Les sa­la­riés sont in­quiets pour la suite

La Gazette de Thiers - - AMBERT & CO - LAU­RENCE TOURNEBIZE

Suite à l’an­nonce par le Conseil ré­gio­nal de la sup­pres­sion de dis­po­si­tifs d’in­ser­tion au sein du Gre­ta, les for­ma­teurs ont dé­ci­dé de créer un col­lec­tif et d’adres­ser une lettre ou­verte aux élus et aux en­tre­prises du ter­ri­toire et de lan­cer une pé­ti­tion via les ré­seaux so­ciaux.

« L’élé­ment dé­clen­cheur a été une de­mande d’em­ploi éma­nant de sept sa­la­riés d’un Gre­ta du Can­tal, ex­plique l’un des membres du col­lec­tif. On a alors vou­lu faire connaître la si­tua­tion pu­bli­que­ment afin de trou­ver des so­lu­tions. » Ce sont deux for­ma­tions, dites d’in­ser­tion et de re­mise à ni­veau, qui sont vi­sées par cette sup­pres­sion. « On nous avait tou­jours dit qu’on ju­geait sur nos ré­sul­tats, ajoute un membre du col­lec­tif, mais ce n’est pas le cas. Ces for­ma­tions ont fait leurs preuves. »

Ju­gés sur les ré­sul­tats

Deux consé­quences à ces me­sures se­lon les sa­la­riés du Gre­ta Li­vra­dois­Forez : un manque de for­ma­tions pour les ha­bi­tants du ter­ri­toire, et par­ti­cu­liè­re­ment pour ceux qui sont les plus éloi­gnés de l’em­ploi, et la sup­pres­sion d’emplois au sein du Gre­ta. « Si tout le monde n’est pas à plein­temps, nous éva­luons qu’il y au­ra cinq équi­va­lents temps plein en moins, es­time le col­lec­tif. Se­lon la di­rec­tion, la quan­ti­té de tra­vail va bais­ser et on va être orien­té non plus vers la for­ma­tion conti­nue mais vers la for­ma­tion ini­tiale. Con­crè­te­ment, on pour­ra de­man­der à des for­ma­teurs de com­plé­ter le temps de tra­ vail man­quant au Gre­ta par des cours en mi­lieu sco­laire. Mais notre mé­tier, c’est la for­ma­tion pour adulte, in­siste l’un des membres. Nous avons fait le choix du tra­vail dans le mi­lieu de l’in­ser­tion. »

Deux for­ma­tions vi­sées

Les deux for­ma­tions vi­sées par ces sup­pres­sions sont les Sieg (Ser­vice d’in­té­rêt éco­no­mique gé­né­ral) 1 et 2. Le pre­mier concerne des per­sonnes orien­tées par Pôle Em­ploi, qui vont bé­né­fi­cier d’une re­mise à ni­veau en vue, par exemple, de pré­pa­rer des concours dans les carrières sa­ni­taires et so­ciales. Le Sieg 2 est ré­mu­né­ré et dé­dié à la mise en place d’un pro­jet pro­fes­sion­nel. Il s’adresse à un pu­blic large et per­met de trou­ver une orien­ta­tion profes­ sion­nelle. « Les ré­sul­tats montrent la per­ti­nence de ces for­ma­tion, in­siste le col­lec­tif. Mais la po­li­tique de la Ré­gion est de faire de la for­ma­tion plus en lien avec les be­soins des en­tre­prises. C’est dé­jà ce qu’on fai­sait. Avec ces sup­pres­sions, on met la barre plus haut par rap­port à un pu­blic qui a be­soin de dé­fi­nir ses pro­ jets. » Pour un autre sa­la­rié du col­lec­tif, les va­ca­taires aux­quels l’or­ga­nisme fait ap­pel ré­gu­liè­re­ment risquent en pre­mier de faire les frais de ces res­tric­tions. « Mais les contrac­tuels en CDD ou en CDI ne sont pas non plus à l’abri. On pour­rait al­ler vers des li­cen­cie­ments », ajoute­t­il.

(PH. S. PA­RA)

Une re­mise à ni­veau en vue de pré­pa­rer des concours dans les carrières sa­ni­taires et so­ciales est me­na­cée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.