L ʼ HIS­TOIRE SE­CRÈTE

Le nou­vel en­traî­neur de l’ASM est at­ten­du au­jourd’hui en Prin­ci­pau­té. De­puis les pre­miers signes d’af­fai­blis­se­ment de Leo­nar­do Jar­dim, il était dans le vi­seur de ses di­ri­geants.

L'Équipe - - LA UNE - DE NOTRE EN­VOYÉ SPÉ­CIAL PER­MA­NENT RÉ­GIS TESTELIN

MO­NA­CO – Ven­dre­di soir, il dis­pu­tait son der­nier match comme en­traî­neur ad­joint de la sé­lec­tion belge. Hier il était chez lui, en An­gle­terre, et au­jourd’hui il est at­ten­du sur le Ro­cher. Pre­mier en­traî­ne­ment de­main, en fin d’après- mi­di, avec les joueurs mo­né­gasques du deuxième rang, non in­ter­na­tio­naux ou pas convo­qués par leur sé­lec­tion. Mer­cre­di, il se­ra pré­sen­té à la presse, dans les sa­lons du très se­lect yacht- club de Mo­na­co. Et dès sa­me­di ce se­ra son pre­mier match sur un banc de Ligue 1, à Stras­bourg, pour ten­ter de sor­tir l’ASM de cette im­passe. Cette fois ça y est, Thier­ry Hen­ry ( 41 ans) entre dans la car­rière d’en­traî­neur, à Mo­na­co, là où il est né au foot­ball pro­fes­sion­nel, il y a plus de vingt ans. Ré­cit du feuille­ton qui, à tra­vers plu­sieurs pays, a conduit les di­ri­geants de l’ASM à rem­pla­cer Leo­nar­do Jar­dim, cham­pion de France en 2017, par le meilleur bu­teur de l’his­toire des Bleus ( 123 sé­lec­tions et 51 buts).

Rus­sie, le 12 juillet Hen­ry sé­duit Va­si­lyev

sième deux Nous place jours sommes entre de la ren­contre la le Bel­gique 12 juillet pour à et Mos­cou, l’Angle- la troi- à terre, à la Coupe du monde. Va­dim Va­si­lyev, le vice- pré­sident de l’AS Mo­na­co, est pas­sé dire bon­jour à You­ri Tie­le­mans, son joueur, au­teur d’un Mon­dial plus pro­met­teur que sa pre­mière sai­son à Mo­na­co. Le jeune belge ( 21 ans) a en tête de quit­ter le Ro­cher mais son club veut le conser­ver ab­so­lu­ment. Va­si­lyev le voit et le ras­sure, puis il croise Thier­ry Hen­ry, ad­joint du sé­lec­tion­neur, l’Es­pa­gnol Ro­ber­to Mar­ti­nez. Les deux hommes se connaissent comme ça, « Ti­ti » est pas­sé plu­sieurs fois sur le Ro­cher. En août 2016, il était même mon­té dire bon­jour au centre d’en­traî­ne­ment de La Tur­bie. À Mos­cou, c’est l’oc­ca­sion de boire un ca­fé et de par­ler foot. Hen­ry évoque son im­mense en­vie d’en­traî­ner, son coeur mo­né­gasque, la Coupe du monde. L’en­tre­tien dure et Va­si­lyev est sé­duit. Mais Jar dime st très en place à l’ASM, la sai­son

Mo­na­co, le 5 oc­tobre Le coup de fil à « Ry­bo » Deux jours plus tard, le ven­dre­di 5 oc­tobre,

Va­si­lyev pré­sident du de ses sort doutes de ap­pelle et l’en­traî­neur. ac­tion­naire, et lui donc sug­gère Di­mi­tri Va­si­lyev et seul que, Ry­bo­lov­lev, lui en dé­ci­deur fait cas part de dé­faite chan­ger contre de coach. Rennes, Ry­bo­lov­lev il se­rait ju­di­cieux ai­me­rait de don­ner plus de temps à Jar­dim mais Va­si­lyev le convainc, il y au­ra bien­tôt la trêve in­ter­na­tio­nale et la fe­nêtre se­ra idéale pour trou­ver un nou­veau tech­ni­cien. En rac­cro­chant, « Ry­bo » lui donne son feu vert : il peut ex­plo­rer des pistes d’en­traî­neur au cas où leur équipe per­drait contre les Bre­tons le di­manche. Ce­la fait un mo­ment que la di­rec­tion du club sent Jar­dim moins dé­ter­mi­né et plus loin­tain. Ce 5 oc­tobre, jus­te­ment, le Por­tu­gais a ir­ri­té ses di­ri­geants core com­men­cé, tout va bien. C’était une pre­mière prise de contact, il y en au­ra une deuxième, deux mois plus tard. Le 18 sep­tembre, Hen­ry as­siste dans la tri­bune of­fi­cielle du stade Louis- II à la ren­contre Mo­na­co- At­lé­ti­co de Ma­drid ( 1- 2), en Ligue des cham­pions. Il est là comme se­cond du sé­lec­tion­neur belge, pour su­per­vi­ser Tie­le­mans et Na­cer Chad­li, à cô­té de Di­dier Des­champs. Hen­ry fait des pho­tos avec Va­si­lyev et le pré­sident Ry­bo­lov­lev, c’est chic, et la com­mu­ni­ca­tion du club fait pas­ser les cli­chés. L’état- ma­jor du club avait- il dé­jà une idée der­rière la tête ? Il a tou­jours ju­ré que non. Jus­qu’à la dé­faite contre Rennes ( 1- 2, le 7 oc­tobre), Va­si­lyev as­sure avoir sou­te­nu Jar­dim mor­di­cus, n’avoir ja­mais en­vi­sa­gé la sé­pa­ra­tion et tout fait pour s’en sor­tir avec lui.

Avant le match à Saint- Étienne ( 0- 2, le 28 sep­tembre), la di­rec­tion du club avait fait ap­pel à une so­cié­té de team buil­ding ( mé­thode de ren­for­ce­ment d’équipe) pour amé­lio­rer la co­hé­sion du groupe du­rant la mise au vert. Quatre équipes avaient été créées au sein du groupe, elles de­vaient mon­ter des spec­tacles, s’af­fron­ter dans des jeux de rôles, s’unir, s’ai­mer, se sou­te­nir, il fal­lait re­trou­ver l’union avant le dé­pla­ce­ment à Dort­mund, où l’ASM jouait son ave­nir en Ligue des cham­pions. Sa pre­mière pé­riode avait été d’un ex­cellent ni­veau, ça sen­tait le re­nou­veau et tout le monde s’était re­mis à y croire. Et puis la se­conde pé­riode fut un cal­vaire, les joueurs ont plon­gé, Jar­dim a cher­ché mais n’a pas trou­vé. Mo­na­co a per­du 3- 0 et le groupe n’a mon­tré au­cune ap­ti­tude à se re­le­ver de la moindre gifle.

n ’ a p a s e n - “Hen­ry est un bon choix pour Mo­na­co. Il est cré­dible, il est très in­tel­li­gent, il connaît bien le , , foot­ball. Il va de­voir avoir la bonne at­ti­tude et faire des sa­cri­fices ARSÈNE WENGER, son an­cien en­traî­neur à Mo­na­co et Ar­se­nal, hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.