Après l’in­cen­die, la so­li­da­ri­té s’or­ga­nise

La Gazette de la Haute-Loire - - La Une - SAN­DRINE MICHELIER

Suite à l’in­cen­die qui a ra­va­gé l’usine Sigoplast, di­manche, 40 sa­la­riés se re­trouvent au chô­mage tech­nique. Le bâ­ti­ment de­vrait être en­tiè­re­ment ra­sé et re­cons­truit. La pré­fec­ture, les élus et les en­tre­prises voi­sines s’or­ga­nisent pour ai­der la so­cié­té fa­mi­liale à re­prendre son ac­ti­vi­té.

Après l’in­cen­die qui a ra­va­gé leur usine, les sa­la­riés ont le sen­ti­ment de re­par­tir à zé­ro. Mais la so­li­da­ri­té se met dé­jà en place.

Comme d’ha­bi­tude, les sa­la­riés de Sigoplast ont pris la route du tra­vail. Mais ce lun­di ma­tin, ils ne se sont pas ins­tal­lés de­vant les ma­chines ou der­rière leur bu­reau. Ce qu’il reste de leur usine n’est qu’une car­casse cal­ci­née d’où s’échappe en­core l’odeur âcre du plas­tique brû­lé. Après l’in­cen­die qui a ra­va­gé le site dans la nuit de sa­me­di à di­manche (voir page 4), l’heure est aux pre­miers bi­lans et aux so­lu­tions à trou­ver très ra­pi­de­ment.

Tout ra­ser et re­cons­truire

Ex­perts et as­su­reurs se sont suc­cé­dé sur le site pour es­ti­mer les dé­gâts. Et le constat est sans ap­pel : il va fal­loir tout ra­ser. Une grande par­tie du bâ­ti­ment s’est ef­fon­drée sur el­le­même, le reste a sans doute su­bi la cha­leur ex­trême des flammes et s’en trouve fra­gi­li­sé. Quant aux stocks, ils ont été noyés sous des mil­liers de litres d’eau. Re­cons­truire le bâ­ti­ment se­ra sans doute ra­pide, mais ce qui in­quiète le chef d’en­tre­prise, ce sont les ma­chines dont les dé­lais de li­vrai­son se comptent en mois. En at­ten­dant, 40 per­sonnes se re­trouvent au chô­mage tech­nique. Pour les élus, hors de ques­tion de voir dis­pa­raître une en­tre­prise lo­cale. Ils se sont donc pres­sés au che­vet de Sigoplast, pro­met­tant de tout faire pour « al­ler très vite dans la re­cons­truc­tion » comme l’a an­non­cé Laurent Wau­quiez. Le pré­sident de la Ré­gion a re­joint sur place la députée Isa­belle Va­len­tin et le maire de Saint­Pal­de­Mons Pa­trick Rif­fard. Des vi­sites d’of­fi­ciels qui ont au moins le mé­rite de ré­con­for­ter les sa­la­riés. « Res­tez sou­dés » a lan­cé Laurent Wau­quiez en quit­tant les lieux. Là des­sus, au­cun doute, les sa­la­riés ser­rés en pe­tits groupes scrutent les lam­beaux d’an­nées de tra­vail. « Moi je suis ar­ri­vée seule­ment en jan­vier, et je suis dé­jà très at­ta­chée à l’en­tre­prise », lâche une femme. Sa voi­sine et ses 28 ans de boîte s’es­suient des yeux rou­gis. Leur pa­tron n’ar­rête pas une se­conde. L’as­su­reur, les pom­piers, les gen­darmes, les ex­perts, les élus et la presse… Toute la jour­née, il a ré­pon­du aux sol­li­ci­ta­tions. « Nous sommes ins­tal­lés ici de­puis cinq ans, nous avions des pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment, et là, ça nous coupe les jambes » souffle­t­il entre deux coups de té­lé­phone. Ar­naud Roule fait face, mais il n’a pas vrai­ment le choix. Oui, l’usine se­ra re­cons­truite et le ma­té­riel rem­pla­cé, et mal­gré l’élan de so­li­da­ri­té au­tour de Sigoplast et les dif­fé­rents dis­po­si­tifs ac­ti­vés, les sa­la­riés sont très in­quiets. « Nous avons un col­lègue qui vient d’être pa­pa, un autre vient de si­gner un com­pro­mis de vente… Com­ment va­t­on s’en sor­tir ? Et nos clients ? Même s’ils sont fi­dèles, com­ment va­t­on les faire re­ve­nir ? »

Pour l’heure, il y a plus de ques­tions que de ré­ponses… La re­cons­truc­tion passe d’abord par des dé­marches ad­mi­nis­tra­tives. La pre­mière étape est d’ob­te­nir les au­to­ri­sa­tions pré­fec­to­rales pour les tra­vaux. Sigoplast es­père rou­vrir ses portes dans un an.

(PHOTO : S.MICHELIER))

Ce qu’il reste de l’usine de Sigoplast...Le bâ­ti­ment s’est ef­fon­dré sur lui-même et de­vra être en­tiè­re­ment ra­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.