« L’ave­nir di­ra si c’était le bon »

Wal­de­mar Ki­ta, le pré­sident nan­tais, re­vient sur son choix de nom­mer Mi­guel Car­do­so sur le banc.

L'Équipe - - FOOTBALL - JOHAN RIGAUD

C’est donc sur le Por­tu­gais Mi­guel Car­do­so ( 46 ans) que Wal­de­mar Ki­ta a mi­sé après une sai­son avec Clau­dio Ra­nie­ri, par­ti au mi­lieu de son contrat de deux ans. « Ra­nie­ri vou­lait par­tir en équipe na­tio­nale ( ita­lienne) et s’est fait dou­bler, mais il a pen­sé qu’il pou­vait être choi­si, re­lève le pré­sident nan­tais. Comme c’est un homme d’ hon­neur, qu’i l av ai t pen­sé à par­tir et qu’il s’était mis ça en tête, il s’est dit : “Quoi qu’il ar­rive, je pars”. Je pense que c’est hon­nête de sa part, il n’y a rien à lui re­pro­cher. »

Ki­ta a en­suite été convain­cu par Car­do­so. Le tech­ni­cien por­tu­gais sort d'une sai­son réus­sie avec Rio Ave, cin­quième de Li­ga, dont il a bat­tu le re­cord de points ( 51) pour sa pre­mière ex­pé­rience dans le rôle d'en­traî­neur prin­ci­pal. Avant ce­la, il a no­tam­ment vé­cu une ex­pé­rience au centre de for­ma­tion du Cha­kh­tior Do­netsk ( 2013- 2016) puis as­sis­té Pau­lo Fon­se­ca, l'en­traî­neur du club ukrai­nien, en 2016- 2017.

Il parle « très bien fran­çais » et tra­vaille « 24 heures sur 24 » , pré­cise Ki­ta : « Ce que je vou­lais, c’est voir qui était l’homme, dé­jà, avant d'en­trer dans les dé­tails, l’or­ga­ni­sa­tion et le tra­vail. C’est quel­qu’un qui a sou­hai­té voir notre res­pon­sable de la for­ma­tion ( Sa­muel Fe­nillat), ce qui est quand même rare chez un en­traî­neur. Ils ont dis­cu­té en­semble, je voyais que le fee­ling pas­sait bien, donc c’était im­por­tant. C’est quel­qu’un qui a une ap­proche as­sez pé­da­go­gique. Après, on a pris le temps, ce qui est lo­gique pour avoir plus de chances de ne pas se trom­per. »

Un mi­lieu du Spor­ting Por­tu­gal en ap­proche

Le pré­sident nan­tais ne cache pas qu’il au­rait « bien vou­lu tra­vailler avec Jo­ce­lyn Gour­ven­nec » , son choix n° 1 au dé­part. « C’est un gar­çon su­per in­tel­li­gent, pour­suit- il. Après, il y avait des pe­tits dé­tails dans l’or­ga­ni­sa­tion... Si on avait lais­sé le temps, on au­rait pu tra­vailler des­sus, en­fin ça au­rait pu se faire, mais ça tient par­fois à peu de choses. » Ki­ta a aus­si été « très sé­duit » par Va­hid Ha­lil­hod­zic, libre de­puis son dé­part de la sé­lec­tion ja­po­naise, en avril. « Ce sont tous des gens très bien, mais il y a un mo­ment où il faut faire un choix, qui n’est pas évident. L’ave­nir di­ra si c’était le bon, mais on a vou­lu pen­ser de fa­çon glo­bale en cher­chant une bonne co­or­di­na­tion et c’est quel­qu’un qui peut dy­na­mi­ser. »

Sa ca­pa­ci­té à va­lo­ri­ser la for­ma­tion a comp­té, et sa phi­lo­so- phie de ( beau) jeu a plu. Il lui faut main­te­nant s’ac­cor­der avec le pa­tron nan­tais, dé­jà, sur la ma­nière de pen­ser l’ef­fec­tif et de re­cru­ter. Dès hier, il a été ques­tion du mi­lieu of­fen­sif por­tu­gais Ru­ben Ri­bei­ro ( 30 ans), que Car­do­so a connu à Rio Ave et qui a rom­pu de ma­nière uni­la­té­rale son contrat avec le Spor­ting Por­tu­gal, comme d’autres, après l’af­faire de l’at­taque du ves­tiaire par des sup­por­ters ca­gou­lés, mi­mai ( voir page 19). L’his­toire pour­rait prendre une tour­nure ju­ri­dique, et Nantes veut être sûr de ne prendre au­cun risque, mais c’est bien par­ti.

Il lui faut en tout cas se rem­plu­mer ( Du­bois et Tho­mas­son sont par­tis libres, Sa­la par­ti­ra en cas d’ offre au­tour de 10 M €, Na­koul­ma veut par­tir). Et Ki­ta tient tou­jours à gar­der Die­go Car­los ( 25 ans, sous contrat jus­qu'en 2022) et Va­len­tin Ron­gier ( 23 ans, 2022). Il ré­cla­me­rait 20 M€ pour le pre­mier. Et es­time aus­si beau­coup le se­cond, sui­vi no­tam­ment de près par Lyon et Mar­seille : « Il est trop cher pour eux, ils ne peuvent pas mettre 45M€. »

Wal­de­mar Ki­ta, le pré­sident nan­tais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.