Les ondes ra­dios ou le sa­tel­lite comme der­nier re­cours

La Gazette de Thiers - - LE DOSSIER - LAU­RA MO­REL lau­ra.mo­rel@cen­tre­france.com

La fibre op­tique et même le haut dé­bit sont, au­jourd’hui, loin d’être des ser­vices ac­ces­sibles à tous, no­tam­ment dans les ter­ri­toires ru­raux. Heu­reu­se­ment, il existe di­verses so­lu­tions pour bé­né­fi­cier d’une connexion in­ter­net de bonne qua­li­té.

◗ La fibre op­tique est loin d’être une gé­né­ra­li­té. Il existe d’ailleurs en­core de nom­breux vil­lages où la connexion in­ter­net est de très mau­vaise qua­li­té voire in­exis­tante via le ré­seau cuivre clas­sique. Mais il existe des so­lu­tions…

Le Wi­fi­max. Au­vergne Très Haut Dé­bit, né d’un par­te­na­riat pu­blic pri­vé entre la Ré­gion Au­vergne et Orange, dé­ploie ac­tuel­le­ment un ré­seau in­té­grant dif­fé­rentes tech­no­lo­gies pour per­mettre le très haut dé­bit sur tout le ter­ri­toire. Par­mi elles : le Wi­fi­max, qui uti­lise les ondes hert­ziennes. Pour en bé­né­fi­cier, un par­ti­cu­lier doit être à por­tée (en­vi­ron 6 km) d’une an­tenne spé­ci­fique et ac­qué­rir un kit de ré­cep­tion. Il de­vra en­suite se rap­pro­cher d’un opé­ra­teur et comp­ter en­vi­ron 200 € pour l’ins­tal­la­tion du kit de ré­cep­tion en plus d’un abon­ne­ment men­suel d’en­vi­ron 40 €.

« Ça ne passe pas à cause des arbres »

Par­mi les com­munes sur les­quelles Au­vergne Très Haut Dé­bit a dé­ve­lop­pé cette tech­no­lo­gie : Bul­hon et Sau­viat. « Cer­tains de nos ha­bi­tants ont in­ter­net via des noeuds de rac­cor­de­ment sur Le­zoux. Ils ont donc un très bon dé­bit, sou­ligne Re­né Go­di­gnon, maire de Bul­hon. Mais d’autres ont beau­coup de pro­blèmes. C’est pour ce­la que je me ba­garre de­puis six ou sept ans pour avoir la fibre. » Une ba­taille qu’il n’a, pour l’ins­tant, pas rem­por­tée. « Au­vergne Très Haut Dé­bit a donc ins­tal­lé deux an­tennes Wi­fi­max sur la com­mune. » Une so­lu­tion qui ne semble pas com­plè­te­ment sa­tis­faire l’élu.

« Il y a eu quelques op­po­si­tions des ha­bi­tants no­tam­ment à cause des ondes. Et autre pro­blème : il y a des en­droits où ça ne passe pas à cause des arbres. L’idéal se­rait d’avoir une troi­sième an­tenne pour cou­vrir vrai­ment toute la com­mune. »

Au­verNET. Les opé­ra­teurs in­ter­net sont nom­breux sur le mar­ché. Mais il existe aus­si des opé­ra­teurs al­ter­na­tifs, dont la struc­ture as­so­cia­tive Au­verNET dans le Puy­de­Dôme. La com­mune de Saint­Vic­torMont­via­neix a ain­si dé­ci­dé de faire ap­pel à elle. Une so­lu­tion « moins chère et ef­fi­cace », sou­ligne Sté­phane Blin, conseiller mu­ni­ci­pal. L’as­so­cia­tion pro­pose ain­si, sur la com­mune, un ré­seau très haut dé­bit par ondes Air­max. Une pre­mière an­tenne, à Châ­teau­gay, est re­liée à la fibre op­tique (l’as­so­cia­tion loue cette fibre) et dif­fuse en­suite des ondes types hert­ziennes.

De plus en plus de cou­pures via le cuivre

« De­puis fin août, le vil­lage de Das­saud teste cette offre. Dé­jà une di­zaine de per­sonnes sont abon­nées. » Et l’ob­jec­tif pour la com­mune est clair : per­mettre à l’en­semble de la com­mune de pro­fi­ter de cette tech­no­lo­gie. « Une an­tenne re­lais est dé­jà ins­tal­lée à Das­saud. Une autre de­vrait être ins­tal­lée sur La­chaux pour per­mettre de rayon­ner sur l’en­semble de Saint­Vic­tor. »

Car au­jourd’hui, la com­mune n’a pas vrai­ment le choix. « Nous avons fait ap­pel à Au­verNET car le bi­lan que nous fai­sions était dé­sas­treux. Il est très dif­fi­cile d’avoir un bon ac­cès à in­ter­net et, de­puis quelques an­nées, les cou­pures sur le ré­seau cuivre clas­sique, per­met­tant d’avoir le té­lé­phone et in­ter­net, sont de plus en plus nom­breuses et de plus en plus longues. »

Au­verNET était donc la so­lu­tion toute trou­vée avec un coût d’ins­tal­la­tion pour les par­ti­cu­liers de 99 € (pour une an­tenne sur le toit de l’ha­bi­ta­tion et un boî­tier à pla­cer à l’in­té­rieur) et un abon­ne­ment men­suel de 15 €.

Le sa­tel­lite. L’ac­cès à in­ter­net via le sa­tel­lite reste le der­nier re­cours pour ceux qui ne peuvent pas bé­né­fi­cier de la fibre op­tique, d’une connexion clas­sique ou même des ondes hert­ziennes. 100 % du ter­ri­toire peut au­jourd’hui y pré­tendre.

Mais si le sa­tel­lite ré­pond à un be­soin évident, il y a quelques in­con­vé­nients. D’abord, le coût du ma­té­riel (une pa­ra­bole est in­dis­pen­sable). Se­lon les four­nis­seurs d’ac­cès, son coût d’achat (s’il n’y a pas de lo­ca­tion pos­sible) est d’en­vi­ron 400 €.

Le vo­lume de don­nées peut éga­le­ment être li­mi­té (10 Go, 50 Go, 130 Go… se­lon l’offre). Tout dé­pas­se­ment en­traîne donc un sur­coût pour les consom­ma­teurs.

(PHO­TO D’ILLUSTRATION : JOUR­NAL DU CENTRE)

Pour bé­né­fi­cier du Wi­fi­max, les par­ti­cu­liers doivent s’équi­per d’un kit de ré­cep­tion. Même chose pour le sa­tel­lite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.