L’ex­ploit de Claye-Souilly en Coupe de France

La Marne (Meaux) - - La Une - Pas­cal Piop­pi

L’ex­ploit est re­ten­tis­sant. 4 di­vi­sions d’écart en fa­veur du Mac­ca­bi qui a tou­te­fois pris l’eau avant de som­brer face à une équipe de Claye-Souilly for­mi­da­ble­ment in­tel­li­gente dans le jeu et réa­liste à sou­hait (4-1)

On avait sug­gé­ré dans notre der­nière édi­tion, mais tou­te­fois sur la pointe des pieds, la pos­si­bi­li­té de qua­li­fi­ca­tion de Claye-Souilly équipe de PH face au Mac­ca­bi évo­luant en CFA 2. Un monde d’écart ? Une autre pla­nète ? A la sor­tie, des Pa­ri­siens qui sortent la tête basse en ayant été me­nés 4-0 puis 4-1, quittent l’épreuve par la pe­tite porte.

Mais peut-on par­ler d’ex­ploit quand on a as­sis­té sur le ter­rain à cette dé­mons­tra­tion d’in­tel­li­gence. Ex­pli­ca­tions d’un suc­cès qui ouvre la porte en grand au 6e tour.

Le men­tal

Claye n’a ja­mais eu peur et n’a pas fait une fixa­tion de ce mor­ceau à man­ger. Un bon po­si­tion­ne­ment axial, une re­lance propre, un jaillis­se­ment col­lec­tif, une tem­po­ri­sa­tion équi­li­brée et la pe­tite étincelle sur le 1er but d’Iko­ko puis le coup de pouce ensuite sur un deuxième plus qu’à la li­mite du hors-jeu qui va as­som­mer le match. Claye a mon­tré beau­coup de sang-froid mais pos­sède une équipe très ta­len­tueuse, ex­pé­ri­men­tée à sou­hait et équi­li­brée dans tous les com­par­ti­ments du jeu.

Un ad­ver­saire dé­pas­sé

Le Mac­ca­bi n’a ja­mais pu re­le­ver la tête et sur­tout im­po­ser un rythme, voire un sem­blant d’in­té­rêt dans la construc­tion d’un jeu in­digne d’une CFA2. Certes, le but très li­ti­gieux de Ben­chi­la du 2-0 a cas­sé un res­sort qui n’était guère ten­du vers le suc­cès. Il au­rait fal­lu pour les Pa­ri­siens chan­ger de rythme, bous­cu­ler un ad­ver­saire tran­quille comme une équipe pro et fi­na­le­ment in­quié­té seule­ment deux re­prises dont un coup-franc su­per­be­ment sor­ti par le gar­dien clayois Sou­na.

Le contexte

Claye a tou­jours été une équipe de Coupe mais la for­ma­tion re­mar­qua­ble­ment dri­vée par Pa­trick La­traye semble avoir pris un énorme vo­lume de jeu avec des joueurs qui ne semblent plus rien avoir à prou­ver en PH. At­ten­dons de voir la suite du cham­pion­nat, mais cette équipe vit bien et pousse col­lec­ti­ve­ment. Un grand plus. Des sup­por­ters bouillants Claye pos­sède un kop éton­nant, des sup­por­ters très ac­tifs. Pas une se­conde de ré­pit avec 90 mi­nutes de chants pas tou­jours em­prun­tés du ré­ci­tal de Brel, Bruel ou Bar­ba­ra. « La

bri­gade verte » ga­gne­rait sim­ple­ment à mettre par­fois un bé­mol sur les insultes dis­til­lées sans grande fi­nesse aux ad­ver­saires.

Mais quel beau sou­tien pour une équipe que ces sup­por­ters qui rap­pellent la belle tra­di­tion édic­tée il y a 30 ans dans le fa­meux chau­dron vert clayois.

Et main­te­nant ?

Il va fal­loir di­gé­rer la Coupe, la prendre presque comme un pe­tit plus pour qu’elle ne de­vienne pas un grand moins. Le rôle du coach va être de relativiser avec le cham­pion­nat comme seul ob­jec­tif à court terme. Il y a eu tel­le­ment de for­ma­tions qui ont gâ­ché leur sai­son pour Dame Coupe de France. Mais Claye ne doit pas bou­der son plai­sir.

« La bri­gade verte » de chauds sup­por­ters a joué son rôle tout comme le coach Pa­trick La­traye, un ha­bile tech­ni­cien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.