À en perdre la tête

En s’im­po­sant hier à Gö­te­borg, « Team- Bru­nel » re­dis­tri­bue les cartes au gé­né­ral. Le voi­là à éga­li­té avec « Mapfre » et « Dong­feng » avant l’ul­time étape du tour du monde.

L'Équipe - - BATEAUX - ANOUK CORGE

GÖ­TE­BORG ( SUE) – Après huit mois érein­tants à cou­rir les océans comme des dé­ra­tés pour ne pas cé­der le moindre bout de mille aux voi­sins, les ma­rins ont en­core tout don­né dans cette dixième et avant- der­nière étape du tour du monde en équi­page, entre Car­diff et Gö­te­borg, l’une des plus courtes ( 1 300 milles, 2 408 km), mais non moins in­tense. Quel fi­nal entre Team- Bru­nel et Mapfre, sé­pa­rés par 1’ 55’’ après 4 jours et 5 heures de mer !

Tout ça dans une mé­téo à fré­mir: la tem­pête Hec­tor, si­tuée dans le nord de l’Ir­lande et de l’Écosse, a trans­for­mé le ter­rain de jeu des sept équi­pages en mar­mite en ébul­li­tion. Pas fa­cile d’af­fi­ner la tra­jec­toire pour les bar­reurs. Ça n’a pas em­pê­ché Team- Bru­nel de fi­ler pour ef­fec­tuer une re­mon­tée si­dé­rante : cin­quième mer­cre­di et ve­nu dé­po­ser comme qui ri­gole Mapfre, dé- pos­sé­dé du lea­der­ship à quelques heures du dé­noue­ment, hier.

Pas de quoi dé­clen­cher l’eu­pho­rie à bord de Team- Bru­nel. « Comme on l’a vu dans toutes les étapes pré­cé­dentes, ce n’est pas ter­mi­né tant qu’on n’a pas fran­chi la ligne » , af­fir­mait Kyle Lang­ford, peu avant d’en fi­nir. L’équi­pier aus­tra­lien n’a pas ou­blié la dé­con­ve­nue de New­port quand le team s’est vu pri­ver du suc­cès pour une mi­nute par… Mapfre, lar­gué pen­dant qua­si­ment tout ce hui­tième tron­çon mais re­ve­nu de nulle part dans le brouillard de l’ar­ri­vée foi­reuse, ce 8 mai.

« Dong­feng » dé­cro­ché

New­port au goût amer éga­le­ment pour Charles Cau­dre­lier, le skip­peur fran­çais de Dong­feng, en tête à la veille de l’ar­ri­vée et fi­na­le­ment qua­trième : « C’est la troi­sième fois qu’on se fait dou­bler si près du but. » C’est bien le pro­blème du team si­no- fran­çais de­puis le lan­ce­ment de ce ma­ra­thon ma­ri­time ( 45 000 m, 83 340 km), d’Ali­cante le 22 oc­tobre 2017 : sou­vent pla­cé, ja­mais ga­gnant d’étape. « C’est men­tal » , es­time Cau­dre­lier. Dans une course qui se gagne aux points, Dong­feng était pour­tant en po­si­tion fa­vo­rable avant la dixième étape : lea­der au gé­né­ral avec un point d’avance sur Mapfre et trois sur Team- Bru­nel. Une fois en­core, Cau­dre­lier et sa troupe ont failli à l’ins­tant dé­ci­sif. « On n’a pas eu la meilleure des nuits à bord de Dong­feng. On a été as­sez lents et on ignore pour­quoi » , confiait Ke­vin Es­cof­fier, au su­jet de la nuit de mer­cre­di à jeu­di. Hier, l’équi­page était at­ten­du en qua­trième po­si­tion.

Ain­si de­van­cé par Team- Bru­nel et Mapfre, hier, Dong­feng leur per­met de re­ve­nir à sa hau­teur au clas­se­ment. Et en­core, Cau­dre­lier et Cie bé­né­fi­cient d’un point de bo­nus au temps cu­mu­lé sur ce tour. De fait, le lau­réat de cette édi­tion ne se­ra connu qu’au terme de l’ ult i me étape entre Gö­te­borg et La Haye ( 700 milles) aux Pays- Bas. Le pays d’ori­gine de Bouwe Bek­king ( 54ans), skip­peur de Team- Bru­nel.

Après un fi­nal ha­le­tant avec « Mapfre » ( à l'ar­rière- plan), « Team- Bru­nel » a rem­por­té hier la dixième étape entre Car­diff et Gö­te­borg.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.