Elles font la paire

Filles res­pec­ti­ve­ment de l’ex- in­ter­na­tio­nal Fré­dé­ric Fau­thoux et du re­gret­té Thier­ry Ru­pert, Ma­rine et Ilia­na, amies et ar­gen­tées cet été au Mon­dial en moins de 17 ans, en­ta­maient hier leur car­rière pro­fes­sion­nelle.

L'Équipe - - BASKET - YANN OHNONA

Une nuée de joueuses em­plit le lob­by de l’hô­tel Mer­cure qui jouxte le stade Cou­ber­tin. Dès qu’elles s’aper­çoivent, un sou­rire illu­mine les vi­sages d’Ilia­na Ru­pert et Ma­rine Fau­thoux. Elles se tombent dans les bras. Elles n’ont que dix­sept ans, mais les pro­jec­teurs sont bra­qués sur les deux pé­pites de la gé­né­ra­tion 2001. Elles lan­çaient hier leur car­rière pro­fes­sion­nelle après une pre­mière vie à ap­prendre en­semble. Les voi­là sé­pa­rées, quelques mois après être sor­ties de l’INSEP. Fau­thoux ( 1,73 m) a re­joint Tarbes, me­neuse comme son père Fré­dé­ric, l’an­cienne lé­gende de Pau ; Ru­pert ( 1,93 m), in­té­rieure, fille du re­gret­té Thier­ry, dis­pa­ru le 10 fé­vrier 2013, a in­té­gré le club le plus ti­tré de l’his­toire, Bourges. Et même si seule la pre­mière a joué hier ( Ru­pert souffre d’une en­torse à la che­ville et n'a ef­fec­tué que l'échauf­fe­ment), leurs des­tins semblent liés pour long­temps.

Ilia­na Ru­pert n’a pas un mois quand sa mère l’em­mène suivre un match de son père en Rus­sie. A u m ê m e m o m e n t , M a r i n e Fau­thoux ne rate qua­si­ment pas un match de l’Élan, ac­com­pa­gnée par sa mère au pa­lais des sports. Elles se ren­contrent à sept ans. Thier­ry Ru­pert évo­lue en­core en Béarn, et elles prennent leur pre­mière li­cence à PauNord- Est.

« Notre ami­tié est es­sen­tielle » , ra­conte la Tar­baise. « On aborde les chal­lenges à deux. On évo­lue à deux postes com­plé­men­taires. On était dans la même chambre au Mon­dial des moins de 17 ans… Plus que la tran­si­tion avec le ni­veau pro, c’était sur­tout bi­zarre d ’ ê t r e s o u d a i n l o i n l’ u n e d e l’autre. »

En­trées avec un an d'avance au centre fé­dé­ral, en 2015, elles posent les pre­mières pierres de l’équipe de France de de­main. Titre eu­ro­péen ca­dets en 2017, ar­gent mon­dial l’été der­nier, seulem e n t b a t t u e s p a r l e s i n t o u c h a b l e s A mé r i c a i n e s ( 40- 92). « Avec notre gé­né­ra­tion, on veut, entre guille­mets, mar­cher s u r t o u t l e m o n d e , a n n o n c e Fau­thoux, qui se rêve, avec Ilia­na, un des­tin na­tio­nal, voire olym­pique en 2024. On veut tout ga­gner, et on aborde chaque match avec la convic­tion qu’on y ar­ri­ve­ra. Même si ça ne marche pas à tous les coups ( elle rit), il vaut mieux pen­ser comme ça. » Ses pre­miers pas pous­sifs, hier lors de la dé­route des vice- cham­pionnes de France face à l’ASVEL ( 40- 68, 0 point, 0/ 8, 3 balles per­dues en 26 mi­nutes) lui don­ne­ront un aper­çu du che­min à par­cou­rir.

Si les dé­buts d’Ilia­na Ru­pert sont re­mis à plus tard, le po­ten­tiel de la MVP de l’Eu­ro ca­dets 2017 fait peu de doute. Reste à fran­chir le cap phy­sique et à sup­por­ter les charges qui iront avec la mul­ti­pli­ca­tion des com­pé­ti­tions. Le chal­lenge ne semble pas ef­frayer la jeune femme, qui dé­roule un dis­cours em­preint d’hu­mi­li­té. « On va vite, avec Ma­rine, on rêve grand, Eu­rope, sé­lec­tion, mais je ne vis pas ça comme une pres­sion. Ma mère m’aide à gé­rer tout ça, elle me ras­sure quand ça ne va pas. Je suis prête à tout don­ner pour y ar­ri­ver et je veux rendre fiers ceux qui croient en moi. » Quelle meilleure école que Bourges ? Elle y évo­lue­ra avec le nu­mé­ro 12, ce­lui de son père. Mais aus­si ce­lui qu'a por­téCa­thy Me­lain. Le club de­vait re­ti­rer le nu­mé­ro de la lé­gende Tan­go, mais a dé­ci­dé de re­pous­ser la cé­ré­mo­nie pour qu’Ilia­na Ru­pert puisse en hé­ri­ter et le por­ter en hom­mage. hier 68 86-

au­jourd'hui

“On va vite, on rêve grand

, ,

Hier, Ma­rine Fau­thoux ( à gauche) a joué son pre­mier match en Ligue fé­mi­nine sans connaître la réus­site, tan­dis qu'Ilia­na Ru­pert a seule­ment ef­fec­tué l'échauf­fe­ment en rai­son d'une en­torse à la che­ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.