BER­TRAND PAR­MEN­TIER

DI­REC­TEUR GÉ­NÉ­RAL DE PIERRE FABRE SA

L'Édition Toulouse de La Tribune - - Les Big Boss -

En 2013, au len­de­main de la mort de Pierre Fabre ( le fon­da­teur du la­bo­ra­toire fran­çais épo­nyme), la no­mi­na­tion de Ber­trand Par­men­tier à la di­rec­tion gé­né­rale du groupe avait créé la sur­prise. Elle tra­duit en réa­li­té l’at­ta­che­ment par­ti­cu­lier qui lie ce groupe à ses cadres. Car entre Ber­trand Par­men­tier et les la­bo­ra­toires Pierre Fabre, l’his­toire ne date pas d’hier. Elle com­mence en 1991 lorsque ce di­plô­mé D’HEC est nom­mé di­rec­teur fi­nan­cier des La­bo­ra­toires Pierre Fabre. Pro­mu en 1996 di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué en charge des fi­nances et des sys­tèmes d’in­for­ma­tion, il res­te­ra dans l’en­tre­prise jus­qu’en 2008.

Au bout de dix-huit ans, il quitte le la­bo­ra­toire pour re­joindre l’équi­pe­men­tier La­té­coère en tant que di­rec­teur fi­nan­cier. Il en de­vien­dra di­rec­teur gé­né­ral, puis pré­sident du di­rec­toire en 2013… quelques se­maines seule­ment avant le dé­cès de Pierre Fabre. C’est à ce mo­ment-là que Ber­trand Par­men­tier est rap­pe­lé. À 61 ans, il est, de­puis, l’un des hommes forts du deuxième la­bo­ra­toire phar­ma­ceu­tique in­dé­pen­dant fran­çais (2,2 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2015 dans 130 pays). Quelques mois après sa prise de fonc­tion, il a por­té le plan « Tra­jec­toire 2018 » dont l’ob­jec­tif est de ré­or­ga­ni­ser la branche phar­ma­ceu­tique qui a per­du 100 M€ de chiffre d’af­faires de­puis 2009. À la clé, 575 sup­pres­sions de postes et des prio­ri­tés thé­ra­peu­tiques re­dé­fi­nies. Le groupe Pierre Fabre donne dé­sor­mais la pri­meur à l’in­no­va­tion en ma­tière d’on­co­lo­gie, de der­ma­to­lo­gie, d’on­co­der­ma­to­lo­gie et de sys­tème ner­veux cen­tral. Le la­bo­ra­toire a dé­jà lan­cé un fonds dé­dié à l’in­no­va­tion. n B. G.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.