Ac­cu­sé de viol sur une en­fant, un homme est ac­quit­té

La Marne (Meaux) - - Tribunal -

Un Cap-Ver­dien de 30 ans était pour­sui­vi pour viol sur mi­neur de moins de 15 ans. La cour d’as­sises de Seine-et-Marne a pro­non­cé l’ac­quit­te­ment alors que l’ac­cu­sé ris­quait huit ans de pri­son.

L’af­faire re­monte à 2009. L’homme ren­contre la fillette de 11 ans, dans un parc à Champs­sur-Marne alors qu’elle s’amuse avec sa cou­sine. Elle est en va­cances chez son oncle. Ils ont une re­la­tion sexuelle. Quelques mois plus tard, sa fa­mille dé­couvre sa gros­sesse et donc sa ren­contre avec cet homme un soir d’août. L’en­fant de 7 ans, né de ce rap­port sexuel, a été de­puis pla­cé dans une fa­mille d’ac­cueil.

Pour se dé­fendre, l’homme ac­cu­sé de viol as­sure que la fillette était consen­tante. Il ex­plique même qu’elle lui au­rait men­ti sur son âge. Elle lui au­rait in­di­qué être âgée de 14 ans et non de 11 ans. Elle conteste cette ver­sion des faits.

Les ju­rés ont fi­na­le­ment pro­non­cé l’ac­quit­te­ment ar­gu­men­tant que « la contrainte, la me­nace, la vio­lence et la sur­prise n’étaient pas éta­blies. » C’est la définition du mot viol dans la loi. Si ces cri­tères ne sont pas éta­blis, le viol ne peut pas être re­te­nu, quel que soit l’âge de la vic­time.

Le Par­quet a fait ap­pel de cette dé­ci­sion. L’avo­cate de la vic­time a ex­pli­qué que ce ver­dict était un deuxième traumatisme pour sa cliente.

Les ju­rés n’ont pas consi­dé­ré que la vic­time a été vio­lée. ©Illus­tra­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.