Une sé­che­resse au­tom­nale pré­oc­cu­pante

La Gazette de la Haute-Loire - - La Une - (PHO­TO : LIO­NEL CIOCHETTO)

Le manque de pluie du mois d’oc­tobre a ac­cen­tué la sé­che­resse dé­jà très im­por­tante dans une grande par­tie de l’est de la Haute­Loire. Une si­tua­tion in­édi­ te, digne d’un mois d’août, qui com­mence à pe­ser lourd sur les ac­ti­vi­tés des agri­cul­teurs et in­quiète les ac­teurs de la pêche.

Le manque de pluie du mois d’oc­tobre a ac­cen­tué une si­tua­tion de sé­che­resse dé­jà pro­blé­ma­tique dans une grande par­tie de l’est de la Haute-Loire. À tel point que cer­tains évoquent une si­tua­tion in­édite…

Quatre mois. Ce­la fait plus de quatre mois qu’au­cune pluie si­gni­fi­ca­tive n’est tom­bée sur l’est de la Haute­Loire, à l’ex­cep­tion de quelques phé­no­mènes ex­trê­me­ment lo­ca­li­sés. Ce laps de temps hors du com­mun, tous ceux qui scrutent la plu­vio­mé­trie du ter­ri­toire l’ont sur leurs ta­blettes, à l’ image de Jean­ Pierre Ci­ze­ron,p ré­sident de l’as­so­cia­tion de pêche de Mo­ni strol­Gourn ier et pas­sion­né de météo.

Un mois d’oc­tobre ex­cep­tion­nel­le­ment sec

« À Gour­nier, les der­nières pré­ci­pi­ta­tions d’en­ver­gure datent du 3 juin avec 34 mil­li­mètres. De­puis le dé­but du mois de mai, nous avons eu 49 jours de pluie mais nous avons eu seule­ment quatre épi­sodes de plus de 12 mm. La très grande ma­jo­ri­té des pré­ci­pi­ta­tions n’a pas dé­pas­sé les 5 mm, in­suf­fi­sant pour ar­ro­ser une pe­louse », ex­plique­t­il. Et ce n’est pas le mois d’oc­tobre qui a ar­ran­gé les choses, bien au contraire. Alors que la moyenne men­suelle de pré­ci­pi­ta­tions se si­tue aux alen­tours de 70 mm, JeanPierre Ci­ze­ron a re­le­vé seule­ment neuf mil­li­mètres de pluie au cours du mois écou­lé. À ce­la s’ajoutent aus­si des tem­pé­ra­tures ex­cep­tion­nel­le­ment éle­vées comme les 25,9 °C re­le­vés, jeu­di à Mo­nis­trol, par les ser­vices de Météo France. « Ce sont des va­leurs re­mar­quables. Il a fait ex­trê­me­ment chaud sur les dix der­niers jours du mois d’oc­tobre même si au­cun re­cord n’a été bat­tu », dé­taillent d’ailleurs les ser­vices de Météo France ba­sés à Au­rillac.

Consé­quence, cette sé­che­resse dite d’au­tomne ( phé­no­mène plu­tôt rare chez nous) est en train de prendre une am­pleur in­édite. Pour s’en convaincre, il suf­fit de re­gar­der le dé­bit des cours d’ eau. À Beau­zac, le dé­bit de l’Ance est pas­sé sous la barre du m3/s(0,63m3/s, di­manche ). Quant à la Loire, son dé­bit est de seule­ment 4,2 m3/s alors qu’il est à 30 m3/sd’ or­di­naire. Der­nier exemple sur la Se­mène avec un dé­bit de 0,09 m3/s me­su­ré mar­di à Saint­Di­dier (1,72 m3/s en moyenne). Mais il n’y a pas que les cours d’eau qui sont tou­chés. De nom­breuses sources se sont aus­si ta­ri es .« Nous avons une source pour ali­men­ter nos vaches. Elle ne coule qua­si­ment plus. Même lors de l’épi­sode de 1976, ce n’était pas le cas. Du coup, nous avons été obli­gés de se bran­cher ré­seau d’eau po­table », sou­ligne Ni­co­las De­lolme, agr icul­teur à Mo­nis­trol.

Un gros pro­blème pour les agri­cul­teurs

Des agri­cul­teurs, et plus par­ti­cu­liè­re­ment les éle­veurs, qui doivent com­po­ser avec l’im­pact très fort de cette sé­che­resse d’au­tomne sur leur ac­ti­vi­té. « Nous avons se­mé de la prai­rie en sep­tembre. Elle a ger­mé, mais elle est en train de sé­cher », sou­ligne Ni­co­las De­lolme. Consé­quence, le four­rage est uti­li­sé plus tôt que pré­vu.

Les se­mis de cé­réales de 2018 sont aus­si concer­nés. « Pour le seigle et d’autres cé­réales, les se­mis sont ef­fec­tués à l’au­tomne. Pour ceux qui les ont plan­tés, ils ne germent que très par­tiel­le­ment et s’ils res­tent en terre pen­dant l’hi­ver, ce se­ra mort » , note l’agri­cul­teur mo­nis­tro­lien qui est très in­quiet. Il n’est pas le seul face à cet épi­sode de sé­che­resse dont la fin ne semble pas prête d’ar­ri­ver. Il fau­dra, en ef­fet, des pluies ré­gu­lières sur une longue pé­riode pour que la si­tua­tion re­vienne à la nor­male. Et ce n’est pas ce qui est an­non­cé pour le mo­ment.

Le dé­bit de la Loire est de 4 m3/s contre 30 ha­bi­tuel­le­ment

En ce mo­ment, la Loire offre un vi­sage qu’on ne lui con­nais­sait pas en oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.