Le coin du psy

Com­ment gar­der confiance en soi face à la ma­la­die ?

La Manche Libre (Coutances) - - Vie Pratique -

Un can­cer ou toute autre af­fec­tion mé­di­cale grave af­fecte le corps et les émo­tions, et donc l’image que l’on a de soi. Par­fois, cher­chant à pro­té­ger ses proches, une per­sonne at­teinte d’une ma­la­die grave va se com­po­ser une at­ti­tude po­si­tive pour les ras­su­rer. C’est aus­si une ma­nière pour elle de se dé­fendre contre une an­goisse in­sup­por­table.

Mais si prendre du re­cul avec la ma­la­die, par exemple avec un peu d’hu­mour, est bien sûr une force à culti­ver, vou­loir à tout prix voir les choses “du bon cô­té” peut aus­si me­ner au dé­ni et à la dé­pres­sion. L’abat­te­ment, la ré­volte et l’an­xié­té sont en ef­fet des émo­tions na­tu­relles quand la vie est bou­le­ver­sée par une ma­la­die qui se­ra in­ca­pa­ci­tante et peut-être fa­tale. L’ac­cep­ta­tion de cette nou­velle réa­li­té de­mande beau­coup de temps et d’in­dul­gence avec soi­même. L’af­fec­tion et l’écoute des proches sont pour ce­la ca­pi­tales. De même, le sou­tien d’autres ma­lades, une aide psy­cho­lo­gique et, se­lon les convic­tions de cha­cun, spi­ri­tuelle, contri­buent à don­ner un sens à l’épreuve et à la sur­mon­ter. S’il est dif­fi­cile de re­trou­ver une sé­ré­ni­té constante, la lu­ci­di­té et vo­lon­té d’al­ler de l’avant contri­buent à ap­pri­voi­ser les émo­tions. Quelques pistes peuvent y ai­der: - La mé­di­ta­tion, le yo­ga, te­nir un jour­nal de gra­ti­tudes, etc. aident à s’apai­ser et vivre l’ins­tant pré­sent. - Les loi­sirs créa­tifs (co­lo­riages pour adultes, pein­ture, ma­quettes...) per­mettent d’éprou­ver que l’on est “en­core” ca­pable, et peuvent être sources de mo­ti­va­tion.

- Les ac­ti­vi­tés phy­siques (marche, gym douce, na­ta­tion, danse...) aident non seule­ment à éva­cuer le stress mais éga­le­ment à re­prendre un contact po­si­tif avec son corps. - Le soin por­té à l’ap­pa­rence phy­sique est im­por­tant (coif­feur, nou­veaux vê­te­ments, ma­nu­cure...). Un peu de co­quet­te­rie main­tient une bonne image de soi, alors qu’à l’in­verse la né­gli­gence an­nonce le re­non­ce­ment.

- Les voyages et les vi­sites cultu­relles cassent les rou­tines, et leur pré­pa­ra­tion per­mettent de se sor­tir l’es­prit du quo­ti­dien. Ma­rie-amé­lie Lar­chet, psy­cho­logue

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.