Le coût de l’in­for­ma­tion

La Manche Libre (Avranches) - - La Une - Be­noît Le­clerc

Vou­lons-nous vivre dans un monde de fake-news et de pro­pa­gande ? Ce­la nous est pro­mis si les en­tre­prises de presse dis­pa­raissent à cause du pillage qu’elles su­bissent. De­puis des an­nées, des sites in­ter­net si­phonnent les ar­ticles pro­duits par nos jour­naux sans rien payer en re­tour car la loi ne les y oblige pas. Tout juste se contentent-ils de ci­ter la source d’ori­gine des ar­ticles. A eux l’au­dience et les bé­né­fices grâce à nos ar­ticles et à nous toutes les charges fi­nan­cières de pro­duire l’in­for­ma­tion.

Ce hold-up doit ces­ser. L’in­for­ma­tion ne peut pas être gra­tuite ou elle dis­pa­rai­tra. Il n’y au­ra alors plus que les comptes Fa­ce­book of­fi­ciels des mi­nis­tères et les ru­meurs sur Twit­ter pour vous “in­for­mer”. On com­pren­dra alors l’uti­li­té du jour­na­liste : rap­por­ter des faits vé­ri­fiés pour éclai­rer le ci­toyen.

Il faut donc adap­ter la Loi pour que les géants de l’In­ter­net sup­portent une part des coûts de pro­duc­tion de l’in­for­ma­tion. La di­rec­tive eu­ro­péenne pré­sen­tée cette se­maine au vote des dé­pu­tés eu­ro­péens doit per­mettre de cor­ri­ger les choses en créant un nou­veau droit : le “droit voi­sin du droit d’au­teur”. Il n’in­ter­di­ra pas à Google et Fa­ce­book de col­lec­ter et pu­blier des ar­ticles de presse. Ce ne se­ra pas une pri­va­tion de li­ber­té mais ils de­vront payer un droit d’uti­li­sa­tion de l’in­for­ma­tion pro­duite par d’autres. Rien que du bon sens : le coût de l’in­for­ma­tion, c’est aus­si le prix de la li­ber­té de la presse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.