no­tam­ment au re­gard d’une météo es­ti­vale très maus­sade, un prin­temps riche de ren­dez-vous élec­to­raux, et une ar­rière-sai­son fi­na­le­ment dé­ce­vante… Bref, sur la côte picarde c’est sur­tout le prin­temps qui a ap­por­té son lot de belle fré­quen­ta­tion. Les chiffres ne sont donc pas ex­cep­tion­nels à l’of­fice de tou­risme de Rue, mais af­fichent une sen­sible pro­gres­sion de 2.4 % par rap­port à 2016 en nombre de per­sonnes ac­cueillies par l’of­fice de tou­risme ame­nant à 14 098 usa­gers.

La taxe de sé­jour, col­lec­tée au­près des hé­ber­geurs lo­caux, re­flète aus­si la fré­quen­ta­tion. Là en­core une sen­sible hausse : 19 435 € en 2016, pour 20 635 € en 2017. Les mo­nu­ments his­to­riques de la ville af­fichent eux aus­si des in­di­ca­teurs en hausse : 48 580 à la cha­pelle du Saint-es­prit (46 563 en 2016), 10 105 au mu­sée Cau­dron (9 837 en 2016)… À l’is­sue de la pré­sen­ta­tion des comptes de L’OT un ex­cé­dent de 54,32 € se­ra ver­sé au centre com­mu­nal d’ac­tion so­ciale. L’as­so­cia­tion fut dis­soute dans la fou­lée.

Vir­gi­nie Coudre et Ro­bin Fre­nel sont dé­sor­mais em­ployés com­mu­naux dé­ta­chés à 35 % de leur temps à l’of­fice de tou­risme in­ter­com­mu­nal, tan­dis que leur temps de mis­sion d’ani­ma­teurs tou­ris­tiques (vi­sites gui­dées…) es­ti­mé à 65 % de leur temps plein est pris en charge par la ville. Pour les usa­gers, tou­ristes et lo­caux, en re­vanche rien ne change dans l’uti­li­sa­tion de ce gui­chet qui de­meure par­mi les plus ef­fi­caces et sou­riants.

L’of­fice de tou­risme ruen change de struc­ture

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.