Ce­rin­nov en bourse pour as­su­rer l’ave­nir

L’en­tre­prise li­mou­geaude a lan­cé, lun­di, une opé­ra­tion d’in­tro­duc­tion sur le mar­ché Al­ter­next

La Montagne (Brive) - - La Une - Sé­bas­tien Du­bois se­bas­tien.du­bois@cen­tre­france.com

L’en­tre­prise spé­cia­liste de la cé­ra­mique, du la­ser et de la ma­chi­neou­til a fait son en­trée sur Al­ter­next.

Pour l’heure, très peu d’en­tre­prises li­mou­sines ont cette dé­marche d’en­trer en bourse.

Lun­di, Ce­rin­nov, en­tre­prise li­mou­geaude tra­vaillant dans la cé­ra­mique, les la­sers et la four­ni­ture de ma­chines-ou­tils, a lan­cé son in­tro­duc­tion en bourse pour mieux ac­com­pa­gner son ex­pan­sion.

«Une étape sup­plé­men­taire dans la vie de l’en­tre­prise. » Lun­di soir, dans l’ate­lier de 4.500 m2 de Ce­rin­nov, sur la tech­no­pole de Limoges Es­ter, le dé­bit ra­pide d’ar­naud Ho­ry cache mal son émo­tion, voire sa pro­fonde sa­tis­fac­tion. In­gé­nieur de for­ma­tion, le PDG a co­fon­dé avec sa femme la so­cié­té Cer­lase (au­jourd’hui Ce­rin­nov), en 1998. Spé­cia­li­sée dans les la­sers, la cé­ra­mique, la concep­tion et fa­bri­ca­tion de ma­chines­ou­tils, mais aus­si de chaînes de pro­duc­tion clé en main, la so­cié­té a lan­cé, cette se­maine, son opé­ra­tion d’in­tro­duc­tion en bourse, sur le mar­ché Al­te­next. Elle doit se pour­suivre jus­qu’au 14 juin. Une ra­re­té en Limousin, puisque seule Le­grand est co­tée au CAC 40 (voir ci­des­sous). 1

Comment marche une in­tro­duc­tion en bourse ? Le mar­ché Al­ter­next est ré­ser­vé au TPEPME de la zone eu­ro. Un de ses ob­jec­tifs est de pro­po­ser un trait d’union entre le mar­ché ré­gle­men­té et le ca­pi­tal­in­ves­tis­se­ment. Dix ans après sa créa­tion, l’an­née der­nière, Les Échos es­ti­maient à 4 mil­liards d’eu­ros, les fonds le­vés sur ce mar­ché. Ce­rin­nov es­père en ré­cu­pé­rer entre 8 et 10,6 M€. Le nombre d’ac­tions, dont la four­chette de prix est fixée en 7,31 € et 9,89 €, peut va­rier de 930.233 à 1.230.232, deux clauses pré­voyant une hausse pos­sible de la quan­ti­té de titres émis, « en cas de suc­cès. »

10 % des titres sont ré­ser­vés « à une offre à prix ou­vert », c’est­à­dire au pu­blic et les 90 % res­tants au « pla­ce­ment glo­bal ». « Tout un cha­cun peut sous­crire à l’opé­ra­tion », ex­pli­quait, lun­di, Yan­nick Pe­tit, le pré­sident d’al­le­gra fi­nances, qui s’oc­cupe de l’in­tro­duc­tion en bourse de la so­cié­té li­mou­geaude. 2

Pour­quoi cette in­tro­duc­tion en bourse ? Pour Ar­naud Ho­ry, il s’agit de « trou­ver du cash » pour conti­nuer dans la veine, qui a fait le suc­cès de Ce­rin­nov : « l’in­no­va­tion et l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion ». « Les mar­chés adres­sables sont de plus en plus gros », ex­plique le PDG. Et l’ex­per­tise de son en­tre­prise a l’avan­tage de cou­vrir plu­sieurs sec­teurs (arts de la table, sa­ni­taire, luxe, mé­di­cal, mé­tal­lur­gie) et l’en­semble des tech­niques (ro­bo­tique, trai­te­ment ther­mique de la ma­tière et pro­cé­dés la­ser). En clair, Ce­rin­nov peut se di­ver­si­fier et cou­vrir des pans en­tiers des nou­veaux sec­teurs aux­quels l’en­tre­prise s’in­té­resse. « Ils peuvent faire tout sur toute la ligne, ré­su­mait, lun­di, un im­por­tant client mexi­cain. Pas be­soin de par­ler à trois per­sonnes pour avoir ce que je veux. »

Dé­jà 11 M€ de com­mandes pour 2016

Cette cou­ver­ture se re­trouve dans les chiffres, dont « l’ac­cé­lé­ra­tion » a été le dé­clen­cheur de l’en­trée en bourse. Alors que le chiffre d’af­faires de Ce­rin­nov s’éta­blit à 9,8 M€ en 2015, l’en­ tre­prise compte dé­jà 11 M€ de com­mandes, « li­vrables en 2016 », au 30 avril. À la même époque l’an­née der­nière, ce chiffre était à peine de 2,9 M€.

Les clients sont nom­breux et pres­ti­gieux. Fa­bri­ca­tion d’un four pour Bosh par la fi­liale al­le­mande de Ce­rin­nov ; per­son­na­li­sa­tion de meuble en in­ox à Aus­tin ; li­vrai­son de neuf ma­chines pour Chur­chill à Stock­onTrent, l’équi­valent an­glais de Limoges pour la por­ce­laine et en­fin, un « ti­cket » de 9 M€, pour une usine en Thaï­lande. « Ce der­nier mar­ché est un élé­ment im­por­tant de l’ac­cé­lé­ra­tion », com­mente Claude Sch­nei­der, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint de Ce­rin­nov. 3

Quelles consé­quences pour l’en­tre­prise ? Et l’em­ploi ? Si l’opé­ra­tion en bourse est un suc­cès, les 8 à 10 M€ ser­vi­ront à fi­nan­cer la stra­té­gie et l’ex­pan­sion de Ce­rin­nov. Le pu­blic dé­tien­dra entre 27,5 et 33,5 % des parts de l’en­tre­prise, où les fon­da­teurs se­ront tou­jours ma­jo­ri­taires (entre 37 et 41 % des parts). L’ac­cé­lé­ra­tion au­ra éga­le­ment des consé­quences sur le re­cru­te­ment. « Il y au­ra des créa­tions d’em­ploi chez nous, ajoute Ar­naud Ho­ry, mais je ne sais pas en­core com­bien exac­te­ment. » La part consa­crée à l’in­no­va­tion (2 M€ par an) se­ra « main­te­nue », ajoute le PDG. « C’est notre ADN », as­sure­t­il. 4

Un sym­bole d’at­trac­ti­vi­té fort. Pour le Limousin, la réus­site de Ce­rin­nov est éga­le­ment un sym­bole d’at­trac­ti­vi­té fort. Et en ce sens, la vi­site, il y a un an tout juste, du pré­sident Hol­lande dans l’en­tre­prise, ne man­quait pas de sou­li­gner cette réus­site. Di­plô­mé de L’ENSCI, an­cien di­rec­teur du Centre Eu­ro­péen de la cé­ra­mique, pa­tron de L’UIMM, Ar­naud Ho­ry connaît par­fai­te­ment cet éco­sys­tème, très por­teur. Il en est même l’un des meilleurs VRP. « Quand ils viennent ici, les clients sont éton­nés de la qua­li­té de nos ins­tal­la­tions. Il y a du sa­voir­faire, mais on n’en parle pas as­sez », es­time­t­il.

« Re­lo­ca­li­sa­tion »

Pro­mo­teur de « l’usine du fu­tur », Ce­rin­nov se veut éga­le­ment por­teur de « la re­lo­ca­li­sa­tion de l’in­dus­trie ». « Nous ap­por­tons de la com­pé­ti­ti­vi­té aux en­tre­prises, ex­plique Claude Sch­nei­der. Par exemple, avec nos ma­chines, Chur­chill a un prix de re­vient pour la por­ce­laine, in­fé­rieur à ce­lui de la Chine. » Mais le mi­racle de l’au­to­ma­ti­sa­tion ne se fe­ra pas au dé­tri­ment de l’em­ploi, pro­met Ar­naud Ho­ry. « Il vaut mieux de la créa­tion d’em­plois avec les ro­bots, que des des­truc­tions sans. » ■

PHOTO STÉPHANE LEFEVRE

Ce­rin­nov ai­me­rait pou­voir le­ver entre 8 et 10,6 mil­lions d’eu­ros.

PHOTO PASCAL LACHENAUD

VI­SITE. Il y a un an, Ar­naud Ho­ry (à gauche) fai­sait vi­si­ter son en­tre­prise à Fran­çois Hol­lande. Ce lun­di, sa so­cié­té ef­fec­tuait son en­trée en bourse sur le mar­ché Al­ter­next.

PHOTO PASCAL LACHENAUD

IN­NO­VA­TION. Le ster­num en cé­ra­mique po­reuse par I. Ce­ram est en­tré en bourse en dé­cembre 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.