ANNE CAMBON-THOMSEN

CHERCHEUSE EN GÉ­NÉ­TIQUE ET ÉTHIQUE

L'Édition Toulouse de La Tribune - - Dossier Les Grosses Têtes -

Tou­louse se­ra la ca­pi­tale eu­ro­péenne de la science en 2018, et c’est à Anne Cambon-thomsen qu’on le doit. Cette gé­né­ti­cienne et spé­cia­liste des ques­tions d’éthique a por­té avec suc­cès la can­di­da­ture de Tou­louse, qui fai­sait face à Pa­ris et Lyon. « Je me suis tou­jours in­té­res­sée à l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té, à la di­men­sion eu­ro­péenne de la re­cherche et au dia­logue entre la science et la so­cié­té. L’esof (Eu­ros­cience Open Fo­rum) réunit tout ce­la et va don­ner une di­men­sion in­ter­na­tio­nale à ma ville na­tale » , se ré­jouit la chercheuse. Grâce à son ac­tion, de 4 000 à 5 000 cher­cheurs du monde en­tier se­ront à Tou­louse du 9 au 14 juillet 2018. Mé­de­cin de for­ma­tion, Anne Cam­bonT­hom­sen est en­trée à l’in­serm à Tou­louse en 1976. En 1985, à 35 ans, elle de­vient la plus jeune di­rec­trice d’uni­té de cet ins­ti­tut. Trois ans plus tard, elle prend éga­le­ment la tête d’un la­bo­ra­toire du CNRS dé­dié aux re­cherches en im­mu­no­lo­gie, gé­né­tique des po­pu­la­tions et gé­né­tique épi­dé­mio­lo­gique. Spé­cia­liste de l’im­mu­no­gé­né­tique, elle a me­né ses tra­vaux sur la di­ver­si­té gé­né­tique hu­maine et ses en­jeux en san­té. « Mes re­cherches ont ap­por­té des élé­ments à la con­nais­sance de ma­la­dies comme le dia­bète de type 1, la né­phrose de l’en­fant, la sclé­rose en plaque et la po­ly­ar­thrite rhu­ma­toïde. J’ai aus­si pi­lo­té une étude ori­gi­nale à l’époque sur la di­ver­si­té gé­né­tique en France. Ce sont plein de pe­tits pas qui font avan­cer » , constate-telle hum­ble­ment. À la fin de son man­dat de di­rec­tion, elle se penche, à par­tir de 1998, sur les as­pects bioé­thiques liées à sa dis­ci­pline. « La trans­plan­ta­tion d’or­ganes et la gé­né­tique se confron­taient à des di­men­sions éthiques que j’ai vou­lu étu­dier. » Membre du Co­mi­té consul­ta­tif na­tio­nal d’éthique des sciences de la vie et de la san­té et du Groupe eu­ro­péen d’éthique des sciences et des nou­velles tech­no­lo­gies, elle pré­side le Co­mi­té opé­ra­tion­nel d’éthique en sciences de la vie au CNRS de 1986 à 2011, et au­jourd’hui le Co­mi­té de dé­on­to­lo­gie et d’éthique de l’ins­ti­tut na­tio­nal du can­cer ain­si que la so­cié­té fran­çaise de gé­né­tique hu­maine. n Gael Cé­rez

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.