Sta­tion­ne­ment : 4 ans de ga­lère au­tour de la gare?

Avec le chan­tier de ré­no­va­tion de la gare à ve­nir, la fin du par­king Charles-de-Gaulle, la dis­pa­ri­tion des der­nières places gra­tuites et des amendes à 25 €, on va s’amu­ser !

La Gazette du Val d'Oise - - La Une - Jo­seph CA­NU

Le sta­tion­ne­ment a tou­jours été un su­jet par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible et com­pli­qué à Pon­toise. Mais, avec le dé­mar­rage im­mi­nent du chan­tier de ré­ha­bi­li­ta­tion de la gare et l’amé­na­ge­ment d’un nou­veau quar­tier à la place du par­king Char­lesde-Gaulle et de ses 300 places, se ga­rer dans la par­tie basse de la ville va bien­tôt de­ve­nir lit­té­ra­le­ment une mis­sion im­pos­sible.

Quatre ans de ga­lère

« Oui, il va y avoir des

pro­blèmes », a ad­mis Phi­lippe Houillon, le maire (Lr) de Pon­toise, lors d’une réunion pu­blique de pré­sen­ta­tion du grand chan­tier Sncf de ré­no­va­tion de la gare de Pon­toise, or­ga­ni­sée fin sep­tembre. Lié à la construc­tion d’un im­por­tant pro­jet im­mo­bi­lier pro­vi­soi­re­ment ap­pe­lé Cour des mar­chan­dises, le chan­tier va s’éche­lon­ner jus­qu’en 2022.

Les au­to­mo­bi­listes vont donc en prendre pour quatre ans.

La mai­rie et la Sncf pro­posent ce­pen­dant une so­lu­tion : le par­king Can­ro­bert ! « Il est à moi­tié in­oc­cu­pé : il y a en­core au moins 200 places libres. Peu­têtre qu’en le re­nom­mant par­king de la Gare pour la vi­si­bi­li­té et en bais­sant ses ta­rifs, ce que j’ai sug­gé­ré à la Sncf, ce­la pour­rait in­ci­ter les Pon­toi­siens et les voya­geurs dits pen­du­laires - ceux qui laissent leur voi­ture le ma­tin pour al­ler tra­vailler - à da­van­tage l’uti­li­ser », a in­di­qué Phi­lippe

Houillon. « Mieux vaut fac­tu­rer 200 abon­ne­ments à prix ré­duit qu’au­cun abon­ne­ment à plein ta­rif », a in­sis­té le pre­mier ma­gis­trat de Pon­toise.

Et mieux vaut payer son ti­cket ou un for­fait, car pa­ral­lè­le­ment, avec la dé­pé­na­li­sa­tion du sta­tion­ne­ment à Pon­toise, l’amende (sous forme de pro­cès-ver­bal élec­tro­nique de­puis le 7 sep­tembre der­nier), va pas­ser de 17 eu­ros à 25 eu­ros à par­tir du 1er jan­vier 2018. Une dé­ci­sion prise « pour li­bé­rer des places en centre-ville et y fa­ci­li­ter la ro­ta­tion des vé­hi­cules en sta­tion­ne­ment », dixit la mai­rie.

Vers la fin des places gra­tuites sous le pont

Ce­rise sur le gâ­teau, tou­jours lors de la même réunion pu­blique, le maire Phi­lippe

Houillon a confié être « en train de re­gar­der comment la Ville pour­rait ré­cu­pé­rer la ges­tion de l’es­pace si­tué sous le pont fer­ro­viaire, en pas­sant une conven­tion avec Sncf Ré­seau (ex-Rff), pro­prié­taire du ter­rain. » Au­tre­ment dit : comment faire main basse sur l’un des deux der­niers par­kings gra­tuits de la ville basse (avec ce­lui de l’ex-Cci, rue de Rouen). Une nou­velle qui in­quiète da­van­tage les ha­bi­tants, tra­vailleurs, au­to­mo­bi­listes, in­ter­nautes et autres « pen­du­laires » tran­si­tant par Pon­toise… Et ils sont nom­breux !

Gens pas contents

« Même en ar­ri­vant en­core plus tôt que d’ha­bi­tude, il de­vient de plus en plus dif­fi­cile de trou­ver la moindre place gra­tuite. Je suis pour­tant prête à marcher en­suite un bon quart d’heure pour me rendre à mon lieu de tra­vail, non loin de la gare », confie

Do­lo­rès. « Sta­tion­ner dans le par­king Can­ro­bert, comme le pro­pose la Ville aux com­mer­çants du mar­ché, ne leur per­met ni de dé­char­ger, ni de re­char­ger leurs mar­chan­dises. Ils ne peuvent pas lais­ser leur stock sans sur­veillance pour al­ler cher­cher leur vé­hi­cule. C’est in­jouable pour eux », s’em­porte Alain Ro­drigue, le pla­cier de la so­cié­té Egs, conces­sion­naire du mar­ché de la gare (tous les mer­cre­dis). « Pour ma part, j’évite dé­sor­mais de ve­nir à Pon­toise. Le sta­tion­ne­ment c’est trop l’enfer. Ne se­rait-ce que pour voir un mé­de­cin, il n’y a pas de place ! », re­grette Na­dège

Dau­thuille. « Nous, qui n’avons pas les moyens de nous lo­ger cor­rec­te­ment près de Pa­ris, nous nous re­trou­vons dans des pe­tits vil­lages et sommes obli­gés d’uti­li­ser nos vé­hi­cules pour ré­cu­pé­rer nos trains. Ces der­niers et le mé­tro ne sont pas gra­tuits non plus », s’in­surge en­fin Chan­tal Med­je­do­vic.

Tra­vaux de ré­no­va­tion de la gare, fer­me­ture du par­king en plein air Charles-de-Gaulle de 300 places, dis­pa­ri­tion pro­gres­sive des der­niers sta­tion­ne­ments gra­tuits et, pour cou­ron­ner le tout, des amendes (dé­sor­mais élec­tro­niques) qui vont pas­ser de 17 à 25 € au 1er jan­vier pro­chain… À Pon­toise, les au­to­mo­bi­listes vont bien­tôt se trou­ver de­vant une équa­tion in­so­luble.

Le sta­tion­ne­ment a tou­jours constitué le cô­té obs­cur de Pon­toise. L’enfer, c’est les autres…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.