“La vase du port fi­nit sur la plage”

La Manche Libre (Saint-Lô) - - L’ACTU EN REGION -

60 000. C’est le nombre de mètres cubes de sé­di­ments qui se­ront ex­traits du port de Hé­rel, à Gran­ville, lors de la pro­chaine cam­pagne de dé­va­sage.

A par­tir de fin oc­tobre et jus­qu’au mois d’avril pro­chain, une en­tre­prise de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en Ven­dée, est mis­sion­née par la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie Ouest Nor­man­die, ges­tion­naire du port, afin de réa­li­ser ces opé­ra­tions à l’aide d’une drague. L’em­bar­ca­tion a été ache­mi­née par plu­sieurs ca­mions, en pièces dé­ta­chées, et elle est en cours de mon­tage dans le bas­sin de com­merce. Son as­sem­blage de­vrait du­rer en­vi­ron trois se­maines. La barge tra­vaille­ra avec un tuyau de 1,2 ki­lo­mètre de lon­gueur qui per­met­tra de re­je­ter les sé­di­ments au large de la ci­té cor­saire.

Saint-Pair ac­cuse Gran­ville

Ce pro­cé­dé ne sa­tis­fait par Guy Le­croi­sey, le maire de la com­mune voi­sine de Saint-Pair-sur-Mer, pour qui les vases ne sont pas re­je­tées as­sez loin des côtes.

“L’an­née der­nière, notre conseil mu­ni­ci­pal avait vo­té une dé­li­bé­ra­tion afin de s’op­po­ser aux opé­ra­tions de dé­va­sage du port de Gran­ville. Le pro­blème, c’est que les boues re­viennent sur nos plages”, ex­plique-t-il. Avant d’ajou­ter : “Lors­qu’on marche sur la plage de Saint-Pair, on a de la vase jus­qu’aux che­villes et nous sommes per­sua­dés que cette vase pro­vient du dra­gage du port, mais per­sonne ne nous croit, per­sonne ne nous écoute”.

“Nous sommes obli­gés de me­ner ces opé­ra­tions. Le fait est que les sé­di­ments, por­tés par la ma­rée, se dé­posent au plein haut et s’ac­cu­mulent dans le bas­sin”, dé­crypte Gilles Ros­taing, le di­rec­teur de l’ex­ploi­ta­tion por­tuaire. Il pour­suit : “Ces cam­pagnes de dra­gages ne s’or­ga­nisent pas de fa­çon ar­bi­traire. Nous dis­po­sons d’une au­to­ri­sa­tion des ser­vices de l’Etat et des pré­lè­ve­ments de contrôle sont réa­li­sés ré­gu­liè­re­ment, lors des dif­fé­rentes phases de dra­gage, au large et dans le port, pour éva­luer la qua­li­té de ces sé­di­ments”.

D’après le res­pon­sable du port de Gran­ville, les ma­té­riaux éva­cués sont tous d’ori­gine na­tu­relle. “Il n’y a au­cune pol­lu­tion, on est en des­sous de tous les seuils”, cer­ti­fie-t-il, avant de conclure : “Ce sont des élé­ments na­tu­rels qui pro­viennent de la mer et re­tournent à la mer”.

Pour éva­cuer la vase du port de Hé­rel, la barge qui a été ache­mi­née par ca­mion est équi­pée d’un tuyau de 1,2 ki­lo­mètre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.