Quatre si­tua­tions à évi­ter

L'Équipe - - RUGBY -

DES HÉSITATIONS QUI COÛTENT CHER

« On voit là toutes les op­tions of­fertes au por­teur de balle néo- zé­lan­dais, et le doute ain­si se­mé chez les Bleus. Scott Bar­rett ( rond noir) va re­ce­voir le bal­lon avec deux so­lu­tions de passe : vers son frère Jor­die, qui a une course ren­trante, ou en pro­fon­deur avec Crot­ty, qui fait un ap­pel ex­té­rieur. En face, un in­ter­valle existe dé­jà entre Gour­don et San­con­nie ( trait bleu), car le pre­mier est mon­té sur le joueur si­tué à l’in­té­rieur de Scott Bar­rett. Pour les deux Fran­çais, face à ces joueurs qui bougent, il est dif­fi­cile de sa­voir sur qui dé­fendre. San­con­nie, signe de fé­bri­li­té et d’échec à ve­nir, est sur les ta­lons. Fi­na­le­ment, Scott Bar­rett va pro­fi­ter de l’in­ter­valle entre les deux troi­sième- ligne et, dans le pla­quage, ser­vir son frère. Il y au­ra es­sai au bout. No­tez la mise en ac­tion de Cane

( nu­mé­ro 7) et A. Smith ( 9) pour dé­jà pré­pa­rer la suite de l’at­taque. » LES DANGERS DU CONTRÔLE

« Comp­tez : à par­tir de Lie­nert- Brown, il y a trois at­ta­quants all blacks contre au­tant de dé­fen­seurs fran­çais. Mais au lieu de mon­ter sur le por­teur de balle, comme at­ten­du dans ces si­tua­tions d’éga­li­té nu­mé­rique, Bas­ta­reaud contrôle : c’est- à- dire qu’il glisse ( course en tra­vers) et donne ain­si du temps et de l’es­pace à son vis- à- vis pour ma­noeu­vrer. Ce der­nier va ac­cé­lé­rer sè­che­ment entre Bas­ta­reaud ( qui se­ra pris sur son in­té­rieur) et Bel­leau, pour re­trou­ver Crot­ty, qui com­mence à an­ti­ci­per pour of­frir un sou­tien in­té­rieur. Dans cette si­tua­tion où Lie­nert- Brown est trop proche de la dé­fense pour faire une passe, il au­rait fal­lu fer­mer l’ex­té­rieur, c’est- à- dire que “Bas­ta” et Dou­may­rou montent sur Lie­nert- Brown, et Gros­so sur B. Smith. » CIBLAGE RATÉ, IN­TER­VALLE OU­VERT

« Beau­den Bar­rett ( rond noir) a été ser­vi en pre­mier at­ta­quant ( le bal­lon vient de la droite de l’image). À nou­veau, comp­tez : il y a cinq at­ta­quants néo- zé­lan­dais face au jeu ( Crot­ty, Bar­rett, Lie­nert- Brown, Squire et B. Smith, non vi­sible) contre six dé­fen­seurs fran­çais ( Can­co­riet, Bel­leau, San­con­nie, Ato­nio, Gour­don et Gros­so, non vi­sible). Les Bleus sont en sur­nombre, mais ils sont mal re­pla­cés ( Ato­nio n’a pas de vis- à- vis) et, sur­tout, deux joueurs ( Bel­leau et Can­co­riet) se jettent sur Bar­rett. Ré­sul­tat, un in­ter­valle s’ouvre ( trait bleu), d’au­tant plus que Chat est en re­tard à l’in­té­rieur. Crot­ty, ser­vi par son ou­vreur, va s’en­gouf­frer. On com­prend bien ici trois fac­teurs d’échec tri­co­lores : les pro­blèmes de ré­par­ti­tion des joueurs dans la ligne, le ciblage des at­ta­quants ad­verses et le dé­pla­ce­ment des joueurs à l’in­té­rieur du bal­lon. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.