Isabelle Va­len­tin suc­cède à Laurent Wau­quiez

La Gazette de la Haute-Loire - - La Une - JÉRÉMIE SA­BOT

Les deux duos qui se sont af­fron­tés jus­qu’au bout de l’élec­tion lé­gis­la­tive sur la pre­mière cir­cons­crip­tion ont fait une cam­pagne ma­ra­thon sur le ter­rain.

■ « Ça va vrai­ment être com­pli­qué, mais il y a une pe­tite fe­nêtre de tir pour battre Wau­quiez. Et c’est peut­être la pre­mière et der­nière chance que l’on a ». Nous sommes à SaintRo­main­La­chalm, le 20 mai pour le lan­ce­ment de cam­pagne de Cé­cile Gal­lien et Maxime Chan­te­graille et un mar­cheur ano­nyme af­fiche son es­poir de vic­toire. Il faut dire que la dé­mons­tra­tion de force est im­pres­sion­nante avec la pré­sence du chef Ré­gis Mar­con et du sé­na­teur Gé­rard Roche en tête, mais aus­si quelques élus d’une cer­taine en­ver­gure comme l’an­cien édile mo­nis­tro­lien Ro­bert Va­lour ou l’ac­tuel maire de SaintPal­de­Mons, Pa­trick Rif­fard.

« Une ma­chine de guerre »

Un mois plus tard, la cam­pagne des can­di­dats de la Ré­pu­blique en marche a été à la hau­teur de leur am­bi­tion. Le maire de Vo­rey et son très ac­tif sup­pléant ont réus­si le ma­ra­thon qu’ils avaient pré­vu. Vi­si­ter les 82 com­munes, mul­ti­plier les réunions pu­bliques, les échanges avec les ac­teurs éco­no­miques lo­caux… Bref, ar­pen­ter en large et en tra­vers le ter­ri­toire pour ap­por­ter la bonne pa­role du pré­sident Ma­cron et ins­crire la cir­cons­crip­tion dans la ma­jo­ri­té créée par la vague pré­si­den­tielle. Pour­tant, mal­gré cette belle cam­pagne, le score de di­manche soir est sans ap­pel : Isabelle Va­len­tin s’im­pose Isabelle Va­len­tin et Laurent Wau­quiez lors d’une ré­cente vi­site de chan­tier au Puy (photo : Vincent Jolfre). Cé­cile Gal­lien et Maxime Chan­te­graille ont lan­cé leur cam­pagne aux cô­tés du sé­na­teur Gé­rard Roche. avec près de 8.000 voix d’avance.

Alors au mo­ment d’ex­pli­quer ce re­vers, un fi­dèle mo­nis­tro­lien de la Ré­pu­blique en marche as­sure : « notre score est bon. Mais en face, nous nous sommes pris un rou­leau com­pres­seur. Qu’on aime ou pas Laurent Wau­quiez, il faut lui re­con­naître quelque chose, c’est une ma­chine de guerre dans les élec­tions ». Il faut dire que ra­re­ment, un sup­pléant n’au­ra au­tant mouillé la che­mise pour une élec­tion. Om­ni­pré­sent aux cô­tés d’Isabelle Va­len­tin, le ti­tu­laire du poste a su contour­ner “l’em­bê­tante” règle du non­cu­mul des man­dats. Af­fiches de cam­pagne, pros­pec­tus dans les boîtes aux lettres, pu­bli­ca­tions sur les ré­seaux so­ciaux… Le pré­sident de Ré­gion était sur tous les fronts du­rant le mois écou­lé. Tant et si bien que lorsque l’on a in­ter­ro­gé quelques pas­sants sur le mar­ché de Bas­en­Bas­set, pour leur de­man­der qui était can­di­dat pour la droite, la plu­part ont ré­pon­du sans hé­si­ter : « Ben, c’est Laurent Wau­quiez ». Une évi­dence qui ré­pond à une vé­ri­table stra­té­gie. Plus que l’éti­quette Les ré­pu­bli­cains, la “marque Laurent Wau­quiez” est de­ve­nue in­con­tour­nable en Haute­Loire.

Et si l’on doit trou­ver un dé­but d’ex­pli­ca­tion à la dé­faite de Cé­cile Gal­lien et de Maxime Chan­te­graille, elle se si­tue là. Le ti­cket de la Ré­pu­blique en marche a réus­si une for­mi­dable cam­pagne de ter­rain du­rant un mois non­stop. Mais en face, ce­la fait plus de dix ans non­stop que l’an­cien maire du Puy fait ce même tra­vail de ter­ rain. Pour en être convain­cu, il fal­lait être à SaintJust­Mal­mont la veille du pre­mier tour de ces législatives.

« Une soi­rée dé­tente » à Saint-Just

Une po­tée au­ver­gnate géante, plus de 1.000 par­ti­ci­pants et un soleil de plomb. Le pré­sident de Ré­gion ar­rive en che­mise, avec une large par­tie de sa garde rap­pro­chée. La cam­pagne est of­fi­ciel­le­ment sus­pen­due, alors ni lui ni Isabelle Va­len­tin ne pren­dront la pa­role pu­bli­que­ment. Mais cette « soi­rée de dé­tente » avant le jour J se trans­forme ra­pi­de­ment en triomphe ro­main. La longue bu­vette mise en place est bon­dée et le can­di­dat sup­pléant la tra­verse tran­quille­ment comme s’il était chez lui avec une poi­gnée d’amis. Il prend des nou­velles de l’un, tape sur l’épaule d’un autre et rit aux blagues d’un troi­sième. La tra­ver­sée dure plus d’une heure et cha­cun a eu droit à une pe­tite at­ten­tion. Les plus ti­mides ont par­lé à Mon­sieur Wau­quiez, mais la plu­part ont dis­cu­té avec Laurent, tan­dis que les plus fa­mi­liers in­ter­pellent Lo­lo. Isabelle Va­len­tin reste au contact et se fond dans la masse tout aus­si na­tu­rel­le­ment. Le par­cours est un sans faute et le ti­cket di­vers droite ar­ri­ve­ra lar­ge­ment en tête, le len­de­main, à Saint­Just­Mal­mont.

Alors au­de­là des éti­quettes et des pro­grammes, ce sont des cen­taines de soupes aux choux, de ball­trap et de fêtes de vil­lage qui sem­blaient sé­pa­rer les deux duos qui s’af­fron­taient pour ces législatives.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.