En­tre­tien ex­clu­sif avec le maire Gilles Ju­ry

La Gazette de la Haute-Loire - - La Une - PROPOS RE­CUEILLIS PAR YVON SOU­LAS

Suite de nos en­tre­tiens ex­clu­sifs avec, cette se­maine, le maire de Montregard, Gilles Ju­ry.

Vous avez été élu pour la pre­mière fois il y a trois ans. Com­ment s’est pas­sée votre ar­ri­vée à la mai­rie ? Avez­vous bien été ai­dé par l’équipe pré­cé­dente ?

La pre­mière an­née, j’ai pris connais­sance des dos­siers et du mode de fonc­tion­ne­ment qui est très dif­fé­rent de ce­lui du sec­teur pri­vé dont je ve­nais. Ce fut une dé­cou­verte. Je n’ai pas trop été ai­dé mais je n’ai pas non plus trop de­man­dé, il est vrai. Jean­Pierre Achard, mon pré­dé­ces­seur, a cou­pé avec la mai­rie tout de suite et est par­ti plu­sieurs mois en va­cances. À son re­tour, chaque fois que nous avons eu des de­mandes d’aide, il n’y a eu au­cun pro­blème. Les trois élus qui sont res­tés dans le conseil n’étaient pas très au cou­rant des élé­ments et c’est avec Claire Jar­dy, la se­cré­taire de mai­rie qui était là de­puis plus de 30 ans, que tout a été trans­mis. Elle nous a énor­mé­ment ai­dés. Au­jourd’hui, nous avons bien pris le rythme. Qu’en est­il pour votre équipe ?

Tout va bien. J’avais choi­si une équipe jeune et dy­na­mique et elle me donne en­tière sa­tis­fac­tion. Un seul bé­mol, leur jeu­nesse fait qu’ils exercent tous une pro­fes­sion, à part Mme Ma­thieu qui est re­trai­tée, et il est par­fois com­pli­qué de ca­ler des réunions. Mais nous tra­vaillons tous en par­faite trans­pa­rence et l’avis de tous est le bienvenu. Nous avons en­re­gis­tré une dé­mis­sion de quel­qu’un qui ne se re­trou­vait pas dans ce mode de fonc­tion­ne­ment mais nous nous sommes quit­tés en bons termes. Où en est­on de la dé­mo­gra­phie sur le vil­lage ?

Le der­nier re­cen­se­ment a eu lieu en jan­vier et fé­vrier de cette an­née et in­di­quait une po­pu­la­tion tom­bée au­des­sous de 600 ha­bi­tants, 596 exac­te­ment. En 2012, nous étions 605. Mais de­puis le re­cen­se­ment, 4 fa­milles avec de jeunes en­fants se sont ins­tal­lées. À quelques mois près, la po­pu­la­tion ne bais­sait pas (sou­rire). Glo­ ba­le­ment, notre dé­mo­gra­phie est stable. Les nou­veaux ha­bi­tants construisent­ils ?

Non mal­heu­reu­se­ment. De­puis 3 ans, nous n’avions pas eu un per­mis de construire, mais nous ve­nons d’en si­gner un et il y en au­ra peut­être deux autres avant la fin de l’an­née. En fait, nous sommes sur­tout dans l’achat et la ré­no­va­tion de bâ­ti­ments an­ciens.

Le dé­fi­cit de ter­rains semble chronique sur le vil­lage de­puis long­temps…

En ef­fet, et en plus, nous fi­nis­sons la carte com­mu­nale qui va vers une forte ré­duc­tion des zones construc­tibles, sur­tout dans les ha­meaux. L’ob­jec­tif est de fa­vo­ri­ser la ré­no­va­tion en re­den­si­fiant. Ce­la fonc­tionne puisque, par exemple, au vil­lage du Mon­teil, il n’y avait plus d’ha­bi­tants et deux achats/ré­no­va­tions ont eu lieu. En fait, il se­rait sou­hai­table de re­den­si­fier le bourg mais nous nous heur­tons à trois pro­blèmes. Pre­miè­re­ment, la com­mune ne dis­pose pas de ré­serves fon­cières. En­suite, l’an­cienne mu­ni­ci­pa­li­té avait pas­sé un com­pro­mis de vente pour un ter­rain qui au­rait per­mis de réa­li­ser un lo­tis­se­ment, mais il semble qu’un conflit fa­mi­lial chez les ven­deurs an­nule ce pro­jet. En­fin, nous nous heur­tons à de la ré­ten­tion fon­cière des pro­prié­taires qui soit ne sou­haitent pas vendre, ou à des prix com­plè­te­ment hors du mar­ché. Ajou­tez que Montregard n’est pas sur un axe de pas­sage… Nous tra­vaillons ce­pen­dant à cette re­dy­na­mi­sa­tion du bourg. Qu’en est­il de l’école ?

Montregard a une école pri­vée avec deux classes. Il y a deux ans, nous avions plus de 40 élèves mais nous sommes tom­bés à 31 du fait du dé­part de nom­breux CM2. Heu­reu­se­ment, nous au­rons cinq ins­crip­tions cette an­née. L’école n’est pas plus me­na­cée que ce­la mais nous sui­vons ses ef­fec­tifs. En 2015, nous avons en­re­gis­tré 6 nais­sances et nous es­pé­rons que quel­que­suns soient ins­crits sur notre école. Fi­nan­ciè­re­ment, nous ai­dons l’école au maxi­mum, à hau­teur du for­fait dé­par­te­men­tal maxi­mal et nous agis­sons aus­si au ni­veau de l’Apel de di­verses ma­nières. Nous ai­dons aus­si aux tra­vaux en­tre­pris. Les re­la­tions sont bonnes avec l’école. Notre sou­ci prin­ci­pal ré­si­dait dans la sup­pres­sion du ra­mas­sage sco­laire à la ren­trée 2017 car trop peu d’élèves étaient concer­nés mais nous avons re­fait une de­mande du fait des nou­veaux ins­crits et nous es­pé­rons qu’elle se­ra prise en compte. La com­mune en­tre­prend beau­coup de tra­vaux ?

Montregard a énor­mé­ment de voi­ries à gé­rer, ce qui consti­tue un gros poste chez nous. Nous réa­li­sons notre jardin pu­blic très at­ten­du par les fa­milles. Une par­tie de­vrait ou­vrir cet été. Il ser­vi­ra à re­créer du lien so­cial, une par­tie se­ra plate­for­mée pour ac­cueillir des fa­milles, des jeux de boules… Nous avons aus­si des tra­vaux d’ac­ces­si­bi­li­té à ache­ver sur la salle mul­tiac­ti­vi­tés, la salle des sports et le par­vis de la mai­rie. Nous en­ga­geons d’ailleurs cet au­tomne un gros chan­tier pour agran­dir ce par­vis. Nous y ad­join­drons une place par­king pour les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite et le chan­tier per­met­tra, en outre, à la Pe­tite au­berge d’agran­dir sa ter­rasse. Dans le même temps, nous crée­rons un grand par­king d’une cin­quan­taine de places en des­sous du gîte avec un ac­cès pié­ton sur la mai­rie. Nous y ajou­te­rons trois places de cam­ping. Les tra­vaux s’éta­le­ront sur deux ans et nous bé­né­fi­cions d’aides de la Ré­gion, du Dé­par­te­ment et de l’in­ter­com­mu­na­li­té. D’autres tra­vaux sont­ils en pro­jet ?

Oui, nous pen­sons à une salle pour les as­so­cia­tions, qui se heurtent à un pro­blème de sto­ckage de leur ma­té­riel. Les chas­seurs sou­haitent aus­si un lieu dans les normes. Nous pen­sons à l’ins­tal­ler der­rière la salle mul­ti­ac­ti­vi­tés puis­qu’il nous reste 2.000 m² de ter­rains. En­fin, nous al­lons lan­cer un pro­gramme d’em­bel­lis­se­ment du bourg. Nous ré­no­vons les murs com­mu­naux et pous­sons pour que les pro­prié­taires pri­vés fassent de même. Nous al­lons ac­cen­tuer le fleu­ris­se­ment et les plan­ta­tions. Nous avons un jo­li vil­lage en pierres qu’il faut va­lo­ri­ser.

La salle mul­ti­ac­ti­vi­tés tourne­t­elle à plein ré­gime?

De­puis juillet 2014, elle fonc­tionne très bien hors hi­ver et a per­mis de re­lan­cer l’ac­ti­vi­té des as­so­cia­tions. Je dois sa­luer d’ailleurs le dy­na­misme du col­lec­tif Fêtes ru­rales qui mul­ti­plie les ani­ma­tions, entre fête de la musique, re­pas des clas­sards… Et qui fait sor­tir les gens.

Com­ment se porte la com­mune au ni­veau fi­nan­cier ?

Comme toutes les autres, nous souf­frons de la baisse des do­ta­tions de l’État. On avait un peu aug­men­té les im­pôts en dé­but de man­dat, on ne l’a plus fait et on n’y tou­che­ra plus jus­qu’à la fin. Nous avons la chance d’être ai­dés par l’in­ter­com­mu­na­li­té avec des fonds di­vers. Les fi­nances se portent bien pour l’ins­tant. Où en est­on de la zone d’ac­ti­vi­tés d’Au­la­gny ?

Les tra­vaux de­vraient dé­bu­ter cet été ou en sep­tembre sur le cô­té gauche de la dé­par­te­men­tale en ve­nant de Mont­fau­con. Ce­la a été très long. Cô­té droit, nous nous heur­tons en­core à la Dreal (Di­rec­tion ré­gio­nale de l’en­vi­ron­ne­ment, de l’amé­na­ge­ment et du lo­ge­ment) qui de­mande une nou­velle étude d’im­pact. Elle re­pous­se­rait en­core d’un an les tra­vaux alors qu’une étude avait dé­jà été me­née sur la faune et la flore… Cette zone est in­ter­com­mu­nau­taire car consti­tuée avec le Pays de Mont­fau­con et le Haut­Li­gnon. Nous re­gret­tons d’ailleurs la dé­ci­sion du Haut­Li­gnon de créer la zone du Fieu à Tence alors qu’il avait été de­man­dé et conve­nu au dé­part que deux en­tre­prises ten­çoises, Cin­ tra­fil et Bon­ne­foy, s’ins­tallent sur Au­la­gny… Pour les en­tre­prises à Au­la­gny, la so­cié­té de trans­port de grumes Ran­con va uti­li­ser notre zone et l’in­ter­com­mu­na­li­té a deux autres contacts avec des en­tre­prises.

Jus­te­ment, quelles sont les re­la­tions avec l’in­ter­com­mu­na­li­té du Pays de Mont­fau­con ?

Elles sont très bonnes. Nous avons une Com­mu­nau­té de com­munes qui dis­pose de nom­breux fonds de concours, il se­rait dif­fi­cile de de­man­der mieux (sou­rire). Sur­tout, ce qui est agréable, c’est qu’en réunion de bu­reau, tous les élus dé­laissent leur vi­sion com­mu­nale pour en­dos­ser un es­prit com­mu­nau­taire. C’est ce qui fait d’ailleurs notre force. Per­sonne ne tire la cou­ver­ture à soi. Un exemple, nous dis­po­sions d’un reste de fonds CG2D (Contrat glo­bal de dé­ve­lop­pe­ment du­rable) que nous avons tous sou­hai­té dis­tri­buer à Saint­Ju­lienMol­he­sa­bate qui de­vait chan­ger son trac­teur. Il y a une réelle en­tente entre les com­munes et nous avons la chance d’avoir Olivier Ci­go­lot­ti, notre pré­sident, qui est très à l’écoute et qui di­rige par­fai­te­ment la struc­ture. OEu­vrez­vous pour le tou­risme ?

Nous al­lons dé­ve­lop­per deux cir­cuits de randonnée en plus et sur­tout un qua­trième cir­cuit Res­pi­ran­do sur la com­mune. Sur­tout, nous sou­hai­tons créer un cir­cuit à thème dans le bourg avec une ac­ces­si­bi­li­té han­di­ca­pé et uti­li­sable aus­si pour les fa­milles avec pous­settes. Nous en­vi­sa­geons éga­le­ment d’y ad­joindre une thé­ma­tique pour les en­fants de type chasse au tré­sor. L’em­bel­lis­se­ment contri­bue aus­si à cet at­trait. Nous nous ré­jouis­sons aus­si de la réus­site de la Pe­tite au­berge.

Votre man­dat ex­pire dans trois ans, al­lez­vous vous re­pré­sen­ter ?

Il est trop tôt pour don­ner une ré­ponse car trois an­nées doivent en­core se pas­ser. Si le man­dat s’ache­vait au­jourd’hui, je di­rais oui sans hé­si­ter car c’est une fonc­tion vrai­ment très in­té­res­sante. C’est pas­sion­nant. Mais d’ici trois ans…

« De­puis 3 ans, nous n’avions pas eu un per­mis de construire » « Un gros chan­tier pour agran­dir le par­vis de la mai­rie »

« Nous avons bien pris le rythme », ex­plique le maire de Montregard, Gilles Ju­ry.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.