« L’Eu­ro­ligue est un objectif » Olek­seï Efi­mov,

Le di­rec­teur exé­cu­tif ukrai­nien de l’AS Mo­na­co, ex­plique le pro­jet de grand club en­ga­gé de­puis cinq ans dans la Prin­ci­pau­té.

L'Équipe - - BASKET -

« L’Eu­ro­coupe an­nonce que vous joue­rez l’épreuve la sai­son pro­chaine. Ces deux der­nières sai­sons, vous jouiez la Ligue des cham­pions. Avez- vous pris une dé­ci­sion ?

On dé­ci­de­ra après la fi­nale. On dis­pose d’une in­vi­ta­tion en Eu­ro­coupe en tant que fi­na­liste de la Ligue des cham­pions, alors on s’est pré- ins­crit pour l’Eu­ro­coupe. Mais ce­la ne veut pas dire qu’on la joue­ra, on étudie les condi­tions dans cha­cune des deux épreuves.

Rê­vez- vous d’Eu­ro­ligue comme l’ASVEL et Stras­bourg?

Oui, j’ai ren­con­tré les di­ri­geants la se­maine der­nière. On pense qu’à moyen terme, c’est un objectif qu'on peut at­teindre.

Même sans une salle digne de l’épreuve ?

Je n’aime pas qu’on dise qu’on ne pour­ra ja­mais jouer l’Eu­ro­ligue à cause de notre salle ( 3 000 places). La ques­tion du mar­ché té­lé e s t i mp o r t a n t e a u s s i e t , e n France, il y a trois gros opé­ra­teurs té­lé ( les groupes Al­tice/ SFR, beIN Sports et Ca­nal +). C’est peut- être plus im­por­tant que la ca­pa­ci­té de la salle. On peut aus­si jouer à An­tibes ( 5 200 places, à 45 de Mo­na­co).

Des ru­meurs courent sur le dé­part de Ser­gueï Dya­de­ch­ko, le pré­sident et ac­tion­naire ma­jo­ri­taire du club. Qu’en est- il ?

En­tendre ça est très étrange. Mais il est vrai qu’on est ou­verts à de nou­veaux par­te­naires, ac­tion­naires, spon­sors sur le lo ng terme. C’est nor­mal, un pro­jet ne peut pas dé­pendre d’une seule per­sonne. On est de­ve­nus at­trac­tifs au­jourd’hui car on a at­teint un cer­tain ni­veau. On a re­çu au dé­but des play- offs un chèque d’un mil­lion d’eu­ros d’une as­so­cia­tion de par­te­naires. On a un sou­tien im­por­tant et un ac­cord avec le gou­ver­ne­ment mo­né­gasque, le pro­jet est pro­té­gé. Il est im­pos­sible qu’il dis­pa­raisse de­main.

Votre fu­tur en­traî­neur se­ra- t- il étran­ger ou fran­çais?

Pro­ba­ble­ment étran­ger. Je ne veux pas man­quer de res­pect aux Fran­çais. Mais vous voyez bien comment on tra­vaille, il se­rait plus fa­cile de fonc­tion­ner avec un étran­ger. Au cas où il fau­drait chan­ger d’en­traî­neur, je dis bien au cas où (*)…

Avez- vous en­core l’es­poir de conser­ver Zvez­dan Mi­tro­vic ?

Oui.

Avez- vous avan­cé sur votre ef­fec­tif 2018- 2019 ?

On sait qu’on conserve a u moi n s u n j o u e u r, Paul La­combe, qui est s o u s c o n t r a t , m a i s j’es­père qu’on en cons e r v e r a d a v a n t a g e . Mais si on est cham­pions de France, nos joueurs coû­te­ront plus cher… »

( *) Le Mon­té­né­grin Zvez­dan Mi­tro­vic, en place de­puis 2015 à Mo­na­co, de­vrait s’en­ga­ger avec l’ASVEL.

Olek­seï Efi­mov, le di­rec­teur exé­cu­tif de Mo­na­co, es­père en­core conser­ver son coach Zvez­dan Mi­tro­vic, an­non­cé du cô­té de l’ASVEL.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.