Le tra­fi­quant en short à la barre…

La Gazette de la Haute-Loire - - Faits Divers -

Cinq hommes étaient ju­gés mar­di au Puy pour tra­fic de can­na­bis et de cocaïne à Saint-Di­dier. L’un d’entre eux est ar­ri­vé en short, ce qui a ir­ri­té le pré­sident du tri­bu­nal.

■ Mise au point. « Est­il nor­mal de se pré­sen­ter en short au tri­bu­nal ? Ce n’est pas la plage ici ! On ne se pré­sente pas comme ça de­vant la jus­tice. Il y a quelques an­nées en ar­rière, je vous au­rais en­voyé vous rha­biller. Mais ras­su­rez­vous, votre te­nue n’en­tre­ra pas en compte dans la dé­ci­sion de jus­tice ». L’au­dience cor­rec­tion­nelle de mar­di a com­men­cé par un ser­mon du pré­sident Delay, pour l’un des cinq jeunes hommes pré­sents à la barre. En t­shirt, ber­mu­da, pe­tit bouc et che­veux longs, l’in­té­res­sé ne moufte pas. Le quin­tet est pour­sui­vi pour l’ac­qui­si­tion, la dé­ten­tion, l’usage, le trans­port et la ces­sion de can­na­bis et de cocaïne, dans la Loire et dans l’est de la Haute­Loire entre 2014 et 2015. L’homme ve­nu à l’au­dience comme on va à la plage est en état de ré­ci­dive lé­gale, comme plu­sieurs de ses ca­ma­rades. Cô­té pas­sif, les jeunes af­fichent di­verses condam­na­tions, pour des vio­lences no­tam­ment, avec un re­cord éta­blit à dix pas­sages de­vant les juges pour le plus « ti­tré ».

Le dos­sier a été ou­vert par les gen­darmes, lors d’un contrôle à Saint­Di­dier­en­Ve­lay, en 2013, alors qu’une vague de cam­brio­lages avait lieu dans le sec­teur. Les quatre jeunes gens contrô­lés ne sont pas des cam­brio­leurs, mais une forte odeur de can­na­bis s’échappe de leur voi­ture… Ar­rê­tés et au­di­tion­nés, ils lâchent des in­for­ma­tions. Les mi­li­taires pour­suivent leurs in­ves­ti­ga­tions. Des écoutes té­lé­pho­niques per­mettent de mettre des noms sur des sur­noms et de géo­lo­ca­li­ser la plaque tour­nante du ré­seau : les toi­lettes de Saint­Di­dier. Mises sous sur­veillance, les sa­ni­taires per­mettent d’iden­ti­fier d’autres per­son­nages, no­tam­ment une « nour­rice » qui plan­quait du can­na­bis dans sa chambre, chez ses pa­rents.

L’homme au ber­mu­da, qui s’était mon­tré plu­tôt fi­lan­dreux lors de ses pré­cé­dentes au­di­tions, re­con­naît cette fois les faits qui lui sont re­pro­chés, tout en es­sayant de mi­ni­mi­ser son im­por­tance dans le ré­seau. Un autre, sur le même mode, ré­fute la qua­li­fi­ca­tion de toxi­co­mane : « fu­meur de shit, oui, mais pas toxi­co­mane », lance­t­il aux juges. Juste de quoi mo­ti­ver une nou­velle ex­pli­ca­tion de texte sur les dan­gers du can­na­bis « qui pro­voque des dé­gâts ir­ré­ver­sibles sur le psy­chisme des consom­ma­teurs qui en usent et en abusent dès leur plus jeune âge ». Eu égard au pro­fil et à l’im­pli­ca­tion de cha­cun des pro­ta­go­nistes, le mi­nis­tère pu­blic de­mande des peines al­lant de 9 mois de pri­son avec sur­sis à deux ans, dont une an­née avec sur­sis et mise à l’épreuve. À l’is­sue des 4 heures d’au­dience et après 45 mi­nutes de dé­li­bé­ré, le tri­bu­nal a pro­non­cé des peines al­lant de 18 mois de pri­son avec sur­sis et mise à l’épreuve à 18 mois dont 12 mois avec sur­sis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.