Ré­ac­tions Vin­cen­zo Ni­ba­li

( vain­queur en 2015 et 2017, deuxième hier)

L'Équipe - - CYCLISME - M. M.

« J'es­pé­rais ga­gner ici mais la course a été très ten­due. Pi­not était dans une condi­tion ex­tra­or­di­naire. »

Cy­rille Gui­mard ( sé­lec­tion­neur na­tio­nal) « On a sen­ti que Thi­baut ( Pi­not) était sur un nuage de­puis ses vic­toires sur la Vuel­ta et il vient de confir­mer par une se­maine re­mar­quable en Ita­lie. Il a rem­por­té ce Tour de Lom­bar­die avec beau­coup de sang- froid, de maî­trise et sans connaître le moindre doute. Il n’a com­mis au­cune er­reur. On pou­vait peut- être que Ni­ba­li fasse de l’in­tox, mais on voyait que Thi­baut s’en oc­cu­pait pas. Il n’était pas là pour se po­ser des ques­tions mais seule­ment pour vi­ser la vic­toire. D’ha­bi­tude, lors­qu’il at­taque, il place de vio­lentes ac­cé­lé­ra­tions. Là, on sen­tait qu’il ne met­tait pas tout. Ces at­taques étaient do­sées et ré­pé­ti­tives. Ce Tour de Lom­bar­die res­te­ra une course ré­fé­rence, une mis­sion ac­com­plie tout en tac­tique et sé­ré­ni­té. Il n’a pas fait de com­plexe. Pour être un cou­reur re­con­nu, il faut des vic­toires qui marquent au­près du pe­lo­ton et du grand pu­blic. Ce suc­cès res­te­ra comme un élé­ment mar­quant de sa car­rière et de sa po­pu­la­ri­té. »

Jé­ré­my Roy ( équi­pier de Thi­baut Pi­not, sur Twit­ter) « Mais quel ca­deau ! Fa­bu­leux. Mer­ci mon pote Thi­baut Pi­not ! Mer­ci les boys de Grou­pa­ma- FDJ !

Une fin de car­rière in­ou­bliable ! » ( Jé­ré­my Roy pre­nait hier soir sa re­traite spor­tive à l'is­sue du Tour de Lom­bar­die ).

Char­ly Mot­tet ( vain­queur du Tour de Lom­bar­die en 1988) « Ce qu’a fait Thi­baut Pi­not est sim­ple­ment ma­gni­fique. Il mé­rite tel­le­ment cette vic­toire qu’il est al­lé cher­cher de la plus belle des ma­nières. On le sen­tait à l’aise de­puis la Vuel­ta et il n’a pas man­qué son ren­dez- vous. Il res­pire ces courses ita­liennes et il est al­lé au bout de son rêve. J’étais un peu comme lui, j’étais ca­pable de tout sa­cri­fier uni­que­ment pour le Mon­dial et le Tour de Lom­bar­die. Lors­qu’on ar­rive à ga­gner une course d’en­vi­ron six heures, ça im­pose le res­pect. Il n’a pas fait d’er­reur tout au long de la course. Car, sur le Tour de Lom­bar­die, il faut sa­voir aus­si bien des­cendre que mon­ter. Il a par­fai­te­ment gé­ré sa course et il a fait un sans- faute. Je dis cha­peau et bien­ve­nu au club. » M. M.

Ro­main Bar­det ( AGR La Mon­diale)

« Il a réa­li­sé un grand nu­mé­ro. C'est une belle vic­toire qui re­jaillit sur tout le cy­clisme fran­çais. Cha­peau ! Per­son­nel­le­ment, j'ai connu une jour­née sans, comme il en ar­rive par­fois. Ce­la n'oc­culte pas une sai­son consis­tante même si je rê­vais de la fi­nir sur une meilleure note. J'ai vite sen­ti que ce se­rait une jour­née com­pli­quée. Les jambes ne ré­pon­daient pas. La sai­son a été longue et il est temps qu'elle se ter­mine. »

Sur le po­dium de Côme, hier, Vin­cen­zo Ni­ba­li fé­li­cite Thi­baut Pi­not, à qui il avait souf­flé la vic­toire par deux fois dans la clas­sique au­tom­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.