Meaux un club sain avec un es­prit sain

Le RCPM, qui débute en Fé­dé­rale 2, conti­nue de tra­vailler sur la base de la py­ra­mide et ce, dans un cli­mat des plus convi­vial. Une rai­son de la réus­site d’un club qui re­vit.

La Marne (Meaux) - - Sports - Pas­cal Piop­pi

Fran­chir le por­tail du stade Tau­ziet a des goûts de re­pas chez ta­ta Yvette où les odeurs de la vraie vie vous prennent par la main pour un ac­cueil on ne peut plus fa­mi­lial. En ce mar­di de re­prise pour les en­fants, ce­la pousse, saute, plaque, crie, bref ce­la vit sur le pré. Les édu­ca­teurs se ré­galent, ar­gu­mentent, peau­finent un geste. Le bal­lon vol­tige, lé­ger pour cette re­prise tant at­ten­due. Pe­tits, grands, maigres, en­ro­bés… le mé­lange est har­mo­nieux. Le bon­heur est dans le pré. L’herbe est verte et le mo­ral au beau fixe.

« Un nou­veau cycle »

Dans le club house qui a vu tant de joyeuses agapes JeanMarc Ber­ni­ni, le pré­sident du RCPM, qui a eu le cou­rage de re­prendre un flam­beau non pas va­cillant mais com­plè­te­ment éteint il y a huit ans, converse en riant avec Ch­ris­tian Al­lard, un ha­bi­tué des lieux, et l’en­traî­neur Marc Du­bour­deau, homme de ter­rain certes mais aus­si lien in­tel­li­gent entre ses joueurs et ce club qui re­vit : « D’une or­nière sans fond, le club est pas­sé en quelques an­nées à de belles pers­pec­tives » com­mente Chis­tian Al­lard, maire-ad­joint aux sports de Meaux. A ses cô­tés, Jean-Marc Ber­ni­ni qui a re­le­vé ce dé­fi di­sons un peu fou, n’est point homme à se dé­par­tir de son calme ras­su­rant pour tout le monde : « Avec cette Fé­dé­rale 2, c’est un nou­veau cycle qui com­mence et on va conti­nuer de tra­vailler pour al­ler plus loin. » L’en­traî­neur qui connaît bien le monde l’ova­lie pré­cise tou­te­fois : « C’est le plus haut ni­veau ama­teur avec 8 poules de 12 en France. S’installer en F2 va être un chal­lenge sym­pa. »

Le Pays de Meaux n’a pas fait de fo­lies avec tou­te­fois quelques bons joueurs ve­nus de Bo­bi­gny : « On veut aus­si s’ap­puyer sur les jeunes qui sont al­lés en fi­nale du cham­pion­nat de France. Ils s’aguer­rissent et sont sur­pre­nants. Nous ve­nons de faire une en­tente avec Cou­lom­miers et Othis. Il faut fé­dé­rer, c’est un pas­sage obli­gé en jouant avec les jeunes du sec­teur » glisse le pré­sident.

Avec 650 li­cen­ciés, Meaux a pris de l’étoffe. Un club solide, as­sis sur de bonnes bases avec une sé­ré­ni­té de mise. On aime se re­trou­ver, pous­ser en­semble, dis­tri­buer des mar­rons et aus­si goû­ter en ce mar­di soir aux joies de la dé­gus­ta­tion d’une ome­lette aux cham­pi­gnons ap­por­tée par un di­ri­geant fin cui­si­nier. Le rug­by, c’est un en­semble, une phi­lo­so­phie simple qui donne à l’ami­tié une place de choix en de­hors du ter­rain. Cer­tai­ne­ment la re­cette du suc­cès qui gran­dit au fil du temps avec la ve­nue de nom­breux par­te­naires qui adhèrent à cette vi­sion du monde de l’ova­lie. Il est difficile de s’ex­traire de la masse pour flir­ter avec le haut ni­veau mais chaque chose en son temps : « De 15 000 € nous sommes pas­sés à 500 000 main­te­nant mais pour at­teindre la Fé­dé­rale 1 il fau­dra dou­bler le bud­get. » Pour l’ins­tant le RCPM veut se fo­ca­li­ser sur cette an­née qui débute di­manche 17 à do­mi­cile contre Cla­mart. Il se­ra alors temps d’ap­puyer sur le cham­pi­gnon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.