MON­SIEUR JAMÉCONTENT

La Gazette de la Haute-Loire - - Avant Toute Chose -

CHAUS­SURE IM­POS­SIBLE

Il y a un mois jour pour jour, je me suis ache­té une paire de chaus­sures en cuir dans un ma­ga­sin de l’est de la Haute­Loire dont je tai­rais le nom (vous no­te­rez au pas­sage ma lâ­che­té évi­dente face aux po­ten­tielles re­pré­sailles du lob­by des mar­chands de chaus­sures). Elles pré­sen­taient l’avan­tage d’être jo­lies, confor­tables et qui plus est, elles ré­pon­daient aux exi­gences de mon bud­get ser­ré. 40 eu­ros plus tard, c’est avec une fier­té non dis­si­mu­lée que j’ar­pen­tais les rues de ma com­mune, la tête haute, tout en es­pé­rant que les at­ten­tions se por­te­raient 1,75 mètre plus bas sur ma pré­cieuse acquisition qui me don­nait un air à la fois classe et dé­con­trac­té. Et force est de consta­ter que mes nou­velles amies ont eu du suc­cès puisque les com­pli­ments ont été lé­gion quant à mon nou­veau look “pé­destre”. J’ai­me­rais pou­voir vous dire que ce conte de fée de la mode à pe­tit prix s’ar­rête là et que je file des jours heu­reux avec mes ma­gni­fiques chaus­sures, mais non. Il y a quelques jours, un pe­tit orage a mouillé les trot­toirs et ac­ces­soi­re­ment mes chaus­settes. La faute à deux grandes fis­sures dans mes se­melles… Bien en­ten­du, je me suis plaint de cette mésa­ven­ture au­près de mon en­tou­rage, prêt à ex­pri­mer ma dé­cep­tion à ren­fort de dé­ci­bels dans le ma­ga­sin à l’ori­gine du si­nistre. Mais une amie m’a ex­pli­qué ce qui sem­ble­rait être une évi­dence : « tu t’at­ten­dais à quoi pour 40 eu­ros ? » A prio­ri, j’étais le seul à ne pas connaître la règle ta­cite qui veut qu’une paire de chaus­sures à moins de 100 eu­ros peut s’au­to­dé­truire à tout mo­ment. Alors, au grand dam de mes amis et de mes col­lègues, j’ai res­sor­ti mes vieilles bas­kets, qui certes, sont une in­jure au bon goût, mais qui pré­sentent l’avan­tage d’être so­lides et non so­lubles dans l’eau. Quant au ma­ga­sin où j’ai ache­té mes chaus­sures, avec les soldes, il en vend à moins de 20 eu­ros. Et je me de­mande à quoi il faut s’at­tendre pour 20 eu­ros. Peut­être à ce qu’elles fondent sous le so­leil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.