L’EPR ci­blé par les au­to­ri­tés

La Manche Libre (Cherbourg) - - CHERBOURG -

NUCLEAIRE

EDF l’a si­gna­lé cet été : des sou­dures dé­fec­tueuses ont of­fi­ciel­le­ment fait re­pous­ser le fin du chan­tier de l’EPR à 2019. Le 3 oc­tobre, l’Au­to­ri­té de Su­re­té Nu­cléaire s’est in­ter­ro­gée sur les me­sures prises par EDF pour ve­nir à bout de ce chan­tier qui au­ra ac­cu­mu­lé 7 ans de re­tard.

Si EDF es­ti­mait ne pas avoir à re­faire cer­taines des 150 sou­dures ini­tia­le­ment vi­sées, l’ASN in­vite l’in­dus­triel à la pru­dence. “Cette op­tion né­ces­site la réa­li­sa­tion d’un pro­gramme consé­quent d’es­sais vi­sant à mieux ca­rac­té­ri­ser les pro­prié­tés mé­ca­niques des sou­dures, a in­di­qué l’Au­to­ri­té qui in­vite EDF à en­ga­ger dès à pré­sent les ac­tions préa­lables à la ré­pa­ra­tion des sou­dures concer­nées.”

Huit sou­dures sous les pro­jec­teurs

Huit de ces sou­dures sont en ef­fet dans l’en­ceinte de confi­ne­ment, di­rec­te­ment associées à un dis­po­si­tif vi­sant à conte­nir des pro- duits ra­dio­ac­tifs. De quoi prou­ver que “l’opé­ra­teur est prêt à prendre tous les risques pour ter­mi­ner ce chan­tier”, se­lon la fé­dé­ra­tion dé­par­te­men­tale d’Eu­rope Éco­lo­gie Les Verts.

Bien au-de­là de la ques­tion de ces sou­dures, la confiance entre EDF et l’ASN elle-même semble bien rom­pue. Le gen­darme du nu­cléaire sou­haite que l’in­dus­triel étende les contrôles de qua­li­té des ma­té­riels ins­tal­lés sur le ré­ac­teur, évo­quant “une dé­faillance de la sur­veillance” sur tout le chan­tier.

L’EPR de Fla­man­ville se­ra-t-il mis en fonc­tion en toute sé­cu­ri­té ? C’est la ques­tion que se pose l’Au­to­ri­té de Sû­re­té Nu­cléaire en ce dé­but oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.