« Au Mans, une F 1 se­rait trop ra­pide »

Nous avons de­man­dé à Fernando Alon­so comment il s’ima­gi­nait dans une For­mule 1 sur le cir­cuit du Mans.

L'Équipe - - AUTOMOBILE -

Ima­gi­nez- vous le chro­no que vous pour­riez réus­sir, sur ce cir­cuit, au vo­lant de votre For­mule 1 ?

Je ne sais pas ( il sou­rit et ré­flé­chit). Je n’ai au­cune idée… Je sup­pose… 2’ 55’’ ( à titre de com­pa­rai­son, Ka­zu­ki Na­ka­ji­ma a réa­li­sé le meilleur temps au tour hier en 3' 15'' 377 sur Toyo­ta Hy­brid) ? Quelque chose comme ce­la. Juste sous les trois mi­nutes.

Ce se­rait plus fa­cile avec une F1 ?

Nous se­rions sans doute presque à fond dans les vi­rages Porsche, par exemple ; ils sont plus com­pli­qués à né­go­cier avec la LMP1. C’est la même chose dans l’autre sens, pour les voi­tures de la ca­té­go­rie GTE : cer­taines courbes sont plus fa­ciles avec nos pro­to­types qu’avec une GT qui va y ré­cla­mer plus d’at­ten­tion de conduite. Je pense que ce cir­cuit est vrai­ment fait pour les LMP1. Une F 1 y se­rait trop ra­pide. Plus lé­gère, elle est plus ef­fi­cace par­tout.

À Spa- Fran­cor­champs, où vous avez dis­pu­té de nom­breux Grands Prix de For­mule 1 et par­ti­ci­pé à vos pre­mières 6 Heures d’En­du­rance, en mai der­nier, quelle dif­fé­rence avez­vous res­sen­tie ?

La Toyo­ta est plus lourde, donc un peu plus lente un peu par­tout. Mais elle a une très bonne ac­cé­lé­ra­tion grâce à ses quatre roues mo­trices pour pas­ser au sol le sur­croît de puis­sance élec­trique en sor­tie de vi­rage. Mais c’est sur­tout la course el­le­même qui n’avait plus rien à voir avec les ha­bi­tudes que j’avais en

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.