A 23 ans, il se lance à la conquête de l’Eve­rest, toit du monde

La Manche Libre (Cherbourg) - - CHERBOURG EN COTENTIN -

Tho­mas Du­theil se pré­pare afin de gra­vir l’Hi­ma­laya au prin­temps 2019.

“Je suis ori­gi­naire de Gran­ville. Et je crois que l’on dé­sire tou­jours ce que l’on n’a pas”, confie Tho­mas Du­theil, sa­peur-pom­pier pro­fes­sion­nel en poste à la ca­serne de Cher­bourg Centre, afin de jus­ti­fier son amour pour la mon­tagne, et le Né­pal en par­ti­cu­lier.

A seule­ment 23 ans, ce spor­tif de haut ni­veau a dé­jà ac­com­pli de nom­breuses et hautes as­cen­sions, comme l’An­na­pur­na à 8 091 mètres en 2016 (Hi­ma­laya né­pa­lais), le Mont Blanc (4 810 mètres) ou bien le Ma­chu Pic­chu (2 430 mètres), dans la cor­dillère des Andes au Pé­rou, en 2017.

De­puis plu­sieurs mois, le Man­chois réunit des fonds via Voyage au­tour du monde, l’as­so­cia­tion qu’il a créé, afin de fi­nan­cer la pé­rilleuse as­cen­sion de l’Eve­rest au prin­temps 2019, ce fa­meux toit du monde qui culmine à 8 848 mètres, au Né­pal. Car l’opé­ra­tion est coû­teuse : 30 000 € en­vi­ron. Plu­sieurs spon­sors et dons de par­ti­cu­liers vont lui per­mettre de réa­li­ser son rêve.

“Au som­met, nous ne sommes qu’à la moi­tié”

Ce sa­me­di 13 oc­tobre, l’al­pi­niste/hi­ma­layiste s’en­vole pour un voyage “d’en­traî­ne­ment” sur l’Ama Da­blam, un “pe­tit” voi­sin de l’Eve­rest qui culmine tou­te­fois à 6 812 mètres. “La pré­pa­ra­tion phy­sique est bien évi­dem­ment im­por­tante”, pour­suit ce­lui qui se rend ré­gu­liè­re­ment dans une salle de sport, en com­plé­ment de course à pied, de vé­lo, de na­ta­tion. “C’est bon pour le car­dio. Pour l’Eve­rest, il fau­dra grim­per par pa­liers, et que le corps ré­agisse bien”, ajoute Tho­mas Du­theil. Ki­né, dé­tente et cryo­thé­ra­pie (les soins par le froid) com­plètent ac­tuel­le­ment son en­traî­ne­ment.

Pour l’as­cen­sion de l’Eve­rest pro­gram­mée en avril et mai 2019, le Man­chois a pro­mis d’em­me­ner avec lui au som­met des des­sins d’en­fants. Bien sûr, Tho­mas Du­theil a dé­jà ima­gi­né l’ar­ri­vée sur le toit du monde. “Mais au som­met, nous ne sommes qu’à la moi­tié. Nous pour­rons vrai­ment souf­fler qu’en re­des­cen­dant au camp de base”, conclut ce­lui qui gra­vi­ra l’Eve­rest avec sher­pas et guides, et fê­te­ra ses 24 ans au Né­pal, le 2 mai.

Tho­mas Du­theil est tom­bé amou­reux de l’Hi­ma­laya très jeune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.