À Jean-jau­rès, LE NU­MÉ­RIQUE AU COEUR du pro­jet d'éta­blis­se­ment

Dans le pro­jet du nou­veau pré­sident de L'UT2 fi­gure l'am­bi­tion d'une uni­ver­si­té ou­verte, où le nu­mé­rique trouve sa place dans l'en­sei­gne­ment.

L'Édition Toulouse de La Tribune - - Enquête - PAUL PÉRIÉ @paul_­pe­rie

Dé­jà re­con­nue au ni­veau na­tio­nal pour la qua­li­té de son en­sei­gne­ment en arts, lettres, langues et sciences hu­maines et so­ciales, l'uni­ver­si­té Jean-jau­rès sou­haite res­ter à la pointe en ma­tière de for­ma­tion. La ren­trée 2016 a ain­si per­mis de pré­sen­ter une nou­velle offre. Le ré­sul­tat d'un tra­vail me­né de­puis 2014 qui a conduit à la créa­tion d'une li­cence Sciences so­ciales à Foix, et de l'ins­ti­tut d'arts ap­pli­qués Cou­leur Image De­si­gn, à Mon­tau­ban. Une vo­lon­té de se dé­ployer hors de son cam­pus tou­lou­sain pour l'uni­ver­si­té Tou­louse 2, qui dis­pose éga­le­ment d'un site à Ca­hors et de deux IUT à Bla­gnac et Fi­geac. « Une fi­lière ci­né­ma a éga­le­ment été mise en place au sein de L'UFR de Lettres », ajoute Da­niel La­croix.

NU­MÉ­RIQUE ET RE­CHERCHE

Mais, au-de­là de ces nou­velles for­ma­tions, « le nu­mé­rique est un des points forts du pro­jet d'éta­blis­se­ment, as­sure le pré­sident de l'uni­ver­si­té. Les vice-pré­si­dents en charge du nu­mé­rique et de la for­ma­tion tra­vaillent en­semble pour ac­com­pa­gner les en­sei­gnants vo­lon­taires. » Face à des étu­diants de plus en plus connec­tés, l'uni­ver­si­té sou­haite prendre en compte cette réa­li­té. L'idée est de la rendre plus ou­verte en of­frant da­van­tage de sup­ports ac­ces­sibles en ligne. « Il ne faut pas ar­ri­ver à une déshu­ma­ni­sa­tion de la for­ma­tion » , tem­père ce­pen­dant Da­niel La­croix, qui sou­ligne par ailleurs que le dé­ve­lop­pe­ment du nu­mé­rique ne pour­ra pas ré­gler les pro­blèmes de sur­ef­fec­tif ren­con­trés par l'uni­ver­si­té Jean- Jau­rès, qui compte au­jourd'hui 30 400 étu­diants. « Les ou­tils nu­mé­riques de­meurent des com­plé­ments in­dis­pen­sables mais il est im­por­tant de gar­der le contact. Il est au­jourd'hui es­sen­tiel de sa­voir iden­ti­fier ses sources et ce­la doit être in­té­gré à la pé­da­go­gie », in­siste le pré­sident. Par ailleurs, l'uni­ver­si­té com­mence à mettre en place des Mooc, dont un en Éco­tou­risme et pa­tri­moine, par exemple. Une autre illus­tra­tion de la vo­lon­té d'ou­ver­ture de L'UT2, qui cherche aus­si à « sé­duire et at­ti­rer des per­sonnes vers [ses] for­ma­tions payantes », re­con­naît Da­niel La­croix. Dans cette même lo­gique d'ou­ver­ture, « nous avons beau­coup oeu­vré pour la mise en ligne des pro­duits de la re­cherche », ajoute-t-il. La re­cherche est d'ailleurs l'un des autres « points forts » de Jean-jau­rès se­lon son pré­sident. « Notre uni­ver­si­té est spé­cia­li­sée en sciences hu­maines et so­ciales et nous avons une ré­pu­ta­tion na­tio­nale en ma­tière de re­cherche fon­da­men­tale. » L'uni­ver­si­té est do­tée de quatre pla­te­formes de va­lo­ri­sa­tion de la re­cherche, dont la pla­te­forme ex­pé­ri­men­tale d'étude des com­por­te­ments ali­men­taires (OVALIE) sur le cam­pus tou­lou­sain et une pla­te­forme de­si­gn ( MI­CA) en cours d'ins­tal­la­tion à Mon­tau­ban. « Nous sommes en lien avec le sec­teur pri­vé et avec Tou­louse Tech Trans­fer pour va­lo­ri­ser notre re­cherche », conclut Da­niel La­croix.

Avec des étu­diants tou­jours plus connec­tés, les mé­thodes d'en­sei­gne­ment doivent for­cé­ment s'adap­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.